lundi 20 novembre 2017| 18 riverains
 

Après l'incendie de leur entreprise, les salariés accusés de faute grave

Les 13 salariés de l’entreprise de textile Christian Mode, dont les locaux situés rue d’Aubervillers, dans le 18e arrondissement de Paris, ont brûlé dans la nuit du 23 au 24 novembre 2010, se sont présentés, lundi 14 février 2011, dans une brasserie du coin, pour assister à leur entretien préalable à un licenciement pour faute grave.

Or, sur place, aucun membre de la direction pour assurer les entretiens. C’est que, depuis le sinistre, dont l’origine reste à déterminer, le patron a disparu et les salariés n’ont touché aucun salaire. « C’est un comble, s’est emporté Ian Brossat, élu du 18e arrondissement et patron du parti communiste à Paris. Ils ont été mis à pied à titre conservatoire, puisqu’on les accuse d’une faute grave, comme s’ils étaient responsables de l’incendie ! »

Ian Brossa a écrit au ministre du Travail Xavier Bertrand, « pour demander que l’Inspection du travail se saisisse de cette affaire. Il n’est pas acceptable que l’entreprise fasse ainsi payer la facture de l’incendie à ses salariés ».


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes