dimanche 28 mai 2017| 23 riverains
 

Petit clash entre élus

Ian Brossat (à gauche) et Pierre-Yves Bournazel (à droite)

Le duo Brossat-Bournazel a fait quelques étincelles, lundi 14 novembre 2011, en Conseil de Paris. Les deux conseillers de Paris, élus du 18e, le premier au PC, le second à l’UMP, ne sont pas d’accord sur la fermeture prévues d’agences de la CPAM. Dégradation du service public pour l’un, économies pour l’autre. Ambiance.

Lundi 14 novembre 2011, le groupe communiste a déposé au conseil de Paris un vœu – adopté – demandant au maire, Bertrand Delanoë, d’interpeller la Caisse primaire d’assurance maladie de Paris (CPAM) ; dans son Schéma directeur immobilier (SDI) 2010-2013, la Caisse prévoit la fermeture d’une dizaine d’agences. Le 18e arrondissement de Paris n’est pas épargné par cette mesure.

« Un carnage »
Un schéma dénoncé par Ian Brossat, qui y voit « un véritable carnage » et « une véritable dégradation [du service public, ndlr] extrêmement préjudiciable, en particulier dans un certain nombre de quartiers populaires ». À travers le vœu déposé, il souhaite que la CPAM abandonne purement et simplement ces fermetures.

Autre bord politique, autre façon de voir les choses. Là où l’élu communiste souhaite préserver l’ouverture de ces agences, garantes d’un service public de proximité, Pierre-Yves Bournazel y voit une solution rationnelle d’économie : « Ce qui est important, c’est une concentration des agents de la CPAM dans des lieux où il peuvent bien recevoir le public. Or, aujourd’hui, la qualité du service peut être compromis aussi par le manque, dans un certain nombre de centres de la CPAM, de personnes qui y travaillent ».

« Le qualitatif plutôt que le quantitatif »
Sur sa lancée, il en a profité pour tacler l’élu communiste : « Plutôt que de décider, vous, ce qui est bon pour les habitants (...) et la CPAM, ce qui nous voudrions, nous, c’est que vous interrogiez le gouvernement. (...) Comme une nouvelle fois vous gérez le ministère de la parole, vous gérez votre arrondissement comme le vœu : sans aucun fondement, sans aucun chiffre et sans aucun élément ».

Alors que plusieurs chiffres avaient été avancés par Ian Brossat quelques minutes plus tôt, l’élu a repris la parole pour le lui rappeler. « On a besoin de service public de proximité et, pour ce qui est de La chapelle (l’agence du quartier pourrait fermer, ndlr), franchement on peut pas dire qu’il y en ait trop. Il n’y en a pas assez, on a besoin de les défendre. Je pense que les habitants du 18e, les parisiens comprendront le sens de ce vœu. Je vous souhaite bon courage pour leur expliquer ce que vous venez de développer à l’instant ».

- Voir la vidéo ci-dessous

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:

1 commentaire
  • Petit clash entre élus 25 novembre 2011 18:44, par Nathanaël UHL

    A priori, ils parlent de l’agence en bas de chez moi... En termes de rationalisation et de qualité, pour reprendre les propos de M. Bournazel, ils feraient mieux d’agrandir les locaux et d’embaucher du monde. Parce que la queue que je constate se mettant en place dès 7h du matin quand je vais prendre mon métro, je ne l’explique pas autrement.
    Merci Ian Brossat de soulever la question des services publics dans un coin du 18e qui en manque cruellement.

    Répondre


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes