mardi 17 octobre 2017| 47 riverains
 

Le récit du tractage mouvementé du Front de Gauche métro Crimée

Métro Crimée Mercredi 23 mai 2012, un militant du Front de gauche du 18e arrondissement, Hichem Aktouche, a été embarqué au commissariat du 19e arrondissement pour cause de « carte d’identité abîmée », alors qu’il tractait pour les élections législatives de juin prochain.

À partir de 16 heures, ce mercredi, Ian Brossat, candidat Front de Gauche aux législatives dans la 17e circonscription, était au métro Crimée, accompagné de sa suppléante, Danièle Obono, et de huit militants du Front de Gauche, pour distribuer des programmes aux habitants du quartier pour les législatives.

« Douze agents de police étaient présents sur place pour contrôler ce que nous faisions », raconte Ian Brossat. Ils ont procédé à un contrôle d’identité des militants Front de Gauche. Hichem Aktouche, l’un des militants présents sur place, a été embarqué au poste par un des agents car : « Ma carte d’identité était un peu âbimée sur le côté », explique-t-il.

Le jeune homme, qui vit près de la porte Montmartre dans le 18e, fait le récit de la suite de sa soirée : « J’ai été emmené au commissariat du 19e arrondissement. J’y suis resté trois quart d’heure, une heure. Les agents de police ont agraffé ma carte pour la réparer. Ensuite, ils se sont excusés et m’ont ramené chez moi. » Militant actif dans le 18e arrondissement, Hichem Aktouche précise : « Je tracte très souvent dans le 18e arrondissement et, je n’ai jamais eu de problèmes de ce genre. »

Les militants du Front de Gauche avaient par ailleurs « collés au scotch, sur une cabine téléphonique et, sur les grilles du métro, trois affiches de campagne. Les agents de police les ont arrachées », explique Ian Brossat. Les affiches à caractère politique sont interdites au sein du métro par la RATP. « Mais, les militants avaient l’intention de les enlever en partant », se défend le candidat du Front de gauche dans la 17e circonscription.

2 commentaires

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes