vendredi 20 octobre 2017| 15 riverains
 

Téléphonie mobile : où sont les antennes-relais de Free ?

Deux antennes-relais à Paris, par Thomas Claveirole sur Flickr.

Le nouvel opérateur de téléphonie mobile Free Mobile, qui devrait lancer ses offres commerciales prochainement, a prévu d’installer 27 antennes-relais dans le 18e arrondissement de Paris. Mais depuis la rupture de la charte de bonne conduite, qui liait les opérateurs et la mairie de Paris, le déploiement des installations se fait dans le flou. Enquête et carte des antennes-relais déjà dans le 18e.

« Aujourd’hui, nous ne savons pas réellement où Free va installer ses antennes-relais dans le 18e arrondissement de Paris », déplore Pascal Julien, élu EELV à la mairie du 18e. La mairie centrale dispose bien d’un plan de déploiement, établi du temps de la charte, mais est-ce suffisant ? Car jusqu’à la fin du mois de septembre, La charte parisienne de la téléphonie mobile parisienne liait les opérateurs (Orange, SFR, Bouygues Télécom et Free) à la Ville et encadrait, entre autres, l’installation des antennes-relais (soumise à un avis favorable de la mairie) et leur puissance à 2 V/m (volt par mètre) en moyenne sur 24 heures. Initiée en 2003, la charte n’a pas été reconduite. « À l’issue de nombreuses réunions de négociations, la Fédération française des télécoms (FFT) et les 4 opérateurs ont fait part d’exigences inacceptables, notamment l’augmentation du seuil à 10 voire 15 V/m », expliquait la ville dans un communiqué, le 13 octobre 2011.

Opérateurs radins
Conséquences ? « Les Parisiennes et les Parisiens ne bénéficient plus des garanties apportées par la charte, tant du point de vue de la transparence que des seuils d’exposition aux ondes électromagnétiques de téléphonie mobile », déplore la ville dans le même communiqué. Un refus motivé, pour Pascal Julien, par la volonté des opérateurs de ne pas « abaisser le seuil maximum d’exposition aux ondes électromagnétiques ». Pour lui, l’explication de ce refus pourrait être financière. Les Verts, qui ne sont pas opposés à la téléphonie mobile souligne-t-il, prônent la multiplication d’antennes-relais de moindre puissance, « à un seuil de 0,6 V/m, ce qui n’affecterait pas la qualité du service ». Or, « la location d’un toit pour installer une antenne-relais varie de 10.000 à 20.000 euros par an. En multipliant les antennes, vous multipliez les coûts. Leur réticence se comprend mieux ».

Grève des toits municipaux
Depuis la rupture de la charte parisienne de téléphonie mobile, la mairie de Paris n’autorise plus d’installation d’antennes-relais sur des toits municipaux et envisage un recours juridique pour déloger celles qui sont déjà installées, qualifiées de « squatteuses » par Pascal Julien. Elles seraient près de 200. « La situation risque d’être catastrophique pour les opérateurs qui ne pourront pas proposer une couverture complète de leur réseau, précise Étienne cendrier, porte parole de l’association Robin des toits. L’attitude de fermeté de la mairie de Paris est une bonne chose pour nous. » Dans l’arrondissement, la présence des antennes-relais et leur multiplication soulève nombre de questions. À tel point que le conseil de quartier de la Moskowa - Porte de Montmartre - Porte de Clignancourt le 9 novembre 2011, y était entièrement consacré. « Il y avait des habitants inquiets, des curieux, des optimistes aussi », détaille Pascal Julien.

Une mini-antenne relais chez moi ?
La technologie est encore marginale, les retours sont rares. Baptisée Femto Cell, elle permet de transformer votre box en mini antenne-relais, ce qui « permet d’obtenir une meilleure couverture 3G pour tous les usages mobiles » explique SFR sur son site qui consacre même une page « SFR Femto et la santé », a priori sans danger. Le porte-parole de Robin des toits reste méfiant : « Ça reste une antenne-relais, installée par défaut dans les box SFR. Free a aussi commencé à l’installer ».

- Sur cette carte, localisez la position des antennes-relais des opérateurs de téléphonie mobile dans le 18e arrondissement de Paris, ainsi que les implantations prévues de Free. Carte Google construite sur la base des déclarations des opérateurs au mois de juin 2011.


View Les antennes-relais dans le 18e arrondissement de Paris in a larger map

Lire aussi :
Ondes électromagnétique : vers un nouveau scandale sanitaire ?, sur Bastamag.net

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:

3 commentaires
  • Téléphonie mobile : où sont les antennes-relais de Free ? 30 novembre 2011 11:10, par collectif riverains

    Ce débat a pris une tournure brûlante, depuis que le conseil de quartier de Montmartre a fait procéder sur deux antennes du 18ème à des mesures d’émission par un organisme indépendant. Or le résultat est sans appel, alors que l’organisme officiel et les opérateurs affirment que tout va bien, les mesures montrent que les seuils maximum d’intensité sont dépassés jusqu’à un multiple de 4, dans certaines pièces des immeubles mitoyens des antennes.
    Alors que les seuils officiels issus de la réglementation sur les micro ondes (mesure des effets du réchauffement) sont déjà contestés par certaines associations de biologistes qui demandent de considérer aussi les effets du rayonnement, ces mesures montrent que ces seuils peuvent ne pas être respectés du tout par les opérateurs.
    Le rapport peut être demandé à la mairie du 18 ème.

    Répondre

  • comment proposer un terrain pour une antenne relas

    Répondre

  • il y a t il une antenne free sur ma commune ?
    83560 Saint julien

    Répondre


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes