jeudi 25 mai 2017| 27 riverains
 

Chez Anne conjugue nourritures terrestres et spirituelles

Restaurant multidisciplinaire ouvert dans une ancienne menuiserie, Chez Anne, dans le 18e arrondissement de Paris, propose, au-delà d’une cuisine simple, toute une gamme d’activités ludiques et culturelles. Un concept à l’image de la maîtresse des lieux, laquelle contribue ainsi à perpétuer le foisonnement artistique de son quartier.

Une ancienne menuiserie. Drôle d’endroit pour un resto ! « Une opportunité, explique Anne, gérante du restaurant éponyme. L’atelier de bois avait fait faillite. Le bail était abordable. » Judicieux, question affaires, et bien placé d’un point de vue géographique : « Je rêvais d’un angle de rue, au cœur du quartier où je vis depuis des années. J’ai eu de la chance. » L’intérieur de la grande boutique, à l’angle des rues du Ruisseau et Calmels, a bien évidemment été totalement adapté à la restauration. Mais l’extérieur est resté tel quel. Aussi, la vielle enseigne, « Au bois blanc, menuiserie traditionnelle », trône-t-elle toujours au-dessus de la vitrine et de la porte d’entrée. « D’une contrainte, nous avons fait une particularité. »

JPEG - 44.3 ko
Chez Anne, la carte s’est étoffée au fil des demandes de la clientèle et des inspirations de sa patronne.

Chez Anne, c’est un restaurant différent, à l’image de sa patronne. L’aventure a commencé l’année dernière, en juin 2008. Un salon de thé, quelques salades au départ. Puis, la carte s’est étoffée au fil des demandes de la clientèle et des inspirations de la maîtresse des lieux. Aujourd’hui, les plats du jour passent en revue les valeurs culinaires familiales d’Anne : bœuf carottes ou bourguignon, fondant au chocolat, « une recette de ma grand-mère, » dit-elle, sont mitonnés par un jeune cuisinier, associé de l’affaire avec Anne elle-même et son fiancé.

JPEG - 6.5 ko
« J’aime mélanger les cultures, dit Anne. J’ai toujours travaillé avec des artistes. »

Côté cuisine « légère et équilibrée », comme dit Anne, la carte et les formules proposent salades ou carpaccios, charcuterie et fromages. Les végétariens sont les bienvenus : quiches et pâtes sont préparées à leur intention. « L’année prochaine, je lance une véritable carte bio, » précise Anne. Chez elle, pas de frites ni de grillades. D’ailleurs, la jeune femme devrait prochainement mettre en place des ateliers nutrition, à destination des enfants, « en particulier ceux qui ont des problèmes de poids ».

Mère de trois enfants, Anne a beaucoup voyagé. Elle se voyait diplomate. D’autres choix ont guidé ses pas. Étudiante en histoire, au cœur des années 80, elle tient un petit restaurant avec son copain, dans le 14e arrondissement de Paris. « C’était un concept original, raconte-t-elle. Des peintres peignaient pendant que les clients dînaient. » Bizarre, l’affaire plait au comédien et chanteur Jacques Dutronc, lequel s’attable midi et soir dans un coin du petit établissement. « Chez Anne recrée cette ambiance particulière où des gens différents se croisent et se parlent. »

JPEG - 34.6 ko
Anne a déniché ces vieux fauteuils de cinéma dans une brocante.

« J’aime mélanger les disciplines, les cultures, poursuit la jeune femme. J’ai toujours travaillé avec des artistes. Après ma première expérience restaurant, j’ai bossé pour une galerie d’art parisienne avec les artistes de l’Hôpital Éphémère (aujourd’hui Hôpital Bretonneau - ndlr). C’était une période créative. J’ai souhaité retrouver cette énergie dans mon restaurant. » Anne a donc développé tout un tas d’activités annexes à la cuisine. Cours de yoga, de guitare, d’anglais, de salsa ou de gospel, à destination des adultes comme des enfants, sont dispensés toute la semaine, à l’intérieur même du restaurant. « Chez moi, le corps et l’esprit sont rassasiés. »

Si les concerts du soir sont actuellement mis en sourdine, faute d’isolation phonique adéquate et de voisins récalcitrants (les apéros concerts sont, en revanche, toujours d’actualité), "Chez Anne" accueille, en alternance, des expositions de peinture et de photographies, œuvres d’artistes du quartier. Et les projets ne manquent pas. Le vendredi soir devrait bientôt être destiné au théâtre. « Une première expérience, en novembre 2008, s’est soldée par un véritable succès, » raconte la patronne. Le dimanche, un « slunch » prolongera bientôt le brunch dominical jusqu’en fin de journée. « Encore une demande de ma clientèle, » sourit Anne, plus que jamais à l’écoute de son quartier.

Chez Anne - 41 rue du Ruisseau - 75018 Paris.
Renseignements et réservations : 01 42 23 42 03.
www.dixhuitinfo.com/chez-anne

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:

5 commentaires
  • Chez Anne conjugue nourritures terrestres et spirituelles 21 avril 2010 19:56, par un voisin

    A fuir !
    du pur BO BO cher et vraiment ordinaire
    arnaque sur le menu : ce qui est vendu n’est pas ce qui est servi !
    bref un restau faussement sympa

    Répondre

    • Bien d’accord avec le precedent commentaire. De plus, en ce qui concerne le brunch, on se fait houspiller (par la patronne) de maniere impolie si on a le malheur de ne pas finir son assiette et on est pries de degager la table (la encore, par la patronne) a peine la derniere bouchee avalee car d autres clients attendent...
      Les clients n ont pas a faire les frais de reservations mal gerees...
      A eviter !

      Répondre

    • Personnellement j’en ai fait ma cantine, j’adore !
      de l’arnaque ???
      le monsieur qui a écrit l’article ci dessus
      n’a pas un peu trop goulotter,avant de venir ?!
      un radin, peut être ?
      car franchement la qualité, c’est du frais, et les prix top !
      a recommander++++

      Répondre

  • J’ai testé le brunch dimanche - cadre très agréable, produits frais et bien préparés. Tout était délicieux. Je reviendrai !

    Répondre

  • ça se la joue ... 24 septembre 2012 19:47

    ... mais c’est que du factice !

    le cuistot ne fait pas la différence entre courgette et aubergine, peut-être un problème de daltonisme.
    Quant au serveur, quand on lui demande ce qu’il y a dans la grande salade (à 17 € tout de même), il ne peut que répondre : "plein d’ingrédients" (authentique).

    Bref, l’expérience restera unique.

    Répondre


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes