vendredi 18 août 2017| 194 riverains
 

La Louve, supermarché coopératif, ouvrira en 2015

Milena Morel et Chloé Esdraffo sont adhérentes de La Louve et impliquées avec enthousiasme dans ce projet de supermarché coopératif.

Dans deux ans, une grande surface pas comme les autres devrait voir le jour dans le 18e arrondissement de Paris. Il s’agira d’une coopérative alimentaire quip proposera à ses membres des produits de qualité à des tarifs attractifs. En contrepartie, ceux-ci devront y travailler bénévolement quelques heures par mois. Rencontre avec deux de ses membres.

Seriez-vous prêts à donner un peu de de votre temps libre chaque mois pour travailler dans un supermarché ? En contrepartie, vous pourriez y faire vos courses à des tarifs moins élevés - de 20 à 40% - que dans les autres grandes surfaces. Si oui, alors ferez-vous sans partie des futurs membres de la coopérative alimentaire La Louve qui compte ouvrir une grande surface d’ici à la mi-2015 dans le 18e arrondissement de Paris, probablement dans le quartier Simplon. De quoi rappeler la grande époque des coopératives ouvrières parisiennes du XIXe siècle, telles La Bellevilloise ou L’Égalitaire.

L’idée de La Louve est directement inspirée de la Park Slope Food Coop dans le quartier de Brooklyn à New-York, ouverte en 1973. Laquelle compte aujourd’hui la bagatelle de 16 000 membres. C’est un vrai supermarché de 1200 m2, qui propose des produits alimentaires ou non, prioritairement bio et éthiques. Pour y faire ses courses, il faut être adhérent de la coopérative et s’engager à accomplir diverses tâches (administration, nettoyage, caisses, mise en rayon, etc.) à raison de 2h45 toutes les quatre semaines.

Le bénévolat comme modèle économique

Ce bénévolat assure 75 % du travail à effectuer, le reste étant assuré par des salariés. Ce sont deux Américains vivant à Paris, Tom Boothe et Brian Horihan, qui ont eu l’idée de répliquer l’expérience à Paris. Le supermarché de La Louve fonctionnera donc sur un modèle identique : une adhésion annuelle (25 euros), un investissement initial (100 euros, payés une fois et remboursés en cas de départ de la coopérative) et des vacations mensuelles obligatoires.

« On ne sait pas encore quelle sera la durée et la fréquence de ces vacations, à la Louve, explique Chloé Esdraffo. Cela dépend encore de divers facteurs, comme les heures d’ouverture, mais ce devrait être du même ordre qu’à Park Slope. » Agée de 35 ans, la jeune femme qui travaille à la communication des Ateliers du Sudden (école et cours de théâtre) fait aujourd’hui partie de la centaine de membres de l’association Les amis de la Louve, en charge de mettre en place le projet via divers groupes de travail (communication, finance, pilotage...). C’est un ami qui lui a parlé de ce projet. Elle a alors eu envie de s’y investir. Milena Morel, 26 ans, est une autre membre. Elle travaille dans une association culturelle du 18e, La Sierra Prod et fréquente déjà La Ruche qui dit oui !. « Je suis attentive à ce que je consomme, dit-elle. J’étais allée à une réunion par curiosité. Ils cherchaient du monde, et j’ai choisi de m’engager. »

JPEG - 88.2 ko
Park Slope Food Coop, dans le quartier de Brooklyn à New-York, est le modèle de supermarché coopératif revendiqué par La Louve. Photo © La Louve

L’idée n’est pas complètement neuve dans le 18e (arrondissement qui aurait compté la première coopérative parisienne de consommation, la Société civile coopérative de consommateurs du 18e en 1866). L’Indépendante, une petite coopérative alimentaire axée sur le bio fonctionne déjà depuis 2011 sur ce principe d’autogestion et de bénévolat. « Mais la taille de notre projet n’a vraiment rien à voir, souligne Chloé. La Louve sera un vrai supermarché, ouvert du lundi au samedi, et accessible à tous. Le nombre de membre ne sera pas limité. C’est une idée nouvelle, il n’y a pas d’équivalent ailleurs en France. » Le réseau de boutiques Biocoop, par exemple, ne fait pas appel à du bénévolat de membres, et fonctionne avec des salariés.

Le concept séduit. Grâce à un « buzz » qui a bien fonctionné, La Louve a dépassé sur le site KissKissBankBank son objectif de collecte de 32 000 euros auprès des internautes mécènes. Les demandes d’adhésion affluent. De quoi poser dès janvier 2014 une première brique symbolique du projet : l’ouverture d’un local d’une soixantaine de mètres carrés dans le quartier de la Goutte d’or. Ce lieu permettra notamment la distribution des produits du groupement d’achat auquel ont déjà accès les membres de l’association, prémisse du futur supermarché.

Un projet soutenu par la mairie du 18e

L’argent récolté via le Net permettra aussi de réaliser les investissements de départ (réfrigérateurs, ordinateurs, création d’un premier emploi salarié pour monter les dossiers de recherche de fonds...) Aujourd’hui, la future coopérative est à bâtir entièrement, et l’association a du pain sur la planche. « Mais c’est ça qui est enthousiasmant : faire partie du cette expérience dès le début », souligne Milena. Le projet est aussi soutenu par la mairie du 18e, qui aide à trouver le futur lieu du supermarché. La coopérative recourra aux emprunts bancaires pour bâtir ce supermarché à but non lucratif.

Que trouvera-t-on dans les rayons de la Louve ? Un peu de tout - à l’exception de produits d’ores et déjà « blacklistés » (OGM et certains additifs chimiques) : produits alimentaires, d’entretien, d’hygiène, de petit bricolage (ampoules, etc). Les membres de la coopérative décideront du contenu des rayons lors d’assemblées générales. Le bio et la production locale seront des axes forts, mais pas des dogmes incontournables. Tout dépendra des besoins, des prix de revient, de la disponibilité... « Pour le café ou certains fruits exotiques, impossible de s’approvisionner en France », rappelle Milena.

La Louve aura un credo : vendre des produits de qualité. Le groupe en charge de l’approvisionnement se fait notamment conseiller par des experts, comme Antoine Jacobsohn responsable du Potager du Roi, ou Xavier Thuret, meilleur ouvrier de France 2007 dans la catégorie « fromages ». Il s’agira aussi de rémunérer de façon juste les producteurs, et de proposer aux adhérents des tarifs attractifs : 20 % à 40 % moins chers que ceux du marché. Une réduction possible grâce aux marges basses définies par la coopérative et au bénévolat des adhérents.

Un dispositif qui fait grincer des dents. « On nous demande souvent s’il ne s’agit pas de concurrence déloyale et la question peut se poser, admet Chloé. Mais le supermarché devrait s’implanter dans un endroit du 18e où l’absence de commerces de proximité pose problème. Et puis, quand même, nous allons créer des emplois salariés dans le supermarché et aussi faire travailler des producteurs. » Selon elle, « les commerçants autour de Park Slope n’ont pas souffert de la présence de la coopérative ».

Les habitants du quartier impliqués

Sur son site Internet, La Louve assure que le travail bénévole pour ce type d’activités est bien légal. En tout cas, pas question de rigoler avec les vacations : si une certaine souplesse sera de mise (en cas de maladie, etc), il faudra assurer et rattraper si nécessaire les heures non effectuées. « Mais tout ça reste encore à définir au niveau des modalités », estime Chloé.

Autre critique récurrente : La Louve serait un « truc de bobo ». « Alors, ça oui, ça revient tout le temps quand j’en parle », soupire Milena. Et Chloé de répondre : « Il n’y aura pas que des produits bio, d’abord. Ensuite, ce sera un supermarché d’habitants du quartier. Je mets au défi de dire qu’Amiraux/Simplon est un quartier bobo. Ca m’énerve un peu d’entendre ça. » Pour Milena, « nous allons faire la démarche d’aller voir les associations, les résidents, y compris ceux qui n’ont pas forcément les moyens. Le but est vraiment de les intégrer à ce projet ». À ce sujet, la question d’un échelonnement du paiement de l’investissement de 100 euros est envisagé, « justement pour permettre aux moins aisés d’entrer dans la coopérative ».

JPEG - 62.2 ko
La Louve aura un credo : vendre des produits de qualité 20 % à 40 % moins chers que ceux du marché. Photo © La Louve

La Louve pourrait aussi ouvrir une crèche pour accueillir les enfants des adhérents venant travailler ou faire leurs emplettes, ainsi qu’un bar, « qu’il serait judicieux d’ouvrir à tout le monde », pense Chloé. Le supermarché visera aussi à « sensibiliser le public aux enjeux alimentaires et souhaite devenir un lieu d’échange et de partage autour de la nourriture », comme on peut le lire encore sur le site Internet de la future coopérative. Documentation, ateliers de cuisine, rencontres seront également au programme.

En attendant, les bénévoles s’activent, réfléchissent, se réunissent. « Il faut beaucoup s’investir, mais c’est un plaisir », considère Chloé. « À l’avenir, on travaillera dans notre supermarché, dont nous serons propriétaires. Tout cela a du sens pour nous. Même si le balayer à 22h après le travail ne sera pas forcément toujours marrant, le projet vaut le coup. » Et d’ajouter, « quitte à sortir les grands mots, je considère que cela donne un sens à ma vie ».

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:

15 commentaires
  • La Louve, supermarché coopératif, ouvrira en 2015 28 novembre 2013 13:49, par Vic

    chouette idée. on a hâte de voir ça se concrétiser :-)

    Répondre

  • La Louve, supermarché coopératif, ouvrira en 2015 28 novembre 2013 19:39, par FG

    comment fait on pour adhérer ?

    Répondre

  • La Louve, supermarché coopératif, ouvrira en 2015 4 décembre 2013 01:15, par Matisse

    Le concept est vraiment sympa et bienvenu ! Je suis allé voir le site : dommage, vu les tarifs élevés, que tout cela soit encore réservé à une clientèle fortunée...

    Répondre

  • La Louve, supermarché coopératif, ouvrira en 2015 7 janvier 2014 13:59, par jean thierry

    Bonjour,

    Comment faire pour communiquer avec les autres adhérents ?

    Daniel

    Répondre

  • La Louve, supermarché coopératif, ouvrira en 2015 7 janvier 2014 18:12, par G. Deleurence

    Bonjour, comme l’indique leur page Facebook, vous pouvez écrire un mail à info@cooplalouve.fr (enfin, si j’ai bien saisi votre question)

    Répondre

  • La Louve, supermarché coopératif, ouvrira en 2015 9 janvier 2014 10:10, par Jean THIERRY

    Bonjour,

    Ma question était surtout de pouvoir communiquer avec tous les adhérents.

    Pour pouvoir faire avancer le projet .

    Et commencer à faire fonctionner le local de la rue de la goutte d’or .

    Bonne journée,

    Daniel

    Répondre

  • La Louve, supermarché coopératif, ouvrira en 2015 11 janvier 2014 20:37, par G. Deleurence

    Alors ma réponse reste la même, vous pouvez leur écrire à l’adresse indiquée pour vous porter volontaire et les questionner sur le local (et le reste). Cdt.

    Répondre

  • La Louve, supermarché coopératif, ouvrira en 2015 12 janvier 2014 16:41, par Vic

    Bonjour,

    Je suis en train de faire un mémoire sur l’économie collaborative avec une amie, et notamment sur comment et pourquoi les industries/entreprises traditionnelles devront intégrer les principes de l’économie collaborative dans leurs stratégies ?

    A ce propos donc et pour avancer dans notre réflexion, La Louve sera t elle une organisation "non for profit" ou justement "for profit" ? Si oui, dans le cas d’un résultat positif du supermarché coopératif, allez vous redistribuer les bénéfices sous forme de dividendes, les mettre en réserve ?

    Par ailleurs, si vous avez d’autres exemples dans le monde de Food Coop fonctionnant sur le même modèle que PSFC (avec des membres qui travaillent en contrepartie de produits moins chers et de meilleure qualité) mais avec une structure "for profit", merci de nous les donner !!

    Un grand merci par avance pour votre réponse !

    Répondre

  • La Louve, supermarché coopératif, ouvrira en 2015 20 janvier 2014 11:56, par La Louve

    Cher Vic,

    La Louve, comme PSFC, est une "non-profit" et n’a aucune intention de devenir à but lucratif. Les bénéfices éventuellement réalisés seront affectés aux réserves. Si la situation devient structurellement "trop" bénéficiaire, les membres voteront pour une baisse de la marge unique appliquée sur les produits. Il s’est produit une fois à Park Slope, qu’une année soit extraordinairement bénéficiaire. Les membres ont alors voté d’allouer ces bénéfices à un fond spécial pour aider d’autres coopératives à se créer.
    Pas de dividendes à la Louve.
    Et je ne connais aucun exemple de coopérative fonctionnant sur le modèle Park Slope (participation obligatoire) qui soit à but lucratif. C’est pas vraiment la philosophie.
    Bonne journée et bon courage avec le mémoire !

    Répondre

  • La Louve, supermarché coopératif, ouvrira en 2015 15 octobre 2014 07:46, par Amide

    je vis a Montréal , j’active dans des organismes qui luttent contre la pauvreté et l’exclusion et le concept de la coopérative de la louve m’intéresse au plus haut point.
    je suis administrateur dans l’Accorderie de Hochelagua -Mercier -Maisonneuve et je souhaiterai contribuer à développer ce type de coopérative.
    Merci de m’envoyer toutes information que vous jugerez pertinente.

    Répondre

  • La Louve, supermarché coopératif, ouvrira en 2015 15 octobre 2014 18:52, par G. Deleurence

    Bonjour, le mieux serait de contacter directement les responsables de La Louve. Cdt.

    Répondre

  • La Louve, supermarché coopératif, ouvrira en 2015 10 décembre 2014 09:51, par Julie

    Remplacer les salariés par des bénévoles ! Tous les chômeurs trouvent l’idée excellente. Effectivement tout serait bien moins cher en remplaçant les salariés non qualifiés par des déjà "actifs" en mode bénévolat. Le petit personnel revient tellement cher de nos jours ! Qu’il crève... Ou qu’il aille se nourrir de merde en boite aux restos du coeur ! Super trouvaille : l’entraide entre soi au détriment des autres.

    Répondre

  • La Louve, supermarché coopératif, ouvrira en 2015 25 janvier 2015 13:40, par Béa

    Bonjour

    Merci à toute l’équipe pour ce travail formidable. Bonne idée !
    comment faire pour travailler avec vous ? bénévolat , adhérent ?...

    Cordialement

    Répondre

  • La Louve, supermarché coopératif, ouvrira en 2015 25 janvier 2015 19:46, par Diane

    C’est pas réservé à des fortunés, l’investissement initial est de 100E (il faut bien monter le magasin !), 10E pour les personnes concernés par les minimas sociaux

    Répondre

  • La Louve, supermarché coopératif, ouvrira en 2015 15 avril 2016 17:02, par Alice

    Je suis chômeuse et trouve effectivement l’idée excellente !
    Je crois que vous manquez la dimension profonde d’un tel projet que je viens de découvrir avec (belle) surprise : c’est que cela devrait aller de pair avec une réduction générale du temps de travail et le développement d’une entraide généralisée pour tous les services.
    En effet, notre productivité nationale et internationale ne fait que croître, et beaucoup de tâches sont d’ores et déjà remplacées par des machines. Ce qui serait encore plus beau, pour aller plus loin dans la perspective qu’ouvre le projet, et tout à fait possible, c’est de travailler beaucoup moins, en conservant nos revenus (donc en augmentant les salaires minimaux, car de l’argent, on sait bien qu’il y en a, à mieux répartir), et avoir le double de temps libre pour s’investir dans de tels projets à but non lucratif et qui participe de l’amélioration de la vie de chacune et chacun.
    Agir bénévolement pour la collectivité, la société, la véritable entraide, et faire tourner ainsi notre petit monde. De la même façon que les retraités et les chômeurs indemnisés le font en somme. Car contrairement aux idées reçues, la majorité des personnes sans activité dite "professionnelle" ou du moins rémunérée, ne restent pas sans rien faire chez eux, loin de là ! Ce sont parmi les plus actives et qui offrent leurs services, expériences et compétences à la communauté le plus aisément.
    C’est pourquoi je soutiens activement ce projet. Les facteurs de chômage sont à chercher ailleurs.

    Répondre


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes