dimanche 26 mars 2017| 51 riverains
 

Un Carré pour encadrer les biffins de la porte Montmartre

Initié par la municipalité, un Carré aux biffins ouvrira le 17 octobre 2009, porte Montmartre, dans le 18e arrondissement de Paris. Il permettra d’accueillir et d’encadrer socialement cent personnes, dont le travail consiste à vendre des objets de récupération. Les riverains sont satisfaits mais s’interrogent sur le devenir des biffins exclus de la mesure.

Est-ce le dénouement d’une affaire qui empoisonne depuis des mois les riverains de la porte Montmartre, dans le 18e arrondissement de Paris ? La mairie de Paris et celle du 18e ouvrent, à compter du 17 octobre 2009, le Carré aux biffins, un espace de vente de 100 places marquées au sol, situé sous le pont de l’avenue de la porte Montmartre.

JPEG - 36 ko
Les places prévues pour les biffins sont situées sous le périphérique, porte Montmartre, à deux pas des puces de Saint-Ouen.

Tolérés par les pouvoir publics, les biffins vendent des objets de récupération depuis des dizaines d’années dans le secteur des puces de Saint-Ouen. Ces derniers mois, leur nombre a explosé : 800 personnes ont investi le quartier, toutes les semaines, du lundi au samedi, pour vendre toutes sortes d’objets. Pas seulement récupérés dans les poubelles. « Des produits volés et des colis de nourriture détournés, figurent parmi les objets vendus régulièrement, » témoignent plusieurs riverains.

JPEG - 37.4 ko
Marquées au sol, les places seront occupées par des biffins dûment identifiés.

Mais cette mesure ne satisfait pas les biffins. « Que vont devenir les centaines de personnes qui vivotent du produit de leurs ventes ?, interrogent-ils. Tous ne sont pas des receleurs ». La municipalité est inflexible : pas question pour les élus, toutes tendances confondues, de créer un appel d’air et d’accueillir des vendeurs issus d’autres quartiers de Paris. En effet, les places seront attribuées selon le domicile et l’ancienneté des biffins dans le métier.

La mairie a décidé d’intégrer un volet social à sa décision. L’association d’insertion Aurore organisera l’occupation des places et suivra le dossier de chaque biffin. Lesquels devront d’abord adhérer à une charte avant de recevoir une carte nominative. Un bus siglé Aurore stationnera à proximité du Carré. Pour la municipalité, « cette mesure d’accompagnement sociale innovante vise à conduire vers l’insertion ces personnes très précarisées. »

Un premier bilan de cette mesure « expérimentale » sera présenté dans un an au Conseil de Paris. Élus, biffins, Aurore et riverains auront la parole. Satisfaits, ces derniers avouent néanmoins une crainte : « Comment gérer sur place ceux dont les dossiers n’auront pas été retenus et qui ne manqueront pas de se présenter à l’entrée du Carré ? » Une amende de 172 euros et la confiscation de la marchandise sont prévus pour les récalcitrants.

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes