vendredi 22 septembre 2017| 19 riverains
 

Le Ouest Bar encaisse calmement la défaite du foot algérien

Plusieurs dizaines de supporters algériens ont assisté, jeudi 28 janvier 2010, au match Algérie – Égypte, demi-finale de la Coupe d’Afrique des nations, au Ouest Bar, dans le 18e arrondissement de Paris. Reportage.

La salle est comble - Le Ouest Bar, place Albert Kahn, dans le 18e arrondissement de Paris, retient son souffle. Le coup d’envoi du match de foot Algérie - Égypte, une demi-finale de la Coupe d’Afrique des nations qui se déroule en Angola, vient d’être donné. Les supporters algériens viennent de chanter l’hymne national à l’unisson de leurs favoris alignés sur la pelouse. Quelques écharpes aux couleurs du drapeau algérien. Rien d’ostentatoire. On sortira les drapeaux plus tard. Toutefois, méfiance. D’autant que l’Egypte domine déjà les débats. Premières manifestations d’agacement.

Salim sirote un whisky - Il vit à deux pas du troquet. Il accompagne son pote Hamed qui a fait le déplacement depuis Bobigny pour assister au match sur écran géant. Hamed est fan de foot. Il pronostique une victoire de l’Algérie par deux buts à un. Salim ne sait pas. Le foot n’est pas son truc : « Je supporte mon pays, simplement. » Dans le calme, l’assistance craint une revanche de l’Égypte, éliminée par l’Algérie voilà quelques semaines, lors des épreuves qualificatives de la Coupe du monde 2010. Dans des conditions houleuses.

37e minute, penalty pour l’Égypte - Les pharaons dominent légèrement quand l’arbitre siffle un penalty en leur faveur. L’homme en bleu expulse aussi l’auteur de la faute. « Arbitre, acheté ! » La salle râle. Le tireur égyptien s’élance, bloque sa course, puis repart et feinte le goal. But ! « Il n’a pas le droit, s’écrient les hommes accoudés au bar. Il est nul cet arbitre, normal, c’est un Béninois. »

Mi-temps – Pause clope à l’extérieur. Le penalty n’est pas contesté, mais la manière dont il a été tiré, oui. Quelques-uns s’inquiètent honnêtement : « Le niveau de jeu est faible, l’Algérie n’est pas à la hauteur. »

65e minute, 2-0 pour l’Égypte – Le Ouest Bar n’est plus qu’un immense soupir de dépit. « Ils ne sont pas motivés les joueurs… » L’arbitrage est toujours vivement contesté : « Voilà, c’est l’Afrique, c’est le bordel ! » Des noms d’oiseaux sont balancés. Rien de bien méchant, finalement. L’ordinaire du foot. Derrière le comptoir, Mégane, la serveuse, se marre doucement. Dos à l’écran géant, elle bosse ses mots fléchés. « C’est calme, dit-elle. Quand l’Algérie a battu la Côte d’Ivoire, l’autre jour, ils étaient déchaînés. »

70e minute, deuxième joueur algérien expulsé – Sur le terrain, les joueurs sont nerveux. Le Ouest Bar se vide déjà. Dans le calme.

81e minute, 3-0 pour l’Égypte – Salim ne regarde pratiquement plus le match. Ahmed est muet depuis de longues minutes. Il fixe l’écran sans le voir. Un grand gaillard coiffé d’un étrange chapeau vert, blanc, rouge, soupire : « Bah, la Coupe d’Afrique des nations, c’est pas le top. Il vaut mieux se réserver pour la Coupe du monde en Afrique du Sud. »

87e minute, troisième joueur algérien expulsé – L’arbitre estime que le gardien de but de l’Algérie a volontairement donné un coup de pied dans le genou d’un attaquant égyptien. Dehors ! L’Algérie joue avec huit footballeurs, contre onze à l’Égypte. Assommés, les derniers supporters n’ont même plus la force de conspuer le patron du match. L’un d’entre eux s’en prend directement à l’Égypte : « Je ne veux pas qu’ils gagnent, je n’aime pas les Égyptiens. » Pourquoi ? Mystère…

93e minute, 4-0 pour l’Egypte - C’est l’humiliation. « A huit, on n’avait aucune chance de revenir au score. C’est ce pénalty, au début, qui nous tue. » Le match s’achève dans l’indifférence générale. L’Égypte rencontrera le Ghana en finale. L’Algérie jouera le Nigéria, pour une troisième place honorifique. Ce dont tout le monde se moque. Le bar se vide totalement, en silence. Salim et son pote rentrent tranquillement chez eux.

Malek, patron du Ouest Bar depuis cinq ans, est déçu. En revanche, il salue le bon comportement des supporters : «  Ils se sont bien tenus malgré la défaite. » Pourtant, le jeune homme a hésité avant de diffuser le match dans son établissement. Un panneau annonçant la mauvaise nouvelle aux fans, « pour raisons techniques », devait être placardé sur la porte. « En fin de journée, j’ai eu la certitude que personne ne viendrait perturber la soirée, dit-il en souriant. Mais, aujourd’hui, j’ai 29 ans. Et les footballeurs égyptiens ont gâché mon anniversaire. »

Sur le même sujet : Un bar égyptien du 18e attaqué après le match Algérie - Égypte

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes