samedi 25 mars 2017| 42 riverains
 

Grippe A, un médecin du 18e critique le dispositif de vaccination

Dans une lettre ouverte à Roselyne Bachelot, le docteur Philippe Sopena, médecin dans le 18e arrondissement de Paris, reproche à la ministre de la Santé la mise en place d’un dispositif de vaccination compliqué. Pour Dixhuitinfo, le médecin explique les problèmes que pose ce dispositif, notamment dans le 18e. Mais, il rassure aussi quant à la qualité des vaccins et à la dangerosité de la grippe A/H1N1. Interview.

Dixhuitinfo - A quoi sert la vaccination ?
Dr Philippe Sopena - Pour éviter une épidémie massive, il faut parvenir à un taux de vaccination suffisant, c’est-à-dire, à hauteur de 50 % de la population. Deux millions de personnes ont déjà été vaccinées ; c’est moins que pour le vaccin contre la grippe saisonnière en un mois et demi. Dans le 18e arrondissement de Paris, il y a 192 000 habitants. Si l’on voulait éviter une épidémie de masse à partir de janvier, il faudrait vacciner sept personnes à la minute !

JPEG - 42.6 ko
L’entrée du centre de vaccination du gymnase des Poissonniers.

Comment réagissent les patients à la campagne de vaccination et de prévention ?
On a rendu anxiogène une vaccination simple. J’ai huit appels par jour de patients qui me demandent s’il faut se faire vacciner et si le vaccin est bien fiable. Si j’avais dans mon réfrigérateur des doses de vaccin contre la grippe A/H1N1, je les vaccinerais en moins de temps qu’il ne faut pour les convaincre de se rendre dans les centres de vaccination !

D’où vient cette inquiétude à votre avis ?
D’une part, tout le monde a crié à la grippe en août, alors qu’elle n’était pas encore là. Il n’y a pas d’épidémie de grippe en été, ça n’est jamais arrivé ! Ce n’est pas la faute du gouvernement, c’est celle des laboratoires. Pour vendre leurs vaccins, la meilleure solution est d’effrayer les gens. Et puis, en novembre, toujours pas de grippe en vue. Les gens se sont dits « on nous trompe ! ».

D’autre part, on leur a dit qu’il fallait qu’ils se fassent vacciner, alors qu’il n’y avait toujours pas de vaccin. On a vendu quelque chose qui n’existait pas. En réalité, le vaccin contre la grippe A/H1N1 est très proche de celui que l’on injecte tous les ans et qui est complètement entré dans les mœurs.

JPEG - 35.1 ko
Ce n’était pas la foule, la semaine dernière, pour se faire vacciner gymnase des Poissonniers.

Voyez-vous beaucoup de patients atteints de la grippe A dans votre cabinet ?
En ce moment, j’ai moins d’un cas de grippe par jour. C’est très peu. Et puis on ne peut pas savoir si c’est la grippe A ou une grippe normale. Un dispositif de surveillance permet de dire, qu’a priori, la grippe saisonnière n’est pas encore présente. Il s’agit des GROG, Groupes régionaux d’observation contre la grippe, qui rassemblent plusieurs centaines de généralistes, de pédiatres… Des prélèvements sont effectués sur tous leurs malades grippés. Constat : actuellement, il n’y a pas il n’y a pas de grippes saisonnières, seulement des grippes A.

Peut-on parler d’une maladie grave ?
Individuellement, ce n’est pas une maladie grave. La particularité de la grippe A, c’est qu’elle frappe de façon assez spécifique les femmes enceintes, les enfants et les personnes obèses. C’est d’ailleurs très important que les femmes enceintes se fassent vacciner. Les bébés qui vont naître entre janvier et mars n’auront en effet que les anticorps de leur mère pour se protéger. C’est véritablement le seul enjeu vraiment primordial de la vaccination.

Pourquoi jugez-vous le dispositif de vaccination insuffisant ?
On va gaspiller beaucoup de doses. Il aurait été plus simple de fonctionner avec des lecteurs de carte vitale plutôt qu’avec des bons de la sécu. Il faut rédiger six documents pour se faire vacciner ! Tout cela est fait en dépit du bon sens. J’ai des patients à qui l’on propose de se faire vacciner et qui ne le souhaitent pas, et d’autres qui veulent et qui ne peuvent pas ! Et puis moi, j’aurais plutôt mis des petits centres de vaccination dans des lieux plus accessibles que le centre sportif des Poissonniers. A la mairie du 18e par exemple, ou dans des camions du don du sang qui pourraient stationner rue du Poteau et dans les rues très passantes.

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes