samedi 24 juin 2017| 19 riverains
 

De Paris à New York, différences et ressemblances

New York, Paris. Les points communs ne sautent pas au yeux, et pourtant. En se plongeant à l’échelon local, la 18e rue de New York et le 18e arrondissement de Paris présentent quelques ressemblances. Revue de détails et portfolio.

Difficile, a priori, de comparer les deux lieux. L’un est un arrondissement, division administrative officielle de la Ville de Paris. L’autre est une rue avec une reconnaissance uniquement toponymique, qui traverse plusieurs quartiers de l’île de Manhattan, un des cinq boroughs – l’équivalent américain d’un arrondissement - de New York.

JPEG - 79.2 ko
La 18 rue de New-York : un lieu marqué par sa diversité... à l’image du 18e arrondissement.

Sur 2,6 kilomètres, d’un bout à l’autre de la rue, on croise des commerces, des habitations - de la petite maison à deux étages à l’immeuble chic et aux ensembles sociaux - des vendeurs ambulants de hot-dogs à presque chaque coin de rue. D’ouest en est, les quartiers traversés s’appellent West Village, Grammercy ou Stuyvesant Town. Un ensemble divers et varié... à l’image du 18e arrondissement.

Le parc de la High Line.

Lacérant le flanc ouest de l’île de Manhattan, la High Line est une ancienne voie-ferrée aérienne partiellement réhabilitée en parc urbain suspendu. Elle sillonne la ville sur 1,6 kilomètre de déambulation, suspendue à une dizaine de mètres du sol, et coupe la 18e rue à une extrémité. Transats, bancs en pierres et en bois, et vue imprenable, côté est, sur la ville, ses gratte-ciel et notamment l’Empire State Bulding (eng.) et, de l’autre côté, à l’ouest, sur la rivière Hudson et la ville de Hoboken, dans le New-Jersey. Au coucher du soleil, l’ambiance est y fascinante, déconnectée du fourmillement incessant de la ville. Mais pour en arriver là, il a fallu batailler.

JPEG - 61.7 ko
La High Line, une voie ferrée construite en 1934, mais contrairement à la Petite ceinture du 18e arrondissement, en partie rénovée.

Construite en 1934, la voie ferrée devait réduire l’engorgement des rues et faciliter communications et transports de marchandises dans le quartier de Meatpacking, qui rassemblait les abattoirs de NYC. Cela fonctionna un temps. Déclin du rail oblige, la voie ferrée est laissée à elle-même dans les années 50. Sa démolition, souvent évoquée, n’est jamais réalisée.

Mais au début des années 2000, des riverains s’emparent du dossier et se mobilisent pour sa restauration. Dénommés Les amis de la High Line, ils sont entendus en 2004 par le maire de la New York, Michael Bloomberg, toujours en fonction, qui décide de la réhabiliter. L’ouverture se fait par tronçons, le premier en juin 2009 (eng.). Le second il y a quelques semaines, le 8 juin 2011 pour un coût estimé à 150 millions de dollars (eng.), dont le tiers provient de l’association de riverains.

JPEG - 64.7 ko
La rivière Hudson

Une reconversion urbaine qui profite aux riverains, embellit les quartiers traversés et limite la criminalité (eng.). Et le lieu attire désormais de nombreuses entreprises (eng.), qui investissent et s’installent autour.

Dans le 18e arrondissement de Paris, un parallèle peut vite être établi avec les voies ferrées de la Petite ceinture, à l’abandon depuis une vingtaine d’années. Une configuration légèrement différente, semi-enterrée, mais qui n’empêche pas la conception de projet de réhabilitation. Dans le 12e arrondissement de Paris, la Promenade plantée est un exemple de reconversion réussie de voies ferrées inutilisées ; un parc urbain mi-aérien, mi-enterré. Combien de temps s’écoulera avant qu’un projet de réhabilitation des voies de la Petite ceinture de l’arrondissement ne naisse, à l’image de la High Line new-yorkaise ?

L’architecture.

L’exercice de comparaison est là plus difficile, tant tout les oppose. Sur la 18e rue, les gratte-ciel d’une trentaine d’étages côtoient lofts, immeubles de taille plus modeste et quelques maisons individuelles ; l’utilisation de la brique rouge et l’installation des échelles de secours en façade domine, là où, dans l’arrondissement et à Paris plus largement, le style Hausmannien l’emporte. Seul point commun finalement, la diversité du bâti.

JPEG - 68.2 ko
Une architecture peu ressemblante entre les deux lieux.

Sur le web, le blog Paris VS NYC oppose graphiquement les deux villes dans des dessins simples, bien pensés et humoristiques. Avec une image très parlante sur la différence architecturale par exemple.

Différences et ressemblances entre la 18e rue de New York et le 18e arrondissement de Paris ne s’arrêtent évidemment pas à ces deux domaines. Elles peuvent aussi se décliner sur d’autres thèmes. Avis aux contributeurs.

Sauf exception, les liens sont en français ou sont traduits en français via Google Traduction. Les liens pointant vers des articles en anglais sont signalés par (eng.)

Portfolio

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes