mercredi 26 avril 2017| 29 riverains
 

Le roi des photographes aux marches de Montmartre

L’escalier de la rue Muller, à Montmartre (aujourd’hui Maurice Utrillo) était son territoire. En 1914, François Gabriel installe son labo photo en haut de la première volée de marches. Il photographie les habitants du quartier et les quelques touristes égarés dans le coin. Sa petite fille a confié ses clichés, témoins d’une autre époque, à Dixhuitinfo.
Vous êtes sur la photo ou vous reconnaissez un proche ? Contactez-nous.

JPEG - 48.8 ko
François Gabriel est né en 1883, rue Gabrielle, au cœur de Montmartre.

Gabriel photographiait le peuple de Montmartre en balade sur les escaliers de la rue Muller. Quand la lumière était belle, il posait sa chambre noire sur un trépied en bas des marches. Il braquait l’objectif sur les passants du moment en leur demandant parfois de se regrouper. Décors de rêve, cadrage parfait et figurants enthousiastes : Gabriel déclenchait l’obturateur.

Endimanchée ou mal fagotée, bicolores aux pieds ou godillots sans âges, couvre-chef de rigueur, la petite foule souriait à Gabriel. Culottes courtes et robes fleuries, les mômes jouaient les malins. Le marin en permission posait près d’un jeune homme aux airs de mauvais garçon. D’autres serraient contre eux leurs jolies fiancées, regard braqué sur le photographe. Les quelques touristes se mêlaient sans chichis aux gens du coin.

JPEG - 187.4 ko
1914 : Affichette promotionnelle, louant le savoir-faire professionnel de Gabriel.

« Gabriel, roi des photographes de la Butte Sacrée », proclamait la caricature de l’artiste accrochée au mur extérieur de l’appartement familial. Le tableau était visible depuis le bas de la rue Muller. En 1914, François Gabriel, Montmartrois de naissance, avait installé sa famille au numéro 36 de cette voie pentue. Avant de transformer une partie de l’appartement, situé au premier niveau de l’escalier, en laboratoire photo professionnel (en 1963, l’adresse est devenue le 2 rue Maurice Utrillo). Puis, délaissant son matériel, il était parti à la guerre. Mobilisé comme infirmier.

JPEG - 93.1 ko
1948 : Gabriel photographiait les habitants du quartier comme les touristes de passage.

Gabriel pratiquait son métier avec fantaisie et vendait ses photos (il fallait bien vivre !). Il réalisait aussi des portraits en studio, au milieu des décors qu’il avait conçus, et développait lui-même ses photos. Figure du quartier, il pointait régulièrement ses moustaches dans l’escalier. Au cas où… Une personnalité de passage ? Une noce en goguette ? Gabriel empoignait son barda et sortait derechef immortaliser la scène. Chaussé d’une paire de pantoufles, tablier noué autour de la taille : aux marches de Montmartre, Gabriel était chez lui.

JPEG - 138.8 ko
1946 : Gabriel rencontre Fernandel sur le seuil de sa boutique. L’acteur tourne alors Pétrus, l’histoire d’un... photographe.

« Mon grand-père, qui était un bohême, s’est finalement laissé dépasser par le progrès, raconte Hélène, sa petite fille, qui, dans les années cinquante, usait la gomme de ses patins à roulettes sur les pavés du quartier. En 1959, quand il ferme boutique, à l’âge de 76 ans, les promeneurs n’ont plus besoin de lui : ils portent leur propre appareil photo en bandoulière. » Gabriel s’éteindra en 1964, non sans avoir auparavant empilé quelques clichés dans une valise, ouverte un beau jour par sa petite fille.

DIAPORAMA CI-DESSOUS :

Années de prise de vue
Blanche, avant son mariage avec Gabriel : août 1914 - Café, carte postale : 1913 - Escalier 1 : 1929 - Escalier 2 : 1934 - Escalier 3 : 1931 - Escalier 4 : 1927 - Escalier 5 : 1925 - Escalier 6 : 1942 - Escalier 7 : 1927 - Escalier 8 : 1925 - Roger Nicolas, célèbre chansonnier : 1956 - Le Roi des photographes : 1914

Cliquez sur une photo, démarrez le diaporama, zoomez sur l’image de votre choix...

Portfolio

IMG/jpg/Carte.jpg
Partagez cet article:

7 commentaires

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes