mercredi 16 août 2017| 20 riverains
 

Vidéosurveillance : première étape au Conseil de Paris

Le Conseil de Paris a donné son feu vert, lundi 23 novembre 2009, à l’installation par la préfecture de police d’un millier de caméras de vidéosurveillance sur la voie publique (93 dans le 18e arrondissement). Une délibération déjà entérinée par la mairie du 18e, source de clivages dans la majorité municipale.

JPEG - 44.8 ko
Une affiche contre la vidéosurveillance, rue Ramey, dans le 18e arrondissement.

Adopté la semaine dernière au conseil d’arrondissement du 18e arrondissement de Paris, la délibération entérinant la signature d’une convention avec la préfecture de police pour l’occupation du domaine public parisien par 1009 nouvelles caméras de vidéosurveillance (93 dans le 18e arrondissement), sera débattue, lundi 23 novembre 2009, en fin de journée, au Conseil de Paris. Les débats promettent d’être rudes. Et longs : les Verts ont, en effet, déposé 1009 amendements, un par caméra installée. «  Cette convention, a expliqué Félix Beppo, adjoint au maire du 18e, chargé de la voirie, expose les conditions précises dans lesquelles la ville de Paris autorise la préfecture de police à l’utiliser l’espace public pour installer les caméras. »

Retransmission de la séance sur Internet, en cliquant ici

Dans le 18e arrondissement, la cassure est nette au sein de la majorité municipale : les Verts et le Parti communiste s’opposent à l’installation des caméras ; les socialistes et les radicaux de gauche y sont favorables, tout comme les conseillers de l’opposition UMP. Le chef de file du parti écologiste et élu du 18e, Sylvain Garel, avait donné le ton au cours du conseil d’arrondissement : « C’est le vote le plus important de la mandature et un véritable choix philosophique, avait-il prévenu. Dans quelle société voulons-nous vivre ? » Et d’inciter l’ensemble des conseillers de l’arrondissement à lire, ou relire, 1984, de Georges Orwell.

Deux vœux sur le sujet avaient été déposés au cours de la séance. Celui du Conseil de quartier Charles-Hermite Evangile, présenté par son président et élu vert du 18e, Pascal Julien, demandait la suspension du plan caméras et l’ouverture d’un débat public sur le sujet. Le vœu avait été rejeté. Myriam El Khomri, adjointe au Maire de Paris et conseillère déléguée à la prévention et à la tranquillité publique, avait, de son côté, émis le souhait qu’un emplacement de caméra soit supprimé à l’entrée du centre social Accueil Goûte d’Or. Adopté par la majorité municipale, ce vœu avait toutefois été critiqué par l’UMP : « Il faut conserver cette caméra située à l’angle des rues Polonceau et des Gardes, elle sera utile à la lutte contre tous les trafics, avait proposé Pierre-Yves Bournazel. En revanche, il est possible d’occulter une partie de l’objectif pour masquer l’entrée du centre social... »

Lire aussi sur le site :
- Vidéosurveillance : le débat UMP / Les Verts
- Les échos du Conseil d’arrondissement
- Vidéosurveillance : qu’en dit la rue ?

Le Conseil de Paris en direct : cliquer ici

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes