samedi 25 octobre 2014| 114 riverains
 

Une brasserie artisanale à la Goutte d'or ?

À bientôt 40 ans, Thierry Roche vient de lâcher son dernier boulot pour se consacrer à ses passions : la bière et la Goutte d’or. Une brasserie artisanale, aux couleurs du quartier du 18e arrondissement de Paris, pourrait ouvrir en mai 2012 au 28/30 de la rue de la Goutte d’or.

Crise de la quarantaine ? Chacun y trouvera l’explication qui lui plait. Toujours est-il qu’après dix ans dans le domaine de la communication et du marketing, Thierry Roche a eu envie de changer de vie et de s’occuper de ses propres projets. Après une rencontre fortuite avec un brasseur de l’Isère d’où il est originaire, l’idée de monter sa propre brasserie artisanale, à Paris, fait son chemin. Elle pourrait voir le jour d’ici le mois de mai 2012 à la Goutte d’Or, dans le 18e arrondissement de Paris, à quelques encablures du commissariat.

JPEG - 87.6 ko
Thierry Roche.

Du brassage culturel à la brasserie
Une brasserie au cœur de la capitale ? « Il n’y en pas, il n’y en a plus, se justifie-t-il. Depuis la seconde moitié du XXe siècle, seuls deux ou trois pubs qui brassent leur propre bière subsistent, mais il n’y a pas de vraies brasseries artisanales comme il y a pu y en avoir avant 1900. C’est ce que je veux recréer. » Cet amoureux de la bière, qui n’est pourtant ni Belge, ni Flamand, est aussi un amoureux du quartier ; s’y implanter semblait une évidence. « J’y vis depuis que je suis arrivé à Paris, en 2003, et je me sens sur la même longueur d’onde que le quartier ». Un brassage culturel qui n’est pas pour déplaire à un futur brasseur, loin de là. « J’aime les multiples vibrations du quartier, je m’y retrouve et je voudrais les transposer dans mes bières », explique-t-il. Faire du quartier son terroir, voilà son objectif.

Cinq recettes sont déjà prêtes et baptisées au nom de rues de la Goutte d’Or. Une Léon « brune avec une note de gingembre », une Château rouge « rousse aux notes épicées », une Myrha « blonde aux saveurs de dattes », une Poissonnières « blanche » et une Charbonnière « ambrée ». D’ici l’ouverture de la brasserie, qu’il souhaite appeler Brasserie de la Goutte d’or, tout simplement, Thierry Roche organise des dégustations pour faire découvrir ses bières aux riverains. La prochaine aura lieu les 16 et 17 décembre 2011 au centre Barbara-Fleury-Goutte-d’or.

Crowdfundig
Pour financer son projet, Thierry l’entrepreneur a choisi de diversifier, autant que faire se peut, ses sources de financement. Incontournable, la banque, bien sûr, bien que celle-ci ne lui ait prêté que la moitié de son budget total, évalué à 150.000 euros. Des business angels, sa famille et ses proches, ont également mis la main à la poche. Et des quidams, c’est-à-dire des inconnus séduits par son projet et qui souhaitent le soutenir. Il a, pour ce faire, exposé son projet sur une plateforme de financement participatif (crowdfunding, en anglais). En échange d’une contrepartie, ou non, n’importe quel internaute peut participer financièrement à l’achat de l’équipement de Thierry Roche. « Il s’agit d’une partie de l’équipement pour brasser la bière », précise-t-il. Un mode financement qui lui permet de créer et d’entretenir du lien avec des inconnus, riverains du quartier ou expatriés. Avec le risque d’échouer, bien sûr. Si d’ici le 31 janvier 2012, il n’a pas pu récolter les 7.500 € demandés, retour à la case banque.

JPEG - 84.7 ko
Le local, rue de la Goutte d’or, où il pourrait s’installer.

Pour l’heure, Thierry le futur brasseur est confiant. Pendant les dégustations, les retours sont plutôt positifs. « Pour fabriquer une bonne bière, c’est un peu de chimie et de cuisine. Et de créativité », précise-t-il. Pour maîtriser les deux premiers éléments, il a passé un DU à l’université de La Rochelle en opérateur de brasserie.
Autre élément encourageant : début décembre Paris Habitat a validé son projet en lui accordant la location d’un local de 230 m2 au 28/30 rue de la Goutte d’or. Sur place, brassage, bien sûr, et vente directe de ses produits, mais aussi via des commerçants partenaires dans le quartier.

À quelques mois de l’ouverture, Thierry Roche est partagé, entre excitation et nervosité. L’aboutissement d’un brassage cérébral de deux ans qu’il espère pétillant.

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:

3 commentaires
  • Une brasserie artisanale à la Goutte d’or ? 13 décembre 2011 12:55, par Bernard Catry

    petit neveu de Don Simon Dubuisson, Père Abbé des Abbayes de Tilbourg et CHIMAY, nous fréquentions fréquemment ces lieux saints et nos papilles gustatives également . A moitié belge de naissance,... je
    m’y connais un peu en bière. Maintenant ami avec la famille Roche, j’ai pu voir naître le projet d’Eric et
    même participer au brassage (?) de deux cuvées.... J’ai pu déguster et là je vous assure j’ai été favora-
    blement étonné . Ce petit (j’ai septante trois ans) a du sang belge dans les veines ! Je veux concrètement
    l’encourager. Bernard Catry. belge égaré à saint andéol.

    Répondre

  • Une brasserie artisanale à la Goutte d’or ? 16 décembre 2011 08:58, par Graeme

    Sympa comme idée ! Y aura-t-il un local pour déguster sur place ? Style bar ?

    Répondre

  • Une brasserie artisanale à la Goutte d’or ? 20 janvier 2012 16:07, par Clem

    Riche projet, j’ai hâte que ça ouvre même si je n’suis pas du quartier !

    Répondre


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com