mercredi 29 mars 2017| 24 riverains
 

Le musée de Montmartre a sept jours pour redresser la barre

Pour se sauver, le musée de Montmartre doit présenter un plan de redressement avant le 14 décembre 2009. C’est la décision qu’a réaffirmée le maire du 18e arrondissement de Paris, Daniel Vaillant, lors du conseil d’arrondissement du 7 décembre 2009. Il a par ailleurs rendu public un courrier de la ville de Paris adressé à l’association gestionnaire, qui reprend l’historique des contacts entre la municipalité et le musée.

« Je veux que le musée de Montmartre puisse vivre et se développer à Montmartre. » Daniel Vaillant, maire du 18e arrondissement de Paris, a été clair, lundi 7 décembre 2009, au cours du dernier conseil d’arrondissement de l’année. La subvention de 124000 euros accordée (et votée à l’unanimité) à l’association Le vieux Montmartre, doit permettre au musée de sortir de l’ornière dans laquelle il se trouve. Mais elle est conditionnée à un plan de redressement qui devra être présenté avant le 14 décembre 2009 (date du prochain conseil de Paris, où devrait être tranché le sort du musée). « Pas question de verser cette somme à fonds perdus, a précisé Daniel Vaillant. En outre, subventionner une association aux comptes déficitaires est illégal. »

La municipalité récuse les accusations de l’opposition, selon laquelle elle aurait laissé pourrir la situation financière du musée au fil des mois. À l’appui de sa démonstration, le maire produit un courrier de Danièle Pourtaud, adjointe au maire de Paris chargée du patrimoine, envoyé, le 4 décembre 2009, au musée de Montmartre.

PDF - 3.2 Mo
Courrier adressé par la ville de Paris au musée de Montmartre.

Cette lettre reprend le fil des recommandations adressées au musée par la ville depuis 2002 pour qu’il sorte de la crise financière. Pierre-Yves Bournazel, patron de l’UMP dans le 18e, doute. L’élu évoque une augmentation de loyer de 26000 euros entre 2001 et 2009, qui aurait plombé les comptes de l’association. Il parle du succès des dernières portes ouvertes, souligne qu’une pétition pour sauver le musée a recueilli 8000 signatures et demande un délai supplémentaire pour que le musée puisse présenter son plan de redressement.

Pour Daniel Vaillant, il convient d’agir vite : « Il faut quand même que la ville trouve une solution. En l’absence de plan de redressement, la municipalité prendra les affaires en main pour maintenir le musée de Montmartre à Montmartre, » répète l’édile. L’opposition ne manque pas de s’étonner : en effet, Danièle Pourtaud indique, dans son courrier, que si l’association du Vieux Montmartre « décidait de cesser son activité, la ville de Paris proposerait à l’Etat, seul décisionnaire en la matière, de reprendre les collections au musée Carnavalet, (consacré à l’histoire de Paris) ». De nouveaux rebondissements ne sont donc pas à exclure dans cette affaire de musée, lequel, jusqu’ici, n’avait pas suscité autant d’engouement (50 000 visiteurs, quand la Butte reçoit 12 millions de touristes par an). Mais les Montmartrois tiennent à leur musée.

Lire aussi sur le site : Le musée de Montmartre devant les élus du 18e, lundi 16 novembre 2009.

Conseil d’arrondissement, suite...

Les sans-papiers
Un vœu au préfet de police, relatif aux neuf travailleurs sans-papiers qui occupent une partie des locaux de l’entreprise de nettoyage O’Net, boulevard Ney, dans le 18e arrondissement de Paris, a été présenté par Pascal Julien et ses collègues verts, les élus socialistes, apparentés et communistes. Ce vœu demande au préfet de police d’examiner avec « bienveillance la demande de régularisation de ces neuf personnes. »

Occasion pour les élus de rappeler leurs positions respectives sur le dossier des travailleurs sans-papiers – et des sans-papiers en général : à la situation boulevard Ney, est venue s’ajouter, récemment, l’occupation de l’entreprise ISS, rue Championnet, par une cinquantaine de travailleurs à la situation identique. Sans parler de la rue Baudélique, où près de 3000 personnes patientent depuis juillet 2009, au "ministère de la Régularisation des sans-papiers".

Pour Éric Lejoindre, premier adjoint au maire du 18e, Daniel Vaillant, « il faut régulariser au cas par cas, sur des critères transparents ». « Les lois et les réglementations du gouvernement permettent cette régularisation au cas par cas, a souligné Christian Honoré, élu UMP. Il faut vérifier la situation de ces travailleurs. Le préfet examine les dossiers avec humanité. »

Daniel Vaillant est favorable « à une régularisation la plus large possible des sans-papiers qui travaillent et payent des cotisations sociales. » En outre, le maire s’est prononcé « pour la répression accrue des filières clandestines ». Pascal Julien lui a rétorqué que ces filières prospéraient « grâce à la fermeture des frontières ». Au passage, Daniel Vaillant a révélé qu’entre 2000 et 2002, quand il était ministre de l’Intérieur, il avait fait régulariser, « à bas bruit, plusieurs dizaines de milliers de sans-papiers. »

Les tresseurs
Les vendeurs et tresseurs de bracelets brésiliens qui officient aux abords du funiculaire de Montmartre et de la place Charles Dullin sont dans le collimateur des élus du 18e arrondissement. Ils ont voté un vœu, à l’unanimité, pour demander au préfet de police « qu’un dispositif spécifique vienne renforcer les actions misent en œuvre par le commissariat local ».

« La municipalité est fortement préoccupée depuis plusieurs années par le fait que des touristes soient agressés et se sentent obligés d’acheter des bracelets en tissu au prix fort afin de pouvoir circuler librement, a expliqué Myriam El Khomri, adjointe au maire de Paris, conseillère déléguée à la prévention à la tranquillité publique. Ce phénomène perdure et dégrade l’image du site et la vie quotidienne de ses riverains. »

Ce vœu répondait aussi à une demande du conseil de quartier Montmartre. « Ces gens se comportent de manière illégale, » a insisté Bruno Sarre, son président. Et l’élu PS de préciser : « Ils se comportent comme des délinquants et font même payer les touristes qui souhaitent entrer dans le square. »

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:

2 commentaires
  • Le musée de Montmartre
    a sept jours pour redresser la barre
    9 décembre 2009 10:57, par Hélène

    La pétition n’a pas été signée que par les Montmartrois, en particulier celle mise en ligne. Le compte rendu de Dixhuitinfo permet de mieux comprendre d’où vient le problème essentiellement lié à une gestion contestable puisque le Musée est payant, qu’il gère une boutique mais aussi que les quelques 400 membres de l’Association versent une cotisation annuelle de 40 euros et qu’il recevait jusqu`à présent une subvention de la Ville de Paris. Espèrons que le nouveau gestionnaire, ancien directeur financier, réussira à sauver le Musée avec l’aide de la Mairie.

    Répondre

  • Le musée de Montmartre
    a sept jours pour redresser la barre
    13 décembre 2009 23:09, par Daniel Rolland administrateur musée de Montmartre

    Effectivement, la Mairie du XVIIIè a voté, hier soir, le rétablissement de la subvention 2009 à son niveau antérieur (124 K euros sur lesquels l’institution doit payer le loyer de 84 K euros), sous réserve que l"association présente, avant le 14 décembre, un projet / partenaire susceptible de compléter l’aide de la Ville par un financement additionnel permettant de combler le déficit structurel de 150 K euros.

    Certes nous avons pris des contacts depuis l’annonce de la suppression de la subvention (26 octobre) mais nous n’avons jamais annoncé que nous serions en mesure de présenter un projet abouti dans un délai aussi court.

    Deux remarques :

    - il n’est pas exact de dire (comme cela a été mentionné hier) que la Mairie de Paris a demandé à l’association, dès février 2009, de présenter un projet puisque, à cette date, la Ville a, au contraire, demandé à l’association de constituer un dossier (remis le 17 mars) pour permettre aux services de la Mairie de chercher une solution. Parmi les solutions envisagées, il y avait la transformation du Musée en Musée de la Ville de Paris ; Cela rendait, naturellement prématurée toute recherche, par l’association, de repreneur, mécène ou sponsor. Ce n’est que fin octobre (7 mois après), que la Ville nous a annoncé qu’aucune solution, venant de la Ville, n’était possible.

    - Nous avons adressé deux courriers à la Ville de Paris, le 19 novembre et le 4 décembre (restés sans réponse à ce jour), dans lesquels nous précisons qu’il est nécessaire que l’association puisse obtenir, de la Mairie, des garanties précises de maintien dans les locaux et les modalités de la contribution financière future de la Ville. Ces engagements sont, naturellement, indispensables pour concrétiser un dossier avec d’éventuels partenaires privés. De la même manière que la Ville nous dit "nous ne verserons la subvention que si vous trouvez le complément pour être à l’équilibre", nos contacts nous disent "nous ne verserons le complément que si la Ville continue à vous verser sa subvention habituelle" !!!!!

    Nous restons donc dans l’attente du Rendez-Vous à l’Hôtel de Ville, que nous avons sollicité.

    Daniel ROLLAND

    Administrateur

    Répondre


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes