lundi 26 juin 2017| 22 riverains
 

Le vide-grenier rue Sainte-Isaure devient incontournable

Plusieurs centaines de personnes, acheteurs et curieux, ont arpenté, dimanche 18 octobre 2009, la rue Sainte-Isaure, dans le 18e arrondissement de Paris, où était organisé le quatrième vide-grenier de ce quartier situé à deux pas du métro Jules Joffrin. Comme elles, la plupart des cent vingt exposants ont fait de bonnes affaires.

Il fallait jouer des coudes, dimanche 18 octobre 2009, pour se frayer un passage dans la rue Sainte-Isaure, qui accueillait son quatrième vide-grenier. Au rythme de deux rendez-vous par an, les Greniers Sainte Isaure, association organisatrice de la manifestation, sont en passe de gagner leur pari : désenclaver durablement une rue un peu oubliée du 18e arrondissement de Paris, pourtant située à cent mètre à peine du métro Jules Joffrin.

JPEG - 46.1 ko
120 exposants ont participé au vide-grenier.

Les premiers exposants sont arrivés dès 8h du matin. Ils ont installé leurs produits sur des tables de camping, ou à même le sol, parfois sur des couvertures, pour la majorité d’entre eux. En milieu d’après-midi, Gilles, qui proposait un grand nombre de vêtements d’enfants en bas âges et quelques DVD, avait déjà rentabilisé son investissement : « J’ai réservé quatre mètres de stands sur le trottoir, soit un total de quarante euros. À l’heure actuelle, mon chiffre d’affaires s’élève à trois cents euros. » Un petit business effectué au rythme du groupe Deyster et de sa chanteuse Clara, lesquels sont chargés d’animer le vide grenier. Une première !

JPEG - 45.1 ko
Le vide-grenier ne déroge pas aux règles du genre : on y trouve tout !

Dans la foule qui se croise rue Sainte-Isaure, Anne et son mari portent sous le bras de vieilles peluches et quelques bandes dessinées à peine usagées. « Nous sommes des habitués de ce vide grenier, dit la jeune femme, habitante du 18e arrondissement depuis une dizaine d’années. Nous vivons tout près de cette rue, mais il est vrai que nous n’avions jamais l’occasion d’y venir, auparavant. » Vêtements, bouquins, disques, jouets… Comme tout bon vide grenier qui se respecte, celui-ci offre aux passants l’occasion de faire ses emplettes à moindre coût. «  Signe de la crise économique ? » s’interroge Pascal qui vient d’acheter un service assiettes couverts complet.

JPEG - 41.3 ko
Les passants ont l’occasion de faire leurs emplettes à moindre coût.

Christophe Ohlung, patron du bar le Sainte-Isaure et président de l’association éponyme, est fatigué, mais ravi. « Les 120 emplacements sont loués depuis deux semaines. Il faudrait rallonger la rue pour satisfaire l’ensemble des demandes, explique-t-il. C’est une véritable réussite, qui s’inscrit désormais dans le calendrier des rendez-vous du 18e arrondissement. D’ailleurs, la préfecture de police, qui avait donné son feu vert au dernier moment lors de la première édition, en mai 2008, a, cette fois, joué le jeu. Ses fonctionnaires ont même enlevé une vingtaine de véhicules encore stationnés ce matin. Les propriétaires avaient été prévenues de l’opération la veille. »

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes