mardi 27 juin 2017| 289 riverains
 

Ian Brossat contre les concerts de reggae homophobes

Prévu puis déprogrammé, le concert du chanteur jamaïcain Sizzla qui devait avoir lieu le 24 septembre 2010, à l’Elysée Montmartre, dans le 18e arrondissement de Paris, continue de faire des vagues. Explications de Ian Brossat, élu communiste du 18e, qui a milité pour l’interdiction.

Le concert du chanteur jamaïcain Sizzla, prévu le 24 septembre 2010 à l’Elysée Montmartre, dans le 18e arrondissement de Paris et annulé le 13 septembre 2010, a fait l’objet de vives critiques de la part de Ian Brossat, élu du 18e et président du groupe communiste au Conseil de Paris. Il avait demandé, le 7 septembre 2010, sa déprogrammation pure et simple. Motif : dans certaines de ses chansons, notamment « No Way », Sizzla tient des propos homophobes, qui font bondir Ian Brossat : « Il y a des appels aux meurtres explicites envers les gays. La liberté d’expression ne justifie pas tout », s’insurge-t-il.

Dans un communiqué de Garance Production, que nous avons tenté de contacter, publié sur le site reggaefrance.com le 13 septembre 2010, l’organisateur du concert invoque une « décision [...] liée à un différend avec l’agence anglaise en charge de la tournée européenne, et non à la récente polémique autour des paroles homophobes. »

Une annulation qui réjouit Ian Brossat, mais dont l’explication ne le satisfait pas. Après Sizzla, l’élu souhaiterait, pour les mêmes raisons, que le concert de Vybz Kartel, prévu le 26 septembre 2010 au même endroit, soit annulé.

Un vieux débat

Ce n’est pas la première fois que les concerts de Sizzla en France sont l’objet de vives critiques. Déjà en 2005 et 2008, certains de ses concerts avaient été annulés, sous la pression d’association LBGT (lesbiennes, gay, bi et trans).

Si certaines chansons de Sizzla sont ouvertement homophobes, elles ne représentent qu’une fraction du répertoire artistique du chanteur jamaïcain. En commentaire sur le blog de Ian Brossat, François, un internaute, juge « réducteur » de qualifier Sizzla d’homophobe. Rappelons qu’en Jamaïque, l’homosexualité est interdite et le poids de la religion (chrétienne ou du mouvement spirituel Rastafari) est important.

L’opposition envers Sizzla semble prendre de l’ampleur, d’année en année. Geste du chanteur : il signe en avril 2007, avec l’un de ses collègues jamaïcains Capleton, qui subissait les mêmes critiques, le Reggae Compassionate Act. L’acte précise « qu’il n’y a pas de place dans la communauté musicale pour la haine et les préjugés, y compris [...] l’homophobie ». Mais d’après le mensuel Têtu, le chanteur jamaïcain aurait interprété en concert, quelques mois plus tard, "Nah apologize" (pas d’excuses).

La musique de Sizzla : un vieux débat qui déchaine les passions et oppose régulièrement producteurs, défenseurs de la cause homosexuelle et amateurs de reggae. Lesquels, au-delà des textes, privilégient souvent les rythmes propres à la musique jamaïcaine. Difficile pourtant de dissocier les deux. Peut-on tout dire au nom de la liberté d’expression ? Le débat est loin d’être clos.

Crédits photos
Sizzla : ©fightingtheboss sur flickr
I. Brossat : photo DR

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:

9 commentaires
  • Ian Brossat contre les concerts de reggae homophobes 15 septembre 2010 22:13, par MrQuick

    et si on interdisait les reunions des communistes au motif qu’ils ont opprime la moitie de la terre et cause des millions de morts pendant 70 ans ?

    Ce Ian cherche a se faire de la pub sur le dos d’artistes dont on sait qu’ils vomissent les communistes, ces derniers ayant renverse et assassine Haile Selassie, empereur d’Ethiopie et considere comme la nouvelle incarnation de Dieu sur Terre apres Jesus...

    Bref, des procedes honteux et une atteinte de plus au droit d’expression par nos amis cocos... On ne s’etonnera pas que le PC represente moins de 2% de l’electorat contre 22% dans les annees 70. On ne les a pas du tout, mais pas du tout entendus sur les retraites, sur les vrais dossiers importants, mais la sur Sizzla ca se dechaine ! Nul

    Répondre

  • Ian Brossat contre les concerts de reggae homophobes 16 septembre 2010 10:33, par coincoin

    cher MrQuick, vos propos délirants sont-ils l’effet d’un abus de fumette ? quand les effets seront dissipés, vous comprendrez, peut être, qu’un élu communiste est parfaitement dans son rôle quand il défend le respect des individus et dénonce les appels aux meurtres. Quant au silence des communistes sur le dossier des retraites, là, vous n’êtes pas sérieux :-)

    Répondre

  • Ian Brossat contre les concerts de reggae homophobes 16 septembre 2010 11:05, par Isabelle

    Je ne casserai pas du communiste comme le virulent Mr Quick, mais je considère effectivement qu’il y a là atteinte à la liberté d’expression. Je n’ai rien d’une homophobe et pourtant, il m’arrive d’écouter du Sizzla.Je ne comprends rien aux paroles qu’il balance en patois jamaïcain et je m’en fous : c’est le groove et la musique qui comptent.

    Pourquoi ne pas interdire le prochain concert de Public Enemy ? A creuser dans certains de leurs textes, on trouverait bien quelques choses à leur reprocher... Et plein d’autres encore !

    Et ce n’est pas parce que Sizzla peut balancer parfois des conneries homophobes (ET SEXISTES également !), que je vais aller taper sur le premier homo que je croise en sortant ! Parce que je ré-flé-chis !

    Il faudrait donc que les politiques cessent de nous prendre pour des cons !

    Répondre

  • Ian Brossat contre les concerts de reggae homophobes 17 septembre 2010 09:31, par Sylvaine

    J’aime qu’on débatte sur les limites de la liberté d’expression...
    Faut-il interdire Baudelaire qui était franchement mysogyne ?
    Je crois qu’on peut condamner et désapprouver sans interdire, sans quoi on risque de devenir liberticide.
    Enfin sur 18info : il y a débat et donc liberté d’expression... Bravo à cet excellent modèle de modération et de neutralité ! Quel site !

    Répondre

  • Ian Brossat contre les concerts de reggae homophobes 17 septembre 2010 10:25, par Poulbot21

    Interdire quelque soit le motif est un acte grave contraire à la liberté d’ expression.Soyons attentifs aux respects de

    nos valeurs républicaines qui font le fondement de notre démocratie,laquelle par des actions "inconsidérées "peut

    être menacée et remise en question.( est-ce le souhait de certains ?)

    Répondre

  • Ian Brossat contre les concerts de reggae homophobes 17 septembre 2010 17:18, par Talisker

    Il y a fort à parier en effet qu’une grande partie des amateurs plus ou moins occasionnels de Sizzla n’entendent pas grand-chose au patois jamaïcain de ses textes. Et on suppose qu’il ne suffit pas d’une chanson de cet artiste pour aller tirer sur un homosexuel comme sur des pigeons d’argile (parce que c’est quand même de cela qu’il s’agit, pas juste d’une parole déplacée). On s’en félicite.

    Mais cela ne change pas grand chose au problème. Ce n’est pas parce qu’il n’y a que trois cons ou dix débiles dans son public prêt à passer à l’acte que c’est mieux. A combien d’homosexuels froidement tabassés ou tués doit-on réagir ? Estimez-vous qu’une petite demi-douzaine, c’est acceptable ? Plus ou moins ? Et où ? En France ou en Jamaïque ? Je suppose que cela vous gène moins quand c’est à quelques miliers de kilomètres, n’est-ce pas ?

    Soyons sérieux : Sizzla renchérit avec toute la violence possible une discrimination officielle en Jamaïque - où l’homosexualité est illégale. On parle de liberté d’expression, mais très franchement, Sizzla se distinguerait plutôt en défendant les homosexuels. Là, j’applaudirais son courage. En France, aujourd’hui, c’est comme s’il chantait les charters de Besson. Quel artiste !Quoi qu’il en soit de sa musique ou de son "groove" (merde alors, c’est du reggae), Sizzla n’est qu’un perroquet qui répète à l’envi et lâchement une propagande dégueulasse.

    Répondre

  • Ian Brossat contre les concerts de reggae homophobes 17 septembre 2010 17:27, par Micromégas77

    Une précision en ce qui concerne la liberté d’expression. Parce que défendre tout et n’importe quoi au prétexte de Baudelaire, ce n’est pas forcément très malin. Vous avez lu autre chose que votre Lagarde et Michard ? Céline, cela vous dit quelque chose ? Baudelaire n’appelait au meurtre de personne et a été censuré dans son propre pays. Céline appelait au meurtre et on l’a publié parce qu’il allait dans le sens du vent d’une idéologie inhumaine... Laissez-moi réfléchir... Quel est le plus proche de Sizzla, ici ? Ne montez pas sur vos grands chevaux, vous risqueriez de tomber. Sizzla n’est absolument pas une victime. Il peut se produire presque n’importe où. Ses disques se vendent sans problème. Ne défendez pas un homophobe (et c’est un euphémisme) au nom d’une liberté d’expression qui n’a jamais été menacée. Défendez plutôt ceux qu’on tabasse et qu’un tue au nom de leur préférence sexuelle...

    Répondre

  • Ian Brossat contre les concerts de reggae homophobes 18 septembre 2010 09:58, par louisvii

    il n’y a que les ânes qui ne changent pas d’avis.. je pensais "aux cocos" : vous fustigez leur passé voire certains présents, mais force est de reconnaitre que nos leaders actuels ont su prendre le parti de la démocratie et sont les seuls visiblement et combativement engagés au respect de toutes valeurs humaines et humanistes. vous confondez systèmes politiques (communistes ou autre) et idéaux. normal, vous assimilez liberté d’expression à "faire ce que l’on veut". mais je ne vous referais pas un cours de philo ; apparemment, comme tout bon fan de raggea, vous avez déjà certainement la vôtre bien ancrée... je serai néanmoins curieux de connaitre votre opinion si des textes poétiques ou autre commençaient à stigmatiser "votre minorité" reggeaïste en la traintant de tous les noms d’oiseaux et en appelant à héradiquer ce style musical décadant, imbécile, vide et creux, contre la nature musicale de l’oreille naturelle et humaine...
    par dela ces polémiques relativistes, revenons au fondement des choses : le droit de la personne, la liberté d’être ce que l’on est, visiblement niés par ces mouvements inspirés et à la vérité révélée... vous parlez de la raison, mais je ne pense pas que des textes si emprunts de références religieuses en ait beaucoup fait usage !!!

    Répondre

  • Un message de Tjenbé Rèd (Stop Murder Music France) 25 septembre 2010 19:44, par David Auerbach Chiffrin, président de Tjenbé Rèd

    Bonjour,

    Il convient de rappeler que la campagne internationale Stop Murder Music (SMM) est strictement régulée et coordonnée par l’association jamaïcaine J-Flag (Jamaica Forum for Lesbians, Allsexuals & Gays). À priori, cette association composée de personnes de couleur, homosexuelles, vivant en Jamaïque, et comptant parmi ses anciens membres ou proches des personnes sauvagement assassinées en Jamaïque en raison de leur homosexualité, sait ce qu’il faut faire pour améliorer la condition des personnes de couleur homosexuelles vivant en Jamaïque.

    Heureusement, pour revenir à Sizzla, bien d’autres artistes jamaïcainEs portent un authentique message de révolte sociale et de solidarité sans ressentir le besoin d’y adjoindre un message de discrimination et d’appel au zigouillage.

    Cordialement,

    David Auerbach Chiffrin, président de Tjenbé Rèd
    http://www.tjenbered.fr/

    Répondre


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes