dimanche 30 avril 2017| 232 riverains
 

Daniel Vaillant, une journée dans la vie d'un maire

Troisième mandat en tant que maire du 18e arrondissement de Paris en cours, député de la 19e circonscription de Paris depuis juin 2002, Daniel Vaillant, ministre de l’Intérieur du gouvernement Jospin entre 2000 et 2002, est un homme pressé. À 62 ans, il gère son emploi du temps avec pragmatisme. Récit d’une journée dans la vie d’un maire d’arrondissement. Reportage et vidéos.

09h45, mairie du 18e arrondissement - Le maire socialiste du 18e arrondissement de Paris débute sa journée municipale. Sur la cheminée de son bureau est posée, entre autres, une photographie des membres du gouvernement Jospin dans la cour de Matignon. Un cliché souvenir d’un passé de ministre des relations avec le Parlement et de l’Intérieur, entre 1997 et 2002. Désormais, outre le mardi et le mercredi voués au travail de l’Assemblée nationale, Daniel Vaillant consacre l’essentiel de ses journées à la gestion des affaires de l’arrondissement. Et son temps lui est compté.

« On traitera donc du menu en trois quarts d’heure », annonce-t-il à son interlocuteur, un responsable de la SNCF. Ordre du jour : la restructuration du quartier La Chapelle Internationale. Daniel Vaillant orchestre la partie : il résume chaque point, consulte, conclut. Sa voix, forte, imposante, contraste avec le ton calme et discret du responsable de la SNCF. Le maire du 18e est direct, franc.

Grand verre de café
11h00 - Daniel Vaillant prend l’ascenseur. Direction une grande salle du sous-sol de la mairie où a commencé, il y a une vingtaine de minutes, la réunion des chefs de circonscription. Elle se déroule une fois par mois et rassemble les directions des services techniques de la mairie, le commissaire de police, Paris Habitat, etc. Les débats ont commencé. Daniel Vaillant entre, le pas pressé. Son directeur de cabinet lui apporte un grand verre de café. Interruption du débat. « Merci, je reprends. Vous savez à quel point j’apprécie ces réunions de chefs de circonscription […] »

Vidéo 1 : Daniel Vaillant raconte sa vie municipale et familiale © Dixhuitinfo / Philippe Bordier


Daniel Vaillant, maire du 18e arrondissement de... par dixhuitinfo

« Je dois m’absenter pendant quelques minutes pour célébrer un mariage, mais vous allez voir, cela peut être très rapide », annonce Daniel Vaillant. Le plus souvent, les adjoints s’occupent des mariages. « C’est rarement le maire, explique son chef de cabinet. Il le fait pour des amis ou parce qu’on lui demande personnellement, mais c’est compliqué à caser dans son emploi du temps. »

12h35 - « On va terminer là-dessus, on est déjà presque en retard pour le repas. » « Est-ce que ce sera du poulet ? », demande le commissaire Clouzot. « Non, on n’a pas osé ! », répond en riant Daniel Vaillant. Exceptionnellement, un repas est organisé pour le passage en 2011. L’édile confesse un « bon coup de fourchette ». Ça se voit. Il assume. « Je me porte bien ! »

« J’ai besoin d’être là »
14h30 – Déjeuner terminé, il est temps de rallier une petite salle de la mairie. Une vingtaine de personnes attendent le maire. Architectes, représentants de la Préfecture de police et de la région Ile-de-France, tous appartiennent au Comité de suivi de l’Opah (Opération programmée d’amélioration de l’habitat) des secteurs Belliard Doudeauville. Daniel Vaillant pose les termes du débat. Donne la parole. Ecoute. Sa présence ne semble pas indispensable. Ses conseillers techniques suivent le dossier. « J’ai besoin d’être là, indique-t-il pourtant. Des informations remontent des quartiers. C’est une manière de me tenir informé. »

Vidéo 2 : Daniel Vaillant s’exprime sur le cumul des mandats et ses indemnités de maire et de député. © Dixhuitinfo / Philippe Bordier


Daniel Vaillant, député maire du 18e... par dixhuitinfo

15h30 – Retour dans son bureau. Lecture du journal Le Monde. Café. Daniel Vaillant devrait écrire. Poursuivre la rédaction de son livre, 40 ans d’histoire du parti socialiste. À paraître en avril 2011. Mais l’homme préfère dialoguer. Raconter ses projets. Son 18e arrondissement, où il vit depuis cinquante ans. Il évoque aussi sa famille : « Elle vit en province. J’y consacre mes fins de semaines. » Difficile à prendre en défaut, l’homme n’élude pas les questions. Il a réponse à tout. Exemple, la saleté dans plusieurs quartiers du 18e souvent mise à l’index : « Est-ce que je salis volontairement ? Au-delà de l’action des services concernés, c’est une question d’éducation. »

« Vous avez réponse à tout ! »
16h00 – Remise d’une médaille de Chevalier de l’Ordre national du mérite, à une habitante du 18e arrondissement pour la remercier de son action en faveur de quartiers défavorisés du 18e. Discours. Petits-fours. Le maire trempe ses lèvres dans une coupe de champagne. Puis élaboration de son agenda avec son chef de cabinet. C’est serré. Son mandat de député de la 18e circonscription ajoute à son quotidien de maire.

18h30 – Il s’engouffre dans sa voiture. Accompagné par son officier de sécurité. Direction Radio Orient, en proche banlieue. La journaliste l’interroge sur les événements qui secouent le Maghreb. « Ces révolutions sont une bonne chose. » Prière dans la rue. « L’institut des cultures d’Islam et ses salles de prière permettront aux Musulmans du 18e de pratiquer dignement leur religion. C’est bien beau de critiquer, moi, je suis dans l’action. » « Vous avez réponse à tout ! », rétorque en riant la journaliste.

20h00 – Retour dans le 18e. Une salle de la section du PS local, rue de Trétaigne. Le maire intervient devant les militants. Débat sur la légalisation du cannabis et les salles de consommation à moindre risque. La salle écoute, attentive.

21h30 – Fin de la journée de travail. « Je vais rentrer chez moi, rue Ernestine dans la Goutte d’Or. Il sera temps, alors, d’ouvrir une brique de soupe ! »

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:

4 commentaires
  • Daniel Vaillant, une journée dans la vie d’un maire 21 mars 2011 11:20, par noël Veg

    je suis "témoin" de la disponibilité de Daniel Vaillant.J’en profite pour le remercier pour sa présence et son implication personnel dans toutes les cérémonies mémorielles dans le 18° et..... ailleurs.

    Répondre

  • Daniel Vaillant, une journée dans la vie d’un maire 21 mars 2011 21:25, par miclucas

    Et la delinquance et la salete des rues du 18eme ( simplon ; barbes , la goutte d or ) . et les 10 000 emplois créés a la mairie de paris sous Delanoé ? ou est le changement ? par contre nos impots locaux ont augmentés .......... ;alors la disponibilité d un maire , moi, ca m importe peu , ce qui m interesse ce sont les resultats ... et ils n y sont pas . michel

    Répondre

  • Daniel Vaillant, une journée dans la vie d’un maire 11 septembre 2011 10:16, par arthur

    mr le maire..le 18e arrondissement possede un patrimoine architecturale fort interessant ..mais éparse et pas assez valorisé..ex.. le magnifique chateau des lys(propriété privée) belle demeure du xiii siecle..et tant d’autres immeubles remarquables..un inventaire et sauvegarde serait nécessaire..le 18é arr. est un arrondissement parisien riche d’une longue histoire un peu oubliée..certs il yà des problemes’(sécurité..propreté..et dérives diverses)mais une volonté citoyenne partagée au dela des clivages gauche droite fera renaitre ce bel arrondissement et montmartre dominera toujours la capitale..quoi qu on dise..merci mr le maire..avançons positivement jour aprés jour..

    Répondre

  • Daniel Vaillant, une journée dans la vie d’un maire 15 février 2012 11:22, par géranium

    En ce qui concerne la propreté des rues de Paris, je propose que les riverains du 18 ième arrondissement refusent de payer leurs impôts fonciers (excessivement onéreux en regard de la saleté et du danger d’épidémies qu’ils risquent de subir à terme, dans ces rues franchement répugnantes d’immondices).

    Le 19ème arrondissement de Paris a fourni un effort considérable en ce qui concerne ce problème de l’hygiène publique. Des rues propres, un quartier Vert, et une population heureuse d’y vivre. De plus, les services de cette Mairie sont aisément accessibles à tous, ce qui n’est pas le cas du 18ième.

    Il faut savoir que les parcs à 2 roues (en nombre considérable dans le 18ième et dans de très petites rues) entraînent de graves nuisances : problèmes pour respirer, pollution sonore, et flaques de gaz oil un peu partout dans les rues. On vit dans un quartier-poubelle et on patauge littéralement dans la saleté et les graisses de carburants.

    Une remarque : depuis l’installation de ces parcs à 2 roues, les rues concernées et défigurées par le va et vient de ces motos, sont bien plus sales. Est-ce à dire que les balayeurs ne peuvent pas passer leur balai entre les motos ? Une explication, parmi tant d’autres.

    Bien que le Maire, Monsieur Daniel Vaillant ait été interpellé sur ces 2 questions : propreté et 2 roues, il ne semble pas être en mesure d’y apporter une réponse et surtout une solution. Il renvoie ses concitoyens vers les services d’une Madame Jouffroy, grande spécialiste de la voirie parisienne auprès du Maire de Paris, Bertrand Delanoé.

    Je ne crois pas que cette dame Jouffroy accepterait de vivre en rez-de-chaussée, avec une telle atteinte à son intégrité physique et morale sous ses fenêtres (voir photo)... !

    Les motos ont été placées là, sans aucune concertation avec les riverains et sans le moindre respect des habitants qui vivent littéralement au ras de ces pots d’échappement. On ne peut plus ouvrir les fenêtres pour aérer les logements, et lors des pics de pollution il fuir hors de Paris, à condition d’en avoir les moyens ! Des enfants, des personnes âgées, des malades vivent là... de quel droit les priver d’un minimum d’oxygène !

    Dans la plupart des quartiers de la capitale, ces nuisances sont véritablement moindres, et les habitants de ces quartiers paient en général des impôts fonciers beaucoup moins chers.

    Expliquez-donc pourquoi... ?

    Qui décide quoi, dans la gestion de la Ville ?

    Et jusqu’à quand cela va-t-il durer ?

    Ah, si j’étais Maire de Paris... j’installerais des jardinières sous le nez des parisiens, plutôt que des motos ! On respirerait mieux et on serait moins malheureux de vivre en ville !

    Répondre


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes