vendredi 18 août 2017| 115 riverains
 

La police évacue le squat dans l'ancien commissariat

Des militants tentent de d’empêcher les policiers de forcer la porte de l’ancien commissariat de la rue Raymond Queneau qu’ils occupent depuis trois jours.

La police a évacué, lundi 11 novembre 2013 en soirée, le petit groupe qui occupait depuis trois jours le commissariat désaffecté de la rue Raymond Queneau, dans le 18e arrondissement de Paris. Les militants voulaient installer des locaux associatifs. Sans savoir qu’une brigade de la Bapsa prendra bientôt possession des lieux. Récit et vidéo.

Les huit squatters ont investi l’ancien commissariat de la rue Raymond Queneau, dans le 18e arrondissement de Paris, vendredi 8 novembre 2013. Les conditions de vie sont rudimentaires. À l’étage dans les bureaux abandonnés, quelques matelas sont posés à même le sol. Près des anciennes cellules de garde à vue, au rez-de-chaussée, est installé un petit garde manger. Les occupants sont tous, selon leur expression « en galère de logement  », certains à la rue.

Les militants sont engagés sous la bannière de Jeudi noir, un collectif de droit au logement, ou sous l’égide de l’association féministe Les Effrontée-e-s. Agés d’une trentaine d’années en moyenne, ils ont en tête des projets de réhabilitation des locaux, inoccupés depuis 2006 dans le quartier de la Chapelle. Contacts étaient déjà pris auprès d’une AMAP (association de maintien de l’agriculture paysanne) notamment, afin de proposer dans les espaces de vie commune, des paniers repas bio et abordables. « On veut que ce lieu soit convivial et réponde aux besoins de la population modeste qui vit dans le quartier », confie une jeune femme venue soutenir ses amis.


La police force la porte de l’ancien... par dixhuitinfo

Mais, vers 22h, la police pénètre dans les lieux après avoir violemment brisé la porte d’entrée qui avait pourtant été renforcée à l’aide de barres de fer et de meubles. À l’intérieur, c’est la panique. Beaucoup crient et se réfugient à l’étage, apeurés. Une bonne trentaine de personnes sont dans les locaux. Au nombre desquels figurent plusieurs militants du Front de gauche, quelques journalistes et un élu Europe Ecologie Les Verts du 18e, Pascal Julien.

Tout ce petit monde est rassemblé dans une seule pièce. Les policiers commencent à contrôler les identités. Le calme règne, mais la tension est palpable : deux personnes sont maîtrisées de force. Un policier tente de confisquer le téléphone portable d’une jeune femme qui avait filmé l’intervention des forces de l’ordre : Elle sera l’objet de la seule garde à vue de cette affaire. Vérification d’identité bouclée, la journaliste de dixhuitinfo.com est mise dehors sans davantage d’explications.

Lire aussi : Le commissariat de la rue Raymond Queneau va-t-il rouvrir ?

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes