mercredi 24 mai 2017| 26 riverains
 

Dans la Goutte d'Or, le Saraaba fête la victoire de Barack Obama toute la nuit

JPEG - 82.8 ko
Nago, le patron du Saraaba, n’a jamais pu régler sa télé. Qu’importe : pour lui, seule compte la victoire de Barack Obama.

Ouvert dans le 18e arrondissement de Paris depuis octobre 2008, Le Saraaba, un lieu culturel dédié aux cultures africaines, a organisé une nuit des élections américaines le 4 novembre 2008. La victoire de Barack Obama a réjoui les participants qui ne doutaient pas du succès du candidat démocrate.

JPEG - 77.9 ko
Au Saraaba, personne n’imaginait la défaite de Barack Obama.

Nago Seck, le patron du Saraaba, a beau tripoter l’antenne posée sur le bar, zapper sur toutes les chaînes, rien à faire : la télé refuse de fonctionner correctement. Du coup, la radio fera l’affaire. « Monte le son, » suggère un grand gaillard, accoudé au bar. L’heure est grave. Les premières estimations en provenance des USA rassurent la petite foule qui tend l’oreille. Les nouvelles sont bonnes, Barack Obama fait la course en tête.

JPEG - 92.2 ko
Cheick Tidiane Seck, compositeur pour Salif Keita et Mory Kanté, est un inconditionnel du nouveau président des Etats-Unis.

Dans ce lieu consacré aux cultures africaines, ouvert le 10 octobre 2008 dans la Goutte d’Or, au cœur du 18e arrondissement de Paris, personne n’imagine d’ailleurs la présidence des États-Unis échapper au candidat démocrate. « Ce gars-là rassemble tout le monde, dit Birdy. Son élection sera une révolution. »

JPEG - 73.5 ko
Macodou NDiaye, historien, Daniel Brown, journaliste et Dominique Kounkou, avocat, débattent de l’implication des Etats-Unis en Afrique.

Le sous-sol du Saraaba s’anime. Guitaristes et chanteurs se succèdent sur la petite scène. Le public, une centaine de personnes, reprend les refrains en chœur. Puis, c’est l’heure des débats, animés par Radio France Internationale. Au menu, l’implication des États-Unis en Afrique. « Ces élections américaines sont l’occasion de présenter le point de vue des intellectuels africains, explique Nago. Je n’avais pas envie de convier des hommes politiques. »

JPEG - 65.3 ko
L’Américain Marc Mir a chanté des gospels, repris en chœur par le public.

La nuit avance. Des clients dînent. D’autres sont agglutinés devant le bar. L’ambiance est bon enfant. Au fil des heures, la victoire de Barack Obama se précise. « S’il vous plait, du silence ! » La radio va parler. Le chanteur Nzongo n’en doute plus : « En France aussi, un noir sera un jour candidat aux élections présidentielles. Obama a ouvert la voie. D’autres suivront. »

Le Saraaba 19, rue de la Goutte d’Or, 75018. www.saraaba.fr

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:

1 commentaire
  • Les paroles de Nzong nous donnent de l’espoir car après se que l’on a fait de pire à ce grand pays que sont les états-unis, peut-être, enfin va-t-il s’y passer ce qui se fait de mieux :
    donc, ici, après Sarkosy et celui qui a la nostalgie de Vichy ………
    Quoi qu’il en soit chapeau dixhuitinfo d’être allé là où le continent africain (plus que concerné par ces élections) à des antennes.

    Répondre


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes