lundi 24 avril 2017| 12 riverains
 

L'action de la municipalité, vue par<br>Roxane Decorte, élue UMP du 18e

Le 16 mars 2008, Daniel Vaillant était élu maire du 18e arrondissement de Paris et attaquait son troisième mandat. Roxane Decorte, élue UMP du 18e, s’oppose à sa politique municipale depuis 2001. Dans l’interview accordée à dixhuitinfo, la conseillère d’opposition dresse son bilan de cette première année de mandature.

Roxane Decorte tient permanence dans un modeste local, rue de la Chapelle. Un plan de Paris est accroché au mur, aux côtés d’un portrait de Nicolas Sarkozy. Des articles de presse consacrés à l’élue UMP du 18e arrondissement de Paris sont affichés au dessus du bureau, sur lequel est posé un vieux téléphone gris. Roxane Decorte, née voilà 38 ans rue Ordener, vit dans le quartier depuis plus de vingt ans. Elle occupe l’appartement de sa grand-mère maternelle, disparue l’année dernière. « C’est elle qui m’a élevée, explique l’élue d’opposition. Je n’ai pas connu mon père, à peine ma mère. » « Ici, c’est mon quartier depuis toujours, poursuit-elle. J’y suis attachée. J’y ai effectué toute ma scolarité. »

JPEG - 81 ko
Roxane Decorte, dans sa permanence rue de la Chapelle, quartier où elle vit depuis plus de vingt ans.

Roxane Decorte s’est engagée en politique en 1988. À droite. Questions de convictions, « je suis profondément gaulliste et républicaine ». Mais aussi parce que la permanence du RPR (le Rassemblement pour la république de Jacques Chirac, à l’époque maire de Paris) était située juste à côté de son domicile. Jusqu’à la semaine dernière, Roxane Decortes était chargée de la campagne électorale de Valérie Pécresse, ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche et candidate aux élections régionales en Ile-de-France, en 2010. La campagne s’est achevée samedi 14 mars 2009, au Trianon Palace, une salle située à Pigalle. « Je vais pouvoir me consacrer à nouveau pleinement au 18e arrondissement, sourit celle qui y fut élue une première fois lors des élections municipales de 2001, en tant que numéro 2 sur la liste de Philippe Séguin.

Aujourd’hui, bien que malmenée au sein du groupe UMP de l’arrondissement par le turbulent Pierre-Yves Bournazel, nouveau président du groupe et soutien de Roger Karoutchi, adversaire de Valérie Pécresse dans la course à l’investiture UMP pour les élections régionales, Roxane Decorte incarne toujours l’opposante historique à la politique municipale de Daniel Vaillant, le maire du 18e. Un an après la réélection de ce dernier, celle qui est aussi vice-présidente de la Commission urbanisme et logement au Conseil de Paris, dresse son premier bilan du travail de la mairie du 18e arrondissement.

Dixhuitinfo - Que pensez-vous de la politique engagée par le maire du 18e, depuis sa réélection, voilà un an ?
Roxane Decorte - Ce sont toujours les mêmes archaïsmes et conservatismes qui sous-tendent le travail de la mairie. Un seul exemple : il n’y a toujours pas de représentants de l’opposition dans les conseils de quartier de l’arrondissement, instances censées incarner la démocratie locale. Mais le véritable point noir, c’est le logement. En la matière, la politique de mixité sociale du maire, c’est de la poudre aux yeux. Elle favorise le communautarisme. Les logements sociaux sont déployés dans les quartiers populaires et sont attribués sans véritable souci d’équilibre. C’est ajouter de la précarité à la pauvreté.

Comment résoudre cette question ?
Par une politique équilibrée, tenant compte de tous les aspects de la vie sociale. Prenez le commerce, par exemple. C’est un problème, dans le 18e arrondissement. Dans certains quartiers comme la Goutte d’Or, les boutiques sont réservées à des communautés. Les commerces traditionnels, de bouche, en particulier, n’y ont plus leur place. Rue Doudeauville, c’est le royaume des magasins de gros, spécialisés dans les produits exotiques. Le maire promet la création d’un marché des cinq continents, en périphérie du 18e, depuis son premier mandat, en 1995. On nous parle aujourd’hui de 2012…

Vous soutenez le Lavoir Moderne Parisien, salle de spectacle dans la Goutte d’Or, qui risque de déposer son bilan. Pourquoi ?
Là encore, la politique de la municipalité en matière culturelle n’est pas équilibrée. Ce début de mandat le prouve, avec l’inauguration du centre Barbara Goutte d’Or et de la réouverture des Trois Baudets, deux équipements financés par la ville de Paris. Je n’ai rien contre. Mais pourquoi laisser tomber une salle indépendante, à la programmation éclectique, qui a sa place dans le quartier de la Goutte d’Or ? Il convient de développer la culture de proximité, pas seulement celle validée par les institutions.

JPEG - 98.5 ko
Roxane Decorte demandait depuis longtemps la fermeture du square Léon, dans la Goutte d’Or.

Retenez-vous des points positifs ?
Oui. La fermeture nocturne du square Léon, par exemple. D’ailleurs, je réclamais cette mesure depuis longtemps. Le maire du 18e adhère aussi à l’installation de caméras de vidéosurveillance en 2010. C’est une bonne chose. Mais, question sécurité, il y a encore du travail ! Comme renforcer l’éclairage public et prendre à bras le corps les questions de toxicomanie, lesquelles inquiètent les riverains.

Vous êtes l’élue d’opposition à la politique municipale depuis presque dix ans face à Daniel Vaillant. Comment le maire a-t-il évolué ?
Je respecte l’homme et son parcours politique. Mais je constate que, depuis son premier mandat de maire en 1995, l’arrondissement reste l’une des vingt communes les plus pauvres d’Ile-de-France.

Daniel Vaillant a pourtant été réélu, en 2008, avec 72,5 % des voix. Preuve que les habitants du 18e adhèrent à sa politique…
Avec près de 50% d’abstention au second tour, ne l’oublions pas (47,10 %, exactement, ndlr). D’ailleurs, pour des questions de calcul politique, le maire de Paris, Bertrand Delanoë (élu du 18e, lui aussi), avait pesé de tout son poids pour que Daniel Vaillant l’emporte au premier tour. C’est donc une forme d’échec.

Comment la droite peut-elle reconquérir le 18e arrondissement ?
Les riverains des quartiers populaires votent peu. Nous devons les inciter à s’inscrire sur les listes électorales. S’ils se mobilisent, nous pouvons emporter l’arrondissement, car nombre d’entre eux ont le sentiment d’être laissés de côté par la politique municipale.

Vous voyez vous toujours devenir maire du 18e arrondissement ?
Oui.

Pour cela, il faudra vous entendre au sein de l’opposition : la situation est tendue entre vous et Pierre-Yves Bournazel, président du groupe UMP...
Nous avons du tempérament tous les deux. Mais nous travaillons. D’un point de vue personnel, mes actes et mes propos sont cohérents. Je n’ai pas de problème d’ego.

A lire ou relire sur dixhuitinfo.com :
- Daniel Vaillant :« Un 18e arrondissement harmonieux, mais pas uniforme. »
- Roxane Decorte réagit à l’interview de Daniel Vaillant.
- P.Y. Bournazel, UMP, à la conquête du 18e arrondissement.

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:

1 commentaire

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes