mercredi 28 juin 2017| 22 riverains
 

Le patrimoine funéraire du cimetière de Montmartre en péril

Faute de crédits, la Ville de Paris ne peut assurer la rénovation des sépultures du cimetière Montmartre, dans le 18ème arrondissement de Paris. Une situation dénoncée par Pascal Julien, élu vert du quartier.

« Le patrimoine funéraire du cimetière Montmartre pourrait disparaître. » L’alerte est lancée par Pascal Julien, adjoint au maire du 18ème arrondissement de Paris, chargé des Espaces verts et de l’environnement. L’élu vert dénonce le manque de moyens attribués à l’entretien des tombes anciennes, abandonnées par les familles. « Quand une sépulture n’est plus entretenue, les services du cimetière envoient une lettre aux descendants, qui en sont juridiquement responsables, explique-t-il. Si la famille ne le fait pas, la Ville devient propriétaire de la tombe, et assume la responsabilité de l’entretien. »

Seulement voilà, selon Pascal Julien, la Ville n’a pas les moyens financiers d’assurer cette tâche. Ainsi, la plupart du temps, les sépultures sont rasées. « Les petites chapelles disparaissent progressivement, regrette l’élu. Les détruire est ce qu’il y a de moins onéreux. Du côté de la rue Ganneron, des morceaux entiers du cimetière sont devenus plats, avec des pierres tombales standards. Malheureusement, on perd les traits caractéristiques du cimetière. » Même problème pour les dômes, que certaines familles de défunts avaient fait ériger. Ces bâtiments tombent en ruine, et si la sécurité des passants est menacée, la Ville doit les détruire. Pascal Julien en appelle au gouvernement et à la Ville de Paris, pour remédier à la situation.

La vie dans le cimetière de Montmartre

JPEG - 60.3 ko
Les vols sont fréquents dans le cimetière de Montmartre.

Ouvert en janvier 1825, le cimetière Montmartre est le troisième cimetière le plus vaste de la capitale, ex-æquo avec celui des Batignolles. Il est réparti sur 11 hectares, compte 750 arbres et 22 000 concessions. Une vingtaine d’employés environ s’occupent du lieu (conservateurs, gardiens, fossoyeurs).

400 demandes par an
Chaque année, 300 à 400 familles souhaitent que leur défunt soit enterré dans le cimetière Montmartre. Pour répondre à cette demande, des sépultures qui n’ont plus d’ayant droits sont récupérées par la ville. La procédure prend environ cinq ans. Depuis deux ans, les emplacements ne sont plus vendus d’avance.

Vol de fleurs et de métaux
Fleurs, métaux, statues : les vols dans le cimetière Montmartre sont fréquents. « Certains vont au cimetière au lieu d’aller chez le fleuriste, souligne Pascal Julien. Des rambardes en bronze sont aussi volées. Les gardiens ont ainsi beaucoup de travail. Et c’est pourquoi nous ne pouvons pas ouvrir de nouvelles portes d’accès au cimetière. »

Un cimetière pollué ?
Depuis le début des années 2000, les produits phytosanitaires ont été bannis des espaces verts de la Ville de Paris. Seule exception, les cimetières. « À contrecœur, on utilise encore ces produits, même faiblement, parce qu’il y a une demande très forte de la part des usagers, précise Pascal Julien. Ils ne veulent pas d’herbes au pied de leur sépulture. » Ainsi, l’épandage de pesticides entraîne la fermeture de parcelles du cimetière, pendant une journée environ. « Sur ce sujet, nous évoluerons en fonction des mentalités », suggère l’élu écolo.

JPEG - 63.4 ko
Le cimetière de Montmartre est aussi un immense espace verts : 750 arbres y sont plantés.

Pavés contre fauteuils roulants
Quelques voitures sont autorisées à pénétrer dans le cimetière. Celles de personnes très âgées ou handicapées, qui ne peuvent se rendre à pied auprès des tombes. « Les fauteuils roulants ne peuvent circuler, à cause du pavage, indique Pascal Julien. Nous prévoyons des travaux pour rendre le chemin plus accessible. Mais les pavés font aussi le charme du cimetière, et ils sont protégés par la direction du patrimoine et de l’architecture. Il est interdit d’y toucher. »

D’étranges visiteurs
« Ce sont des personnes gentilles, mais étranges », les qualifie Pascal Julien. Un nourrisseur de corneilles : « Ces oiseaux cherchent les graines au milieu des plantations et les mettent en l’air. » Un autre s’occupe de chats : « Les aliments attirent les rats, et empêchent la régulation de la population. » Ou cette dame, qui fleurit de façon excessive les tombes de personnes qu’elle ne connaît pas : « Cela agace les familles qui considèrent que ce geste ne correspond pas au recueillement qu’elles recherchent. »

Informations complémentaires
Pour en savoir plus sur l’histoire du cimetière Montmartre, les personnes célèbres qui y sont enterrées, les horaires d’ouverture, les visites guidées, consultez ce site.

D’autres infos sur le site Internet de la mairie de Paris, en cliquant ici

Cliquez sur une photo, puis lancez le diaporama.

Portfolio

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes