lundi 20 novembre 2017| 10 riverains
 

Les portes du métro, musée Art Nouveau à ciel ouvert

L’entrée de la station de métro Abbesses existe sous cette forme depuis 1974. Auparavant, elle coiffait la station Hôtel de Ville.

De nombreuses entrées de métro parisiennes ont été dessinées par Hector Guimard, l’un des chantres de l’Art Nouveau au début du XXe siècle. Il en reste peu dans le 18e arrondissement de Paris. Mais les stations de métro Pigalle, Anvers, Blanche, Place de Clichy et, surtout, Abbesses, sont devenues célèbres.

L’architecte et décorateur Hector Guimard est né le 10 mars 1867 à Lyon. Diplômé de l’Ecole nationale des Arts décoratifs, c’est le fondateur du style Art Nouveau (lire encadré). Il est connu pour avoir créé, notamment, le Castel Béranger (14 rue Jean de La Fontaine, 1895-1898, Paris 16e) qui a lancé le style en France, puis plusieurs hôtels particuliers ou immeubles, essentiellement dans le 16e arrondissement de Paris, ainsi que sur la côte normande.

Mais Hector Guimard est surtout connu pour avoir dessiné les entourages et les édicules qui encadrent l’entrée des stations de métro parisiennes. La première ligne de métro a été inaugurée le 19 juillet 1900, année de l’Exposition universelle. Il s’agit de la ligne 1, porte de Vincennes - porte Dauphine. À l’époque, pour que la capitale soit « la plus belle ville du monde », la Ville de Paris lança un concours d’architectes pour recruter celui qui devrait construire les entrées de métro de cette ligne : une entrée pour la place de la Bastille, deux pour celle de l’Étoile, dans un premier temps. Face aux propositions jugées décevantes des concurrents, la CMP (Compagnie du Métropolitain de Paris) se fera alors forcer la main pour choisir le vainqueur. Une sorte de "complot" ourdi par certains fonctionnaires de la Préfecture de la Seine et conseillers municipaux fit alors d’Hector Guimard, le gagnant officiel du concours.

JPEG - 62.4 ko
Typique du travail d’Hector Guimard, un détail de l’encadrement de la station Pigalle.

Aujourd’hui, le métro parisien compte 16 lignes, 302 stations et plus de cinq millions de voyageurs par jour : 167 stations y ont été construites dans le style Guimard*. Il en reste 87. Sur la vingtaine de stations du 18e arrondissement de Paris, plusieurs d’entre elles ont été créées par Hector Guimard. Mais dans les années soixante, elles ont presque toutes disparues, comme par exemple, celles de la porte de Clignancourt ou de la station de métro Simplon (ligne 4).

Il en reste cependant de très connues : Pigalle, Anvers, Blanche, Place de Clichy (ligne 2), avec ses entrées dont les entourages sont à fonds arrondis. La station Abbesses, sur la ligne 12, demeure la plus célèbre. Elle est devenue un des symboles de la Ville de Paris et de l’arrondissement.

JPEG - 82 ko
Dessinée par Hector Guimard, la station place de Clichy a été mis en service ligne 2 au début du XXe siècle.

Cette entrée a été créée par Hector Guimard en 1900. Mais pas pour la station Abbesses (la ligne 12 n’existait pas). Elle a été conçue à l’origine pour la station Hôtel de Ville, située rue Lobau, sur la ligne 1. Elle a été déplacée aux Abbesses en 1974, en raison de la construction d’un parking souterrain sur cette même rue Lobau.

L’édicule Abbesses est à claire-voie. L’entrelacement des lignes en métal vert donne le sentiment de lien entre la nature et l’industrie. C’est l’essence même de l’Art Nouveau, popularisé et développé en France par Hector Guimard à la fin du XIXe siècle. Lequel Hector Guimard interrompra sa collaboration avec la CMP (Compagnie du chemin de fer Métropolitain de Paris) en raison d’un conflit financier avec cette dernière.

(*) Offertes ou échangées avec des villes étrangères, plusieurs stations de métro Guimard (anciennes ou copies récentes) ont propagé cette véritable icône parisienne autour du monde. En particulier à Montréal, Chicago et Lisbonne.

L’Art Nouveau est né et s’est développé en Belgique comme un style décoratif, à la charnière des XIXe et XXe siècles. En France, il a été introduit par Hector Guimard. L’Art Nouveau tente de lier l’industrie et la nature. Il a beaucoup varié de forme entre ses différentes foyers européens. Si en Lorraine, à Nancy, les décorateurs ont essayé de reproduire les formes et les images véritables de la nature, en Belgique et à Paris, le style est plus linéaire. L’Art Nouveau est également marqué par le symbolisme. Sur l’entourage d’une station de métro, on peut par exemple remarquer les évocations de fragments du squelette humain. On peut y voir aussi, selon son imagination, des dessins d’insectes, de fleurs, d’animaux.

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes