dimanche 25 juin 2017| 27 riverains
 

Devant la mairie, les réfugiés attendent une prise en charge

Avant d’investir le trottoir devant la mairie du 18e, les réfugiés campaient square Jessaint, d’où ils ont été évacué par la police.

Près de cent-quarante réfugiés campent devant la mairie du 18e arrondissement depuis vendredi 4 septembre 2015. Ils demandent l’asile politique et un hébergement d’urgence. La municipalité admet manquer de places d’hébergement, mais assure qu’il n’y aura pas d’évacuation sans solutions.

Près de cent-quarante réfugiés campent autour de la mairie du 18e arrondissement de Paris, depuis vendredi 4 septembre 2015. Majoritairement soudanais, ils réclament l’asile politique. En attente d’un hébergement, ils campaient square Jessaint, évacué le matin même.

Assis sur des plaques en carton, des tapis et des petites couvertures, les migrants discutent, jouent aux cartes ou tentent de se reposer. Le campement a pris de l’ampleur : le trottoir le long de la mairie, côté rue Hermel, est occupé lui aussi. À leur arrivée, ils étaient une quarantaine. Leur nombre n’a cessé d’augmenter depuis cinq jour.

Amir Mohamed Ali a 25 ans. Ce Franco-soudanais est sans domicile. Faute de logement, et malgré des papiers français, il ne trouve pas de travail. Devant ce campement miséreux, le jeune homme se désole : « Tous ces hommes ont vu la mort pour venir jusqu’en France, un pays libre. Ici, ils n’ont pas le minimum. »

JPEG - 78.9 ko
Le long de la mairie, le trottoir rue Hermel est lui aussi occupé par les réfugiés.

L’aide vient principalement des habitants du quartier. Donner un verre de jus de fruit, des couvertures ou encore un soutien moral a été une évidence pour Christiane et Aline, deux riveraines. « Au début, ils n’avaient rien, expliquent-elles. L’aide des habitants a été spontanée. »

L’hôtel paroissial Notre Dame de Clignancourt, situé au 36 rue Hermel, a été ouvert pour accueillir les migrants. À l’intérieur, le local est plein. Les réfugiés peuvent l’occuper toute la journée pour y faire chauffer de l’eau, du café et avoir accès aux sanitaires.

Face à cet afflux de réfugiés, la mairie du 18e est débordée. « Depuis juin 2015, nous avons trouvé des hébergements pour 1400 migrants, assure Aline Weber, directrice de la communication. Pour le moment, nous sommes bloqués, mais nous restons mobilisés pour trouver des solutions. Sans quoi il n’y aura pas d’évacuation. »

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes