lundi 25 septembre 2017| 294 riverains
 

Sondage : « Fondamentalement contre la vidéosurveillance »

77% des lecteurs de dixhuitinfo.com qui se sont exprimés sont contre la vidéosurveillance. Deux semaines après le lancement du sondage, une vraie tendance se dessine : la vidéosurveillance, qui sera développée dans la capitale au cours de 2011, ne fait pas l’unanimité. Dérive sécuritaire, inefficacité, conflit d’intérêts : revue de commentaires laissés par les lecteurs de Dixhuitinfo.

Puisque sa position est minoritaire, commençons par Alexis. Ce lecteur est le seul à publier un commentaire en faveur de la vidéosurveillance. Son argument : face à « l’augmentation croissante des vols, cambriolages, incendies criminels et agressions dans le 18ème […] c’est toujours un plus pour retrouver les auteurs de crimes et délits ».

Vraiment, la vidéosurveillance est efficace ? Allons voir en Angleterre ! Dannyson nous rappelle que ce pays est « équipé de système de vidéo surveillance de puis des années et c’est un échec. Les délinquants sont malins, ils interviennent hors champs des caméras ». Pourquoi, dès lors, dépenser autant d’argent dans la vidéosurveillance ?, s’insurge Dannyson : « Cet argent pourrait être utilisé pour remettre en place la police de proximité mise en place il y a quelques années. »

Même argument du côté de Laurent Jourdain : « L’inefficacité de ce système est démontrée depuis longtemps et l’on s’obstine à dépenser des millions aux frais du contribuables malgré tout. Des moyens humains supplémentaires auraient été plus judicieux. La machine ne remplacera jamais l’être humain en tout cas pas dans ce cas de figure. »

Rémy renchérit : « Si vous voulez un meilleur bilan en termes de sécurité et d’emploi, ouvrez des portes de policiers et d’assistant-e-s sociaux/ales. » Od Koutey, lui, pointe les choix des lieux d’implantation, qui relève, selon lui, « d’une stigmatisation implicite des quartiers socialement défavorisés ».

Dérive sécuritaire ?
Mais le sentiment le plus partagé par les lecteurs de Dixhuitinfo, c’est la peur d’une « dérive sécuritaire ». « Cela vaut-il vraiment le coût de sacrifier notre liberté individuelle, notre droit à la libre circulation et toutes nos libertés pour éviter un ou deux vols de portable ?, s’interroge Boubou. Réfléchissons, le calcul coût-bénéfice est-il si intéressant ? Parce que n’oublions pas qu’en contrepartie, on pourra vous voir circuler dans la rue, vous retrouver etc... et ne dites pas que vous n’avez rien à vous reprocher, vous ne savez pas ce que l’avenir vous réserve (rien qu’à penser à une fausse accusation...) ».

« Fondamentalement contre la vidéosurveillance, écrit Clément. C’est un fantasme des politiques qui croient pouvoir créer un monde soi disant sécurisé en nous espionnant. Relisons 1984 et arrêtons ce délire sécuritaire, institué par la droite comme par la gauche. Tous pareils ! »

Car la politique s’instille aussi dans le débat. Contrairement à Clément, un commentateur anonyme estime qu’il existe des différences entre la droite et une certaine gauche : « Seuls les élus écologistes, et après beaucoup d’hésitations, ceux du PC, se sont opposés, au Conseil de Paris, à sa mise en place dans la capitale. Une honte pour la gauche socialiste. »

Après avoir critiqué la politique de Brice Hortefeux, basée sur « la gestion des gens par la peur », un commentateur donne un conseil à la gauche : « La gauche gagnera en n’imitant pas la droite la plus réactionnaire. »

Face à tant d’impopularité, comment expliquer que la municipalité socialiste parisienne se soit engagée dans le développement de la vidéosurveillance ? Lise a sa petite idée : elle pointe du doigt « les experts qui conseillent les décideurs municipaux » qui sont souvent, d’après elle, « partie prenante dans les sociétés citées juste avant [chargées de les commercialiser]... On pourrait ici aussi reparler de conflit d’intérêts... ».

Et vous, qu’en pensez-vous ? Continuez à participer à notre sondage et laissez vos commentaires. Votre point de vue nous intéresse.

Les résultats du sondage
Au 4 février 2011, voici les résultats du sondage sur la vidéosurveillance, auquel 172 lecteurs ont participé : 134 sont contre, soit 77% des votants. 34 sont pour, soit 19% des votants. 4 ne savent pas, soit 2% des votants.

La carte de la vidéosurveillance dans le 18e arrondissement, et de nombreuses informations.

(Photo : Florian Hurlbrink)

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:

4 commentaires
  • J’aimerai tant que cela soit la panacée. Oui mais voilà : Il a quelques jours mon enfant c’est fait agresser à deux pas d’une caméra par un jeune portant une capuche (détail important car elle cache le visage). Il attendait l’ascenseur, la caméra est dans l’ascenseur. De plus cet ascenseur à été ensuite indisponible, simplement parce que la caméra ne fonctionnait pas. Bref à cause de cet engin inutile et défectueux les vieux devaient grimper à pied !
    Alors quoi ? il faudrait aussi une caméra dans le hall de l’immeuble et tous les 20 mètres dans les rues… c’est sans doute là la stratégie du business sécuritaire. On sait que pour l’instant c’est inefficace donc il faut renforcer le dispositif, donc marché juteux, sans parler de la maintenance. Ainsi nos impôts vont dans les poches de gens bien plus terrifiants que les voyous, qui jouent à nous faire peur et qui réussissent à convaincre des élus de gauche qui ne savent plus comment jouer au jeu de ce gouvernement de fous.
    Jusqu’où iront-ils pour prouver qu’ils ont raison. Une simple capuche cache un visage face à l’objectif ; il y a des caméras plein le métro et pourtant 200 portables par jour environ y sont volés sans que les coupables soient interpellés. Pour que ce dispositif soit opérant il faut que l’on voit nos visages. La loi contre la burqa était-elle le prémisse d’une remise en question de nos libertés à la gloire des actionnaires d’entreprise sécuritaire. Plus de capuches, de casquettes, de voile ou de kipa autorisés sur la voie public ?
    En plus , la population vieillie et beaucoup d’entre eux se sente fragilisé, voir franchement menacé. Quant aux jeunes, on leur refuse le travail, on les met en état de précarité, ils deviennent malgré eux l’ennemi du vieux (qu’ils soient innocent à 99,99% ou non). Voilà un shéma de société qui frise la science fiction, et pourtant… dans les glissements sémantiques du moment il ne faut plus dire "Caméra de surveillance" mais "Caméra de protection", là aussi se sont nos impôts qui participe à cette mécanique infernale.
    Moi si j’étais aussi cynique que ces gens je me lancerai dans ce métier, juste histoire de dévaloriser, comme il le font, un peu plus la police républicaine. Vous avez dit Malsain ?

    Répondre

  • Beaucoup d’argent dépensé (on parle de 300 millions), une efficacité douteuse (il suffit de porter un collant pour ne plus être reconnu, les braqueurs de banque l’ont bien compris), une aggravation du sentiment d’insécurité (caméra veut dire zone à risque), un motif supplémentaire de retrait des personnels de la force publique. On cherche vainement des arguments en faveur de la video-sécurité. D’ailleurs, on peut constater que tous les ministères, et la Mairie de Paris elle-même sont largement dotés de caméras de surveillance, mais que les plantons sont restés. Si le système était fiable, et garantissait contre les risques il n’y en aurait plus aucun.

    Répondre

  • Fondamentalement pour . bien sur que ca ne remplacera pas le travail des policiers sur le terrain , mais que faire contre cette delinquance des quartiers nord de Paris ?

    Répondre

  • Au début j’étais pour je me sentais en sécurité, alors que maintenant je me rend compte que c’est inefficace.
    Sur le parking d’un supermarché après une simple erreur de conduite, je m’étais fait klaxonner et insulté par un con, que j’ai ensuite insulté à mon tour.
    Il m’avait suivi, et j’ai continué mon chemin par peur des conséquences.
    Quand j’en avait parlé autour de moi, on m’avait dit que j’aurais pu me faire casser la gueule.
    De même quand j’avais parlé de la vidéosurveillance, on m’avait dit qu’il ne fallait pas compter dessus, et que ça ne changerait rien.
    A quoi ça sert les caméras dans ce cas la ?
    En gros quant il s’agit de nous espionner les agents de surveillance sont la, par contre pour notre sécurité y a plus personne.
    Qu’ils n’interviennent pas pour des motifs futiles la encore je m’en fou, mais pas pour des choses graves.
    Pour ma part c’est de la non assistance à personne en danger et ça peut leur coûter très cher.
    Franchement je ne suis pas du tout convaincu de la vidéosurveillance.
    C’est des millions jetés par les fenêtres pour aucun résultat.

    Répondre


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes