mardi 28 mars 2017| 47 riverains
 

Sous la pluie, le sourire des touristes à Montmartre

Sur la place du Tertre, des Espagnoles gardent le sourire malgré les intempéries.

C’est l’été. Pourtant, Montmartre, dans le 18e arrondissement de Paris, est sous la pluie depuis plusieurs jours. Les touristes jouent la carte de la bonne humeur, mais portraitistes et cafetiers font grise mine. Reportage et portfolio.

Au cœur des vacances d’été, les marches du Sacré Cœur fleurissent dans le 18e arrondissement de Paris. Une floraison atypique : ce sont bel et bien des parapluies qui colorent le paysage, en ce mardi 19 juillet 2011 de pluie et de grisaille. Les vendeurs à la sauvette en proposent d’ailleurs aux touristes moyennant cinq euros, réservant les habituelles canettes et bouteilles d’eau fraiches à des températures plus saisonnière.

Ce temps de chien n’entame cependant pas l’enthousiasme de la plupart des visiteurs, emmitouflés dans des K-way géant qui tombent sur les chevilles et tassés sous le porche de la basilique. Sur fond de Paris brumeux, deux touristes allemandes, dont c’est la première visite de la capitale, font le spectacle en se photographiant dans toutes les poses possibles. « C’est joli quand même, Paris est toujours magnifique, indique l’une d’elle, hilare. C’est moins bien pour la vue, mais on va pas se laisser embêter par la météo ! »

Mauvais pour les affaires

Il faut slalomer entre les gouttes pour atteindre la place du Tertre. L’activité y est plus calme qu’à l’accoutumé. Les portraitistes ont installé leurs materiels sous de large parapluies. Lesquels sont capables d’abriter l’éventuel client, moins enclins dans un jour comme celui la à rester assis le temps du dessin. L’une d’entre elles, dans un français hésitant, fait savoir qu’elle est venue uniquement pour un rendez-vous avec un client qui n’est jamais arrivé. Gardant le sourire, la jeune femme constate le manque à gagner d’une telle météo en plein mois de juillet : « Forcement pour les affaires, c’est pire que d’habitude. »

Goran, de son côté, propose « en cinq minutes », des portraits aux touristes. Serbe, installé en France depuis 23 ans, l’homme dessine place du Tertre depuis 19 ans. Peu sensibles aux caprices météorologiques, il relève cependant avec un fort accent que « ce temps pourri fait fuir les clients ». Par ces 13°C, les terrasses des cafés sont presque vides. À l’exception de ceux qui recherchent un abris pour attendre l’accalmie. Du coup, les serveurs ont le temps de s’alpaguer entre eux ou de serrer des mains. Un barman du Sabot Rouge fait l’implacable constat : « Avec ce temps pourri, il y a moins de touristes. »

Secte en vadrouille

En s’enfoncant dans la rue Norvins, les groupes de visiteurs offrent parfois des visions cocasses. Une dizaine de Japonais se déplacent lentement. Ils portent tous le même ciré jaune à capuche pointue. Avec du recul, on dirait une secte en vadrouille. Dans la grisaille, imperméables et parapluies forment un étonnant patchwork de couleurs. Le Parisien, lui, reste gris, comme le temps. Trois Espagnoles en parkas blancs ne manquent pas de le relever : « Il faut garder le sourire ». Météo automnale ou pas, « Montmartre reste un endroit merveilleux ».

Portfolio

Vendeurs de parapluies devant le Sacré Cœur. Goran, portraitiste serbe, prend son mal en patience. Bal des parapluies place du Tertre. Paris sous la brume. Costumes en vigueur, rue Norvins.

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes