mardi 30 mai 2017| 13 riverains
 

Les dons remis aux victimes de l'incendie rue Myrha

La rue Stephenson, voisine de la rue Myrah, quelques heures après l’incendie qui a coûté la vie à huit personnes.

Quatre foyers du 18e arrondissement de Paris particulièrement touchés par l’incendie de la rue Myrha début septembre, qui a entrainé la mort de huit personnes, ont reçu, jeudi 22 octobre 2015, le produit de la collecte participative initiée par deux habitants au lendemain du drame. La mairie du 18e et Dixhuitinfo étaient partenaires de cette action solidaire.

Le produit de la collecte solidaire en faveur des victimes de l’incendie de la rue Myrha du 2 septembre 2015 a été remis à quatre foyers, jeudi 22 octobre 2015, à la mairie du 18e arrondissement de Paris. 2 323 euros ont été récoltés, total des dons réalisés par cent trois personnes via la plateforme de financement participatif Ulule et l’intermédiaire administratif de la SARL Dixhuitinfo.com.

Il convient de souligner qu’Ulule, contrairement à son engagement initial, compte tenu du caractère humanitaire de la collecte, a prélevé sur ce montant une commission s’élevant à 185,93 euros. Dixhuitinfo est en contact avec eux pour que tout ou partie de cette commission soit reversée aux victimes.

Sollicités par Erin et Thomas, deux voisins du drame, initiateurs de l’opération, les services sociaux de la Ville de Paris, ceux du 18e arrondissement et l’association Paris aide aux victimes ont examiné l’ensemble des dossiers des foyers touchés par la catastrophe qui a causé la mort de huit personnes. Des critères très stricts ont ainsi pu être définis pour pointer les situations les plus sensibles et donc les bénéficiaires de la somme collectée : urgence des besoins, problèmes d’assurances, volet psychologique, éloignement familial.

Lire aussi : Huit morts, un suspect, la rue Myrha traumatisée par le feu

Quatre cas ont ainsi été identifiés, chacun bénéficiant de 534,27 € correspondant au montant total des dons divisé par quatre : un jeune homme travaillant dans les métiers du son, qui a perdu tout son matériel professionnel, une famille dont un des enfant, lycéen de 17 ans, passera un bac S en fin d’années scolaire et qui n’a plus rien pour étudier (sans compter des soucis d’assurance de sa famille), une jeune femme, psychologue, qui venait tout juste d’emménager dans l’immeuble, très éloignée de sa famille, et un enfant de 12 ans, absent lors du drame, qui a perdu ses parents, son frère et sa sœur.

« Je ne pensais pas qu’une telle solidarité était possible, surtout de la part de personnes que je ne connais pas, s’émeut l’ingénieur du son de 24 ans. J’étais absent le soir de l’incendie, j’ai été prévenu par des amis. Mon matériel a été détruit. Je ne sais pas quand les assurances vont me rembourser. Le produit de la collecte va me permettre d’acheter une carte son. J’en ai absolument besoin pour travailler. »

Lire aussi : Erin et Thomas solidaires avec les victimes de la rue Myrha

À 26 ans, Hélène*, psychologue, vit à l’hôtel. Un hébergement financé par la mairie. « Depuis l’incendie, je n’ai plus rien, dit-elle. J’attends un logement stable. Je vais d’hôtel en hôtel. Actuellement, c’est dans le 18e. Je venais juste d’emménager dans l’immeuble de la rue Myrha et, pour une question de calendrier, à un jour près, je n’ai pas pu m’assurer. » Un recours contentieux a été engagé.

« Ma situation est devenue instable à tous les niveaux, poursuit la jeune femme d’origine martiniquaise. Je ne peux plus travailler, je n’ai plus de papiers et je suis obligée de toujours justifier ma situation. Alors, je revis constamment l’incendie, c’est éprouvant. Je vais pouvoir acheter un ordinateur, indispensable, car la moindre démarche administrative et professionnelle passe par Internet. Je suis très reconnaissante à Erin et Thomas d’avoir lancé cette collecte et aux contributeurs d’y avoir répondu. »

Lire aussi : Une collecte pour les victimes de l’incendie rue Myrha

Pour la remise des dons, Éric Lejoindre, maire du 18e arrondissement, avait mis son grand bureau à disposition des initiateurs et des bénéficiaires de l’opération. Emotion, solidarité, au cours d’une rencontre à laquelle ont aussi participé les services sociaux concernés. « Je suis à la fois heureux de vous accueillir et triste d’avoir à le faire, a dit Éric Lejoindre. On aurait préféré qu’il n’y ait aucune raison de se rencontrer ce soir. Et en même temps, je suis très fier d’être le maire d’un arrondissement qui a su, comme il a toujours su, se montrer solidaire et engagé. » À ce jour, selon la mairie l’ensemble des foyers touchés par l’incendie est en cours de relogement. La situation de deux d’entre eux n’est pas réglée.

(*) À sa demande, son prénom a été modifié.

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes