vendredi 31 octobre 2014| 95 riverains
 

Ces soutiens politiques qui changent peu la donne

Alain Juppé, Cécile Duflot, Jean-François Copé, Jean-Luc Mélenchon et François Fillon sont tous venus soutenir des candidats du 18e arrondissement.

Les personnalités politiques nationales se sont succédées dans le 18e arrondissement de Paris à l’occasion des élections législatives. Dans un café ou pour une balade dans le quartier, elles sont venues soutenir des candidats locaux. A quoi ont servi ces visites ? Quelques éléments de réponse.

Ils ont sillonné les rues et cafés du 18e. Jean-François Copé, François Fillon, Alain Juppé à droite, Cécile Duflot, Bertrand Delanoë, Jean-Luc Mélenchon à gauche… Autant de figures nationales venues soutenir des candidats locaux pour les élections législatives. Quelques jours avant le scrutin, ces visites médiatiques ont rythmé la campagne, et ont attiré les militants autant que les badauds. Mais finalement, à quoi ça sert ?

Ces visites nationales sont vécues comme des petits moments de gloire. Pourtant, un candidat avouait au lendemain du deuxième tour qu’elles ne changent pas grand-chose à la donne. Les visites de Jean-François Copé, François Fillon et Alain Juppé (UMP) auprès de Pierre-Yves Bournazel (18e circonscription) n’ont pas empêché Christophe Caresche de frôler les 70%. Ni Daniel Vaillant (19e) de les dépasser face à Roxane Decorte, qui avait elle aussi reçu François Fillon. Dans la 3e, Valérie Paparemborde, malgré la visite de plusieurs personnalités de l’UMP au début de sa campagne, s’est inclinée face aux presque 60% de son opposante. Les politesses nationales ne suffisent pas à renverser un scrutin. Il est même peu probable qu’elles en modifient le score.

Un remontant pour les militants

Si ces visites ont une utilité, il faut la chercher ailleurs. Elles semblent en fait s’adresser surtout aux électeurs déjà conquis plutôt qu’aux autres. Il suffit de voir l’excitation et l’empressement avec lequel les militants – de tout bord et de tout âge – se pressent pour serrer la main ou obtenir une photo de la personnalité nationale venue passer quelques minutes en leur compagnie. Pas de meilleur remède au découragement de fin de campagne : remontés à bloc, les sympathisants sont prêts à partir tracter l’après-midi entière après les discours de leurs idoles.

JPEG - 44.7 ko
Les journalistes et militants se pressent devant François Fillon lors de sa venue dans le 18e, mardi 5 juin 2012.

Ces rencontres convenues sont aussi le moyen d’attirer l’attention médiatique. Appareils photo et caméras sont bien souvent au rendez-vous, y compris venant de médias nationaux. La notoriété étant souvent le nerf de la guerre, l’important est de faire parler de soi. Les déclarations sont d’ailleurs souvent convenues. La photographie du candidat au côté de son invité comptant davantage que les échanges d’amabilité. Quant aux figures nationales, souvent également en campagne, elles profitent aussi de ce jeu journalistique.

Un tremplin pour le futur

Des idoles pour les militants et pour les médias donc, plus que pour le résultat dans les urnes. Un dernier aspect se devine cependant. Des campagnes locales comme celles des législatives, de surcroît à Paris, sont souvent un tremplin vers de futures responsabilités nationales. Nul doute que les candidats, heureux ou malheureux, sauront rappeler au souvenir de leur alliés de poids et de leurs collègues nationaux ces quelques moments convenus mais malgré tout symboliques.

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:

3 commentaires
  • Ces soutiens politiques qui changent peu la donne 24 juin 2012 20:01, par marhel

    Dans ce cas, les médias ne sont-ils pas justement utilisés par tous ces candidats pour faire leur promo...gracieusement ?

    Répondre

  • Ces soutiens politiques qui changent peu la donne 25 juin 2012 15:18, par victor wingler

    La venue épisodique et purement évènementielle de certains" grands élus" nous font penser à la venue ou au passage du roi et de la reine dans notre vieille histoire monarchique.. !

    Démarche" enfantine voir puérile", les électeurs sont des adultes pas des gamins.. !

    Pouquoi pas inviter Lady GAGA ?

    je m’affiche, tu t’affiches , on s’en fiche.. !

    Tout celà n’apporte rien au débat politique , ça fait bien pour une affiche éphémère que la pluie s’empressera de décoller pour finir au ruisseau de l’oubli.
    C’est toute l’année qu’il faut être présent sur le terrain des arrondissements et pas faire du vedettariat médiato politique.. ! occasionnel et opportuniste.

    Répondre

  • Ces soutiens politiques qui changent peu la donne 28 juin 2012 15:09, par samantha Allwild

    On apprend dans le Figaro du 27 que Monsieur Copé craignant le démentèlement de L’UMP penserai offrir une vice présidence de groupe au talentueux Monsieur Y. Bournazel pour l’ empêcher de créer un parti indépendant à droite, la manoeuvre de Monsieur Copé est "grosse comme ficelle,"
    Nous espérons que le jeune et audacieux Bournazel n’entendra pas le chant des syrènes, souvenons nous des candidats centristes qu’on à découragés et on à fait de L’UMP , une machine à perdre.. les dernières élections.

    Répondre


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com