dimanche 20 avril 2014| 40 riverains
 

Cinq mois sans foot pour les enfants du 18e privés de papiers

En l’absence de nationalité française, une vingtaine de joueurs de l’Espérance sportive parisienne, dans le 18e arrondissement de Paris, n’ont pas pu jouer au football pendant cinq mois. Une situation dénoncée par Robert Weinberger, président de ce club qui compte 800 licenciés.

Pendant cinq mois, ils n’ont pas pu jouer au football. Ils seraient 10 000 enfants en France, 800 en Ile-de-France et une vingtaine du club de l’Espérance sportive parisienne, dans le 18ème arrondissement de Paris. Privés de foot, faute de papiers : victimes d’une nouvelle réglementation de la Fédération française de football (FFF), instaurée en novembre 2009, conditionnant l’obtention d’une première licence, pour un enfant qui n’a pas la nationalité française, à une attestation de cinq ans de présence en France, et même, parfois, à une quittance de loyer ou un bulletin de salaire des parents.

« Si vos parents sont au chômage, vous ne pouvez pas jouer au football ?, s’insurge Robert Weinberger, président de l’Espérance sportive parisienne. Ces mesures ont un caractère discriminatoire évident, et sont même de nature xénophobe. » Le militant associatif, ancien professeur de lettres, a été le premier à donner l’alerte, dès le mois de janvier 2010 : « Dans notre club, nous avons un enfant de 6 ans qui souhaitait s’inscrire pour sa première année de football. Il est né en France, ses deux frères sont au club. Mais lui ne pouvait pas s’inscrire, car il fallait qu’il atteste de cinq ans de présence en France. »

Démonter l’argumentation de la Fédération
Or, l’attestation de présence n’existe pas juridiquement. « Personne n’est capable de la délivrer, souligne Dominique Guibert, secrétaire général de la Ligue des Droits de l’Homme (LDH). C’est donc une pièce de plus qui est demandée, qui renforce l’incompréhension et la peur des familles sans-papiers. »

Aux côtés de la LDH, qu’il a alertée, Robert Weinberger a mené son combat. Du quotidien Le Monde à la chaîne de télévision qatarie Al-Jazeera, il a pris la parole pour dénoncer la situation. Et pour démonter l’argumentation de la FFF : « A l’origine de ces réglementations, il y a la volonté de lutter contre le trafic de joueurs, explique-t-il. En Afrique, des soi-disant agents de joueurs recrutent des jeunes en leur promettant de jouer en Europe. Une fois arrivés en Europe, les jeunes sont souvent abandonnés. Mais les familles, elles, ont payé. »

JPEG - 58.6 ko
"Ces mesures ont un caractère discriminatoire évident, et sont même de nature xénophobe" : Robert Weinberger

C’est en effet pour contrôler ces transferts internationaux que la FFF a mis en place cette nouvelle réglementation. Son objectif était ainsi d’empêcher un jeune joueur d’origine étrangère d’obtenir une licence en France, de façon à décourager les agents de joueurs véreux. La FIFA avait initié ces mesures, avant de laisser les fédérations nationales gérer, seules, l’octroi des premières licences. Mais pour Robert Weinberger, la FFF se trompe de méthode : «  C’est aux Etats de lutter contre ces agents de joueurs. Mais en agissant directement auprès d’eux, pas en pénalisant de jeunes joueurs qui n’ont rien à voir avec ce trafic. »

« Cette affaire reflète le climat actuel qui règne dans notre pays, où il y a haro sur l’étranger », ajoute-t-il. Face à la pression, la FFF a débloqué les licences, le 1er avril 2010. Le 15 avril, un communiqué de la Ligue de Football de Paris Île-de-France précisait que les licences des joueurs de nationalité étrangère, âgés de 7 à 13 ans, seraient désormais accordées « dans les mêmes conditions que pour les jeunes de nationalité française ». Finie, donc, la discrimination ?

PDF - 1.2 Mo
Communiqué de la Ligue Paris Île-de-France du 15 avril 2010.Page 2, décision sur les conditions de nationalité.

« Qu’en est-il pour les 5/7 ans et les 13/18 ans ? » s’interroge Robert Weinberger. Ils devront fournir toutes ces attestations. À la rentrée, si la discrimination recommence, on reprendra notre lutte. Mais cette fois-ci, on ira directement devant les tribunaux. »

Dominique Guibert, de la LDH, prévient, lui, que la FFF souhaite réduire la durée d’attestation de présence en France, de cinq à deux ans. « C’est tout aussi farfelu ! Puisque personne ne peut la délivrer ! »

« La réussite solidaire » au centre de l’Espérance sportive parisienne
L’Espérance sportive parisienne, basée au 14, rue Jean Cocteau, à côté du stade des Poissonniers, compte 800 licenciés ainsi que 200 adhérents qui participent ponctuellement aux activités proposées. Depuis sa création, en 1964, le club a mis en place un programme de réussite solidaire. Chaque équipe est représentée par un joueur de plus de 10 ans, dans un conseil de la jeunesse. Au sein de cette instance, on discute de la construction du club. « Le club est un tremplin pour servir la société, acquérir la citoyenneté, précise Robert Weinberger. On aide les jeunes à trouver un travail, un stage. »

En échange, les joueurs soutenus doivent ensuite mener une ou plusieurs actions pour aider l’association ou le quartier. Une trentaine de jeunes sont ainsi devenus entraîneurs d’équipes. « Rien n’est imposé, précise le président du club. Ils doivent être demandeurs. Les joueurs adhèrent à cette politique et acceptent la rigueur qui leur est parfois imposée pour pouvoir progresser. » Le club est à la recherche de bénévoles pour encadrer des équipes ou du secrétariat. « Nous faisons un appel à tous les partenaires qui souhaiteraient s’associer à notre action », ajoute Waïl Mokhbat, vice-président du club.
Pour contacter Waïl Mokhbat : 06 60 48 31 47

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com