mercredi 29 mars 2017| 23 riverains
 

Un conseil d'arrondissement trop long nuit-il à la qualité des débats ?

Six heure de débat : une nouvelle fois, le conseil du 18e arrondissement de Paris s’est éternisé, lundi 3 mai 2010. Fatigue ? Agacement ? Peu avant minuit, plusieurs vœux ont été votés au terme d’échanges peu courtois.

Le menu était copieux : une quarantaine de délibérations et neuf vœux figuraient à la carte du conseil d’arrondissement du 18e, lundi 3 mai 2010. Comme souvent, les agapes promettaient de s’éterniser. Mais le maire, Daniel Vaillant, avait prévenu les convives : « Si nous n’avons pas étudié l’ensemble des points de l’ordre du jour à 23 h, le conseil reprendra demain soir. » En effet, depuis le conseil du 22 septembre 2009 (la séance s’était étirée jusqu’à une heure du matin !) l’édile a décidé de limiter la durée des débats à quatre heure trente. Les heures sup du personnel municipal et la fatigue de l’équipe chargée de filmer et de retransmettre le conseil sur Internet ont été invoqués. Sans parler de l’épuisement des élus et du public.

Sujet sensible
Las. Lundi soir, Daniel Vaillant n’a pas mis sa menace à exécution. À 23h30, les caméras avaient quitté les lieux depuis une demi-heure, un premier vœu a mis le feu aux poudres. Présenté par le groupe UMP, le texte demandait l’installation de « caméras de vidéo protection » dans la résidence de logements sociaux du 247-251 rue Marcadet. C’est un sujet sensible et récurent : la vidéo surveillance divise la majorité municipale (Les Verts et le PC y sont opposés) et l’UMP aime enfoncer le clou : à chaque conseil, ou presque, l’opposition municipale formule un vœu pour installer des caméras dans les logements sociaux. « Pas de raison que les plus démunis soient les laissés pour compte de la sécurité », expliquent-ils. La majorité s’en tient, elle, au plan du préfet de police.

Les rires fusent
Christian Honoré, élu de l’opposition, a lu le texte. La majorité a ostensiblement soupiré (la fatigue ?). Quelques rires ont fusé. « Vous prenez cette question avec mépris et le sourire aux lèvres, s’est offusqué Christian Honoré. Vous devez vivre dans des résidences qui ont les moyens de se payer la vidéo protection. » « Il y a toujours des Monsieurs plus et M. Honoré est un Monsieur plus », a lancé Sylvain Garel, élu Vert. « J’ai passé plus de temps que vous dans cet endroit », a dit Daniel Vaillant, à l’adresse de Christian Honoré. « C’est simplement les habitants qui le demandent, M. le maire », a rétorqué l’élu UMP. « Qu’ils s’adressent aux structures de concertation en liaison avec Paris Habitat, le bailleur », a résumé Michel Neyreneuf, adjoint chargé des questions de logement, visiblement excédé.

Les nerfs lâchent
Au détriment d’un échange d’arguments en bonne et due forme, cette guérilla finit par lasser. Ne dessert-t-elle pas aussi ceux qui la mènent ? Reste qu’à cette heure tardive, les nerfs lâchent… Le texte a été rejeté dans une relative indifférence. Puis, au détour de son vœu relatif à la vente à la sauvette de cigarettes à la sortie du métro Barbès Rochechouart, la droite a reproché à un élu de la majorité de ne pas résider dans le 18e arrondissement. Une première lors d’un conseil d’arrondissement. Nouvelle passe d’arme. Dans la confusion, on se sait pas bien comment le conseil en est arrivé là, mais le vœu a lui aussi été rejeté.

Débats bien engagés
Les débats s’étaient pourtant engagés sereinement. En préambule, Daniel Vaillant était revenu sur le vote unanime du vœu, présenté au conseil du 22 mars 2010, consacré à l’attribution du nom d’une rue du quartier de la Chapelle à Albert Simonin. Dixhuitinfo avait alors révélé le passé de collaborateur de l’écrivain sous l’Occupation. Lundi 3 mai, le maire du 18e a rappelé que le vœu avait été adopté « sans grand débat ». « Des élus insoupçonnables l’ont relayé, a-t-il poursuivi. Je revendique le droit à l’erreur, pas à la faute. Dorénavant, aucune proposition de ce type ne sera exposée avant d’avoir été validée par la Commission de dénomination des voies. » Laquelle a confirmé, le 8 avril 2010, qu’Albert Simonin n’aurait pas sa rue dans le 18e arrondissement.

- Les délibérations sur l’adhésion de la ville de Paris à l’association Institut des cultures d’Islam (ICI), sur la signature de conventions et l’attribution d’une subvention d’équipement de 696 000 euros à l’ICI, ont été adoptées à l’unanimité.

- Felix Bepo, adjoint au maire, chargé de l’espace public, a présenté le nouveau plan de propreté du 18e arrondissement, sur lequel nous reviendrons.

Le jardin partagé de la rue Baudélique
Daniel Vaillant a confirmé que les travaux d’agrandissement du Conservatoire de musique de la rue Baudélique ne seraient pas engagés avant trois ans. Des questions techniques expliqueraient ce retard : les études ne sont pas engagées, les projets d’architecture au point mort et l’opération entraînera le déménagement complet du Conservatoire pendant un an. Dans l’intervalle, le maire s’est montré intéressé à « l’idée d’une utilisation éphémère » de l’espace inoccupé. « Comme Pascal Julien le suggère », a t-il précisé. Lequel Pascal Julien, élu Vert, soutient l’association Vert à Soi et son projet de jardin partagé. « Le conseil de quartier Joffrin-Clignancourt étudiera cette question et se prononcera mercredi 5 mais 2010 », a expliqué Laurence Goldgrab, conseillère de Paris et présidente de ce conseil.

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:

1 commentaire

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes