dimanche 26 mars 2017| 63 riverains
 

« Les éducateurs de rue, mieux que la vidéosurveillance »

Caméra de vidéosurveillance au 77-83 boulevard Ney. Photo © Jérémie Jung.

À la demande de l’opposition municipale, l’installation de la vidéosurveillance dans les logements sociaux fait régulièrement débat dans le 18e arrondissement de Paris. Ces équipements existent dans certains HLM. Où l’avis des habitants est contrasté.

Posées trop bas, les caméras ont rapidement été occultées à l’aide de bombes de peinture. « On ne sait pas si elles fonctionnent ! Moi, je pense qu’elles ne fonctionnent pas », déclare Abdelhamid Arfaoui, président de l’Amicale des locataires du 77-83, boulevard Ney, dans le 18e arrondissement de Paris.

Depuis dix ans, cet homme a tout essayé pour rendre sa résidence vivable : grillager les coursives et le petit parc à l’intérieur de l’immeuble, poser des barres pour éviter que les scooters ne tournent dans l’enceinte, réparer les portes pour un coût de 2 000 euros (aux frais de France Habitation, l’organisme bailleur). Mais rien à faire, intrusions et dégradations ont continué.

Pas la panacée
Il y a deux ans, Abdelhamid Arfaoui décide, avec l’accord d’une vingtaine de locataires et du bailleur social, de faire poser quatre caméras, pour dissuader les intrus. Elles sont désormais aveugles. « De toute façon, on ne sait même pas qui visionne les images. Nous, on a demandé à France Habitation que les gardiens des immeubles aient un écran de contrôle. On n’a toujours pas de réponse. »

JPEG - 45.9 ko
Abdelhamid Arfaoui, président de l’Amicale des locataires du bd Ney. ©Jérémie Jung.

« Vous savez, on ne s’oppose pas aux locataires par principe, explique M. Leverve, directeur de la communication à France Habitation. Les images sont uniquement destinées à la police et on ne peut pas laisser tout un chacun regarder les films. » Le responsable ignore où est situé le poste de contrôle et ne sait pas qui visionne les bandes : « La vidéosurveillance n’est pas la panacée. Mais c’est un outil dissuasif qui peut aider à résoudre des enquêtes.

Sur ce point, M. Leverve rejoint les positions de Michel Neyreneuf, chargé de la politique du logement et adjoint au maire PS du 18e, Daniel Vaillant. L’élu assure que ces caméras « ne sont qu’un outil complémentaire aux moyens existants, comme le Groupement parisien interbailleurs de surveillance (GPIS) ». Ni plus, ni moins.

Leurres ?
Pour Mme Albingre, habitante du 1, rue Firmin-Gémier, « Les caméras, ça a servi au début. Ce n’est pas vain comme système, mais ce n’est pas prendre le mal à la racine. Ce qu’il faudrait, ce sont des éducateurs de rue. » Il y a quelques années, sa résidence était une zone connue de trafic de drogue. Alors présidente de l’Amicale des locataires, elle avait demandé la pose de caméras.

Si c’était à refaire, cette retraitée énergique n’y serait plus aussi favorable. Et ne venez pas lui parler de protection de la vie privée : « À l’heure où tout le monde s’affiche sur Facebook, ça ne me fait pas peur ! » se fâche Mme Albingre. Pour elle, « c’est surtout du gaspillage ».

Cas semblable au 247-251, rue Marcadet. Une demande a été faite à la suite des propositions de l’opposition municipale UMP du 18e. M. Chabbi, qui habite l’immeuble, n’y croit pas : « Je suis pour l’installation de leurres (des fausses caméras), mais je m’oppose aux dépenses d’argent inutiles. Le GPIS passe régulièrement, une porte sécurisée a été installée, un gardien est sur place, des grillages empêchent les intrusions… C’est suffisant ! »

Lire aussi sur le site : La vidéosurveillance au second semestre 2011 dans le 18e arrondissement

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:

1 commentaire
  • quelle catastrophe ! comment vivre dans cette insecurité ? apres le travail , avoir payé ses impots et son loyer , nous meritons un meilleur quotidien ..... Bien sur pour etre politiquement correct , faisons de l angelisme : la police ne sert a rien , les cameras ne servent a rien , seuls les educateurs vont nous sortir de ce bourbier ........ bien sur les biens pensants diront qu ils ne faut pas renvoyer les familles des HLM qui posent problemes ( alors que mes impots a travers la constructions des HLM et les differentes aides sociales ( ex l APL )aident certaines familles de delinquants ). si les delinquants et leur famille ( la premiere cellule d education est la famille ) sont dans l impunité , comment des lors s etonner de toutes ces incivilités et de cette delinquance . heureusement pour moi je ne vis pas dans cet environnement . Bon courage et n oubliez pas pas d etre dans le politiquement correct . en outre quelle evaluation du travail des differentes associations qui vivent de nos subventions ( donc de mes impots ) ? miclucas

    Répondre


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus