vendredi 24 novembre 2017| 14 riverains
 

Le CIM, institution musicale du 18e, en péril

L’entrée du CIM sur la rue Doudeauville

Le CIM, école de jazz réputée du 18e arrondissement de Paris, va être expulsée des locaux qu’elle occupe depuis 1978, rue Doudeauville. C’est le résultat d’un feuilleton immobilier aux multiples rebondissements.

Le CIM est au bord de l’abîme. Depuis sa création en 1976, cette école de jazz et de musiques actuelles est devenue un véritable nid d’artistes. Matthieu Chedid (mieux connu sous le pseudonyme -M-), la chanteuse de jazz Youn Sun Nah, ou Magic Malik, sont tous sortis de cette célèbre école de jazz et de musiques actuelles, située au 83 bis rue Doudeauville. Mais aujourd’hui cette institution est en péril. En effet, le CIM risque de devoir quitter ses locaux au cœur du 18e arrondissement de Paris, dont il est locataire depuis 1978. Le propriétaire, une société civile immobilière constituée par la Régie immobilière de la Ville de Paris (RIVP) et la Caisse des dépôts et consignations (CDC), souhaiterait libérer les lieux afin de réaliser une opération immobilière.

Le directeur du CIM, Michel Valera, a donc organisé une conférence de presse pour expliquer la situation subie par son école depuis 2003. Cette année là, les deux immeubles du 83 bis rue Doudeauville, occuppés par le CIM, le CEDEC (un organisme de location de salles de répétition) mais aussi des particuliers, sont rachetés à la CNAV (la Caisse nationale d’assurance vieillesse) par la société Transimmeubles dans le but de revendre ces locaux à des fonds de pensions. Le CIM, menacé d’expulsion, demande l’aide du maire de Paris, Bertrand Delanoë, durant l’été 2004. Des discussions entre les différents interlocuteurs aboutissent alors à une solution unanime : le CIM va lui-même acquérir l’immeuble.

Bizarreries et ambiguïtés

JPEG - 40.2 ko
La facade du Cim, 83 rue Doudeauville.

Mais voilà que sans etre prévenu, en décembre 2004, les lieux sont rachetés par la RIVP avec une participation financière de la CDC. Dans un premier temps, le CIM et ses 200 apprentis-musiciens sont rassurés sur leur avenir, compte tenu du caractère public des deux organismes. Mais, dans un retournement de situation « bizarre », estime Jean-Marie Griffon, conseiller juridique et financier du CIM, la célèbre institution du jazz français reçoit un courrier de la RIVP/CDC leur annonçant qu’ils allaient reprendre la suite des procédures engagées par Transimmeubles, c’est-à-dire revendre les locaux. Une nouvelle médiation avec la mairie de Paris échoue. Le spectre de l’expulsion revient.

En effet, aujourd’hui, la RIVP et la CDC ont créées une société civile immobilière pour le 83 bis rue Doudeauville, dont le but est de poursuivre la procédure d’éviction. Certes, le CIM va toucher une indemnité de 240 000 euros. Or, c’est une somme insuffisante étant donné l’augmentation des loyers depuis 2004. Comme l’explique Michel Valera : « cette somme ne nous permet même pas de déménager, car nous possédons un matériel important ! »

Solution de relogement

La mairie du 18e arrondissement a proposé une solution de relogement Porte de la Chapelle. Mais le CIM attend encore confirmation. Les politiques expriment aussi leur confusion. « C’est un dossier mystérieux, explique Christophe Caresche, député PS de la 18e circonscription. La caisse des dépôts se comporte comme n’importe quel opérateur privé. » L’élu PC du 18e, Ian Brossat, apporte aussi son soutien au CIM et propose de déposer un vœu au prochain Conseil de Paris. Une offre acceptée par Michel Valera.

Le CIM propose des concerts gratuits tous les mardis soirs, à 18h, dans les locaux du 83 bis rue Doudeauville.

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes