lundi 21 août 2017| 11 riverains
 

« Dans la rue, les rats attaquent les pigeons ! »

Propreté, commerce et subventions figuraient au menu du conseil de quartier Charles Hermite-Évangile, dans le 18e arrondissement de Paris, lundi 22 novembre 2010. Cette instance permet aux habitants de proposer des idées et d’énoncer leurs griefs. Ce soir-là, un vœu relatif au retour du kiosque à journaux, porte de la Chapelle, a été adopté par les riverains. Récit.

Une histoire d’hélicoptère ouvre le conseil de quartier Charles Hermite-Évangile, lundi 22 novembre 2010, dans le 18e arrondissement de Paris. « Selon le journal Le Parisien, un héliport pourrait être érigé porte d’Aubervilliers, raconte Pascal Julien, élu écologiste et président de ce conseil situé au nord-est du 18e. Il s’agirait de pallier la baisse de fréquentation de celui d’Issy-Les-Moulineaux. Je me suis renseigné partout, je n’ai pas davantage d’informations. » Remous dans l’assistance. « Il ne manquerait plus que ça ! » dit un homme assis, avec vingt-cinq concitoyens, sur les bancs d’une salle fraîchement repeinte en vert de l’école maternelle de la rue Maurice Genevoix.

JPEG - 65.2 ko
Les huit conseils de quartier du 18e se réunissent régulièrement, soit en session publique, soit en session restreinte.

Le conseil démarre vraiment par l’étude d’une subvention. Une école voisine, la maternelle Tchaïkovski, prévoit un séjour à la ferme. Trois classes et soixante-dix enfants sont concernés. Le budget est de 150000 euros. Il manque 3000 euros. Ils font l’objet d’une demande de subvention auprès du conseil de quartier. Avant le débat, Pascal Julien rappelle que la Ville de Paris octroie 3306 euros chaque année aux conseils de quartier. Charles Hermite-Evangile n’a rien dépensé cette année. Or, cette somme doit être totalement dépensée, sinon elle est irrémédiablement perdue. Pas un fifrelin n’est reporté sur l’exercice suivant, où les compteurs sont remis à zéro.

Dans le public, l’affaire semble faire l’unanimité : « Autant utiliser cet argent en accordant cette subvention. » La directrice de l’école maternelle doit justifier son budget. Le projet pédagogique circule dans le public. Une dame estime toutefois que c’est beaucoup dépenser pour une seule activité. Un conseiller de quartier souhaite un « retour d’expérience ». Un autre s’interroge : « Pourquoi n’avons-nous pas davantage de projets à étudier ? » La subvention est finalement votée, à main levée et à l’unanimité.

« Dans la rue, les rats attaquent les pigeons ! » C’est par ce résumé saisissant que le conseil de quartier dresse ensuite un bilan des travaux du tramway T3, entre les portes d’Aubervilliers et de la Chapelle. C’est que le chantier remue les entrailles du nord-est parisien. Et dérange les rongeurs. Des hordes de rats sont même évoquées. « Actuellement, les feuilles tombées des arbres jonchent les trottoirs, témoigne ce monsieur. Ça forme des tas. Et bien les gens ont peur quand les feuilles bougent. » Vers la cité Charles Hermite, les habitants parlent de « rats longs comme ça, qui sautent partout quand on sort les poubelles ».

« La rue Raymond Queneau est cassée »
« Comment lutter contre ce fléau », interroge l’assistance. Laquelle, se plaint du manque de réactivité du site Internet mis en place par la Mission tramway. « Sans parler du numéro de téléphone d’Info tram qui ne sait jamais rien », dit un autre. Sur le sujet, les membres du conseil de quartier sont pessimistes : « Les riverains du sud de Paris ont vécu la même situation sur le chantier de leur ligne. Les rats ont disparu au terme des travaux. » Patience, donc. Les arrêts de bus PC, la petite ceinture, préoccupent aussi les habitants du secteur. « Ils changent tout le temps, s’agace une dame. Parfois, les chauffeurs ignorent même où sera le prochain arrêt. » « C’est la Roumanie », rigole un monsieur le cheveu grisonnant.

JPEG - 45.4 ko
Débats, récriminations, propositions, sont le lot des conseils de quartier.

Le dossier propreté fait aussi débat. Charles Hermite envie Montmartre. Là-haut, le conseil a imaginé un système d’alerte permanent : le citoyen repère un encombrant ou des ordures dans un coin. Il adresse une photo, via Internet, à la Propreté de Paris, qui intervient dans les meilleurs délais. Felix Bepo, adjoint au maire, chargé de l’Espace public a proposé six mois d’expérience. « Pourquoi pas chez nous », regrette un homme. « C’est une expérience, rappelle Pascal Julien. Rien ne nous empêche nous aussi d’avoir de bonnes idées en matière de propreté. »

Si, à deux ou trois exceptions près, les participants constatent le recul des déjections canines sur les trottoirs, ils râlent aussi contre « ces voisins qui ne font rien ». « J’appelle le 3975 pour les autres habitants de mon immeuble. Ils déposent des trucs, puis partent comme sans rien dire. » « Il n’est pas normal que les habitants assurent eux-mêmes toutes ces démarches pour rendre leur quartier propre », souligne le conseiller Thierry Gil. La voirie fait aussi l’objet de griefs divers : « La rue Raymond Queneau est cassée, se plaint cette dame. Les gens tombent dedans. »

Un vœu pour le retour du kiosque à journaux
Cent six locaux commerciaux vides, peu de commerces de bouche, vitrines peu engageantes : Dieudonné M Gomou, conseiller de quartier, dresse un constat alarmant. Comment revitaliser le commerce de quartier dans le secteur ? « On veut des boucheries, des boulangeries, des traiteurs, dit un monsieur. Pourquoi on ne ferait pas comme dans le 2e arrondissement, où les commerces ont été aidés par la Ville ? » « Aucune mairie ne peut aider un commerce à s’implanter », rappelle Pascal Julien.

Les débats se cristalisent ensuite autour de la question des kiosques à journaux. « Il y avait cinq kiosques et quatre marchands de journaux voilà dix ans, explique un homme. Aujourd’hui, plus rien ! » « La faute aux journaux gratuits », suggère un habitant. « Ajoutée à celle de la distribution », renchérit un autre. « Où est passé le kiosque de la porte de la Chapelle ? demande une dame. On nous avait promis qu’il serait réparé le plus vite possible. » Elle suggère d’adresser un vœu au maire de Paris, « pour rétablir le fonctionnement de ce kiosque très vite ». Adopté à l’unanimité. « De toute façon, c’est pas possible, grommelle un homme au fond de la salle. Les travaux vont modifier son emplacement tous les jours. »

En savoir plus sur les conseils de quartier :
- Renouvellement des conseils de quartier, la carte de la démocratie locale
- « Conseiller de quartier, notre atout, c’est d’être sur le terrain »
- Le destin fragile d’un vœu de conseil de quartier

Sur le chantier du tramway T3 :
- Les travaux du tramway vont bon train

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:

2 commentaires

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes