mardi 26 septembre 2017| 12 riverains
 

Portrait d'Eric Lejoindre, nouveau maire du 18e

Dans le 18e, Éric Lejoindre est premier adjoint du maire sortant, Daniel Vaillant, depuis 2008.

Elu maire du 18e arrondissement de Paris, dimanche30 mars 2014, Éric Lejoindre, 34 ans, premier adjoint du sortant Daniel Vaillant, a mené une campagne pour défendre un programme d’union avec les communistes puis les écologistes, et a tenté de gommer son déficit d’image auprès des habitants de l’arrondissement. Portrait.

Mains dans les poches, il contemple le 18e arrondissement de Paris depuis le ciel. La vue aérienne occupe un mur de son bureau au troisième étage de la mairie. Il s’approche de l’immense photographie et pose un doigt sur le quartier La Chapelle. « J’habite là depuis sept ans, dit Éric Lejoindre. À côté de la piscine Hébert. Ici, les riverains me connaissent bien. En particulier les parents dont les enfants vont à la crèche, comme les miens. »

Trente quatre ans, marié et père de deux fillettes, Eric Lejoindre va s’assoir dans le fauteuil de maire du 18e, le 13 avril 2014, lors du premier conseil d’arrondissement de la nouvelle mandature. Un fauteuil occupé depuis 19 ans par Daniel Vaillant, dont il est le premier adjoint. « Je suis prêt, affirme le candidat PS. Nous avons bien travaillé et je pense maîtriser les rouages d’une mairie. Depuis mon poste, j’ai eu l’occasion de toucher un peu à tout. Et puis il y a des moments comme ça dans la vie où il faut y aller quoi ! »

Un nouveau chef place Jules Joffrin

Éric Lejoindre ne cache pas son enthousiasme. Car il revient de loin. Au départ, la tête de liste socialiste dans le 18e n’était pas pour lui : il n’était pas le premier choix d’Anne Hidalgo, candidate à la mairie de Paris, qui avait désigné Myriam El Khomri pour remplacer Daniel Vaillant. El Khomri, étoile montante de la gauche parisienne, élue du 18e et adjointe à la sécurité du maire de Paris, Bertrand Delanoë, était aussi la candidate naturelle pour de nombreux militants socialistes locaux.

C’était sans compter Daniel Vaillant, maire sortant qui aurait bien rempilé pour un nouveau mandat. « Je me voyais faire trois ans, raconte-t-il aujourd’hui, avant de passer la main en douceur. » Rien à faire, les socialistes voulaient sans tarder un nouveau chef place Jules Joffrin. Moyennant quoi, au terme d’une sorte de psychodrame politique local, ils sacrifiaient Myriam El Khomri au profit de la volonté du maire : si ce n’est moi, ce sera mon premier adjoint. La candidature d’Éric Lejoindre sera entérinée le 10 octobre 2013 par les militants PS du 18e.

Une passion pour les mangas

Éric Lejoindre est né le 17 mai 1980, à Provins, en Seine-et-Marne. « Un an pile après l’investiture par le PS de François Mitterrand à l’élection présidentielle de mai 1981 », souligne le jeune homme. Lequel y voit sans doute un heureux présage. La famille Lejoindre vit à Paris. Le père est banquier. Au gré d’une mutation, il embarque sa femme et ses trois enfants au Japon. Tokyo. Le petit Éric a trois ans. La famille restera cinq ans au pays du soleil levant. Plus tard, dans le cadre d’un échange universitaire, il séjournera une année supplémentaire au Japon.

JPEG - 59.1 ko
« J’ai ma propre légitimité, explique Éric Lejoindre. Je ne me sens ni écrasé, ni sous tutelle. Si je suis élu maire, c’est parce que les habitants du 18e l’auront voulu. »

Là-bas, il noue une véritable passion pour les mangas, dont il devient un lecteur assidu. « Le manga est un média complet, explique Eric Lejoindre. En France, nous pratiquons la bande dessinée comme un média de loisir. Au Japon, le manga c’est comme la télé. Cette discipline s’intéresse à tous les sujets d’actualité. » « Malheureusement, poursuit-il, ces ouvrages sont conçus à l’image de longues séries qu’il faut suivre. Je n’ai plus assez de temps pour m’y intéresser. » Eric Lejoindre parle « suffisamment japonais pour se balader seul au Japon. »

« Jospin, c’est un peu mon idole »

La famille Lejoindre n’est pas versée dans la politique. Le jeune Éric commence à s’y intéresser quand il a quinze ans, en 1995. Cette année-là, Jacques Chirac est élu Président de la République. Il l’emporte au deuxième tour face au socialiste Lionel Jospin. « Jospin, c’est un peu mon idole, dit le candidat. J’aime son côté rationnel en politique. » L’adolescent ne vote pas encore. Il lui faudra attendre l’élection présidentielle de 2002. Et « le choc », Jospin devancé au premier tout par le Front National représenté par Jean-Marie Le Pen : « Il fallait agir, je suis entré au parti socialiste. »

C’est dans le 18e arrondissement de Paris que se noue le destin politique d’Éric Lejoindre. « Le hasard des rencontres, tout simplement, sourit le jeune homme. Je militais déjà chez les Jeunes socialistes. J’étais à Sciences Pô, à la recherche d’un stage. J’ai postulé auprès de plusieurs parlementaires socialistes. Daniel Vaillant, député de la 19e circonscription, m’a recruté. Il venait de quitter le ministère de l’Intérieur. J’ai commencé à travailler avec lui et j’ai adhéré au PS, section Chapelle Goutte d’Or. » Lejoindre deviendra secrétaire de cette section en 2005. Il en a démissionné fin 2013 pour se consacrer à sa campagne électorale.

Lors des élections municipales de 2008, Éric Lejoindre figure en troisième position sur la liste conduite par Daniel Vaillant, dont il est le directeur de campagne. Le maire du 18e lui propose alors le poste de 1er adjoint. « Je n’ai pas hésité, j’ai accepté immédiatement », se souvient Lejoindre. Pourquoi lui ? « Il était déjà très bon, affirme Daniel Vaillant. Il comprend vite, possède un véritable sens politique et c’est un garçon fidèle. »

Un arrondissement en première ligne

Voilà donc l’à peine trentenaire plongé dans le grand bain municipal. Pas n’importe où. Mais dans un arrondissement en première ligne quand il s’agit de faire ou défaire les carrières socialistes. Lionel Jospin y fut député. Le maire de Paris, Bertrand Delanoë, y est élu jusqu’au 30 mars 2014. Le 18e compte aussi quelques figures politiques parisiennes : Ian Brossat, patron du parti communiste dans la capitale ; Sylvain Garel, celui d’Europe Ecologie Les Verts ; Pierre-Yves Bournazel, chef de l’UMP, au cv déjà long comme le bras et considéré comme le principal adversaire de Lejoindre.

Un Lejoindre qui apparaît sage et propre sur lui lors des conseils d’arrondissement. Costume et cravate sombres de rigueur, assis à la droite de Daniel Vaillant, il ne participe pas aux joutes oratoires. En charge des sports et, surtout, du budget, « la gestion locale », comme il dit, l’adjoint fait œuvre de pédagogie quand il explique ses dossiers. Ça ne rigole pas. D’où, peut-être cette sensation d’avoir parfois à faire à un personnage effacé. « Lorsque l’on s’occupe du budget, on passe plus de temps dans un bureau que dans la rue », objecte le candidat.

« Il n’y a pas d’héritage en politique »

Si déficit d’image il y a, Éric Lejoindre s’emploie à le combler au quotidien : depuis plusieurs semaines, il va au contact des habitants. Il explique le programme du PS : «  Vivre bien dans le 18e. » « Nous allons continuer à transformer l’arrondissement, souligne-t-il. Améliorer l’accès au logement, la mixité sociale à l’école, la tranquillité de l’espace public, le civisme, les transports en commun, le tramway en particulier. »

Éric Lejoindre se dévoile doucement à ses concitoyens. Lesquels, parfois, n’en démordent pas et s’interrogent : Daniel Vaillant, en troisième position sur sa liste, le laissera-t-il travailler ? Va-t-il se débarrasser de son ombre tutélaire ? Le possible successeur s’agace : « Je ne vis pas dans l’ombre de Daniel Vaillant ! Nous avons noué une relation de confiance. Mais j’ai ma propre légitimité, je ne me sens ni écrasé, ni sous tutelle. Si je suis élu maire, c’est parce que les habitants du 18e l’auront voulu. Il n’y a pas d’héritage en politique. Il n’y a que le choix des électeurs. »

Article initialement publié en janvier 2014 et mis à jour le 31 mars 2014.

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:

3 commentaires
  • Municipales 2014, le baptême électoral d’Éric Lejoindre 14 janvier 2014 16:59, par Lesly Hamilton

    ...Avanti !, Go on man" !, nous sommes auprès de toi !
    De nous réjouir de tenir bon dans notre cher XVIIIe et de partager ensemble aujourd’hui les dragées de ton baptême dans l’union de nos espoirs .
    Lesly

    Répondre

  • Portrait d’Eric Lejoindre, nouveau maire du 18e 1er avril 2014 20:41, par habitant_chapelle

    Et bien faut-il espérer qu’il s’intéresse toujours à son ancien quartier, car quand on voit que l’esplanade Pajol a été taggé (en orange fluo du meilleur gout) aujourd’hui, on peut se demander tout tourne encore rond par ici ...

    Répondre

  • Portrait d’Eric Lejoindre, nouveau maire du 18e 4 septembre 2014 20:18, par Jeanne

    Bonsoir Monsieur le Maire,

    Je me présente, mais bien sûr avec un pseudo "Jeanne", je vie dans le 18e depuis 1976.
    Je viens de lire votre parcourt et celui-ci m’a l’air positif, j’ai également pris connaissance de l’OMS 18e arrdt, saison sportive 2014/2015, tout cela est positif mais il y a un GRAND BEMOLE, la propreté de notre 18e, c’est de plus en plus sale, je n’ai jamais vue mon quartier aussi sale, cela sens très mauvais, lorsque je rentre chez moi après être sortie dans mon quartier j’ai l’impression de sentir mauvais, c’est une HORREUR, pleins de détritus sur les trottoirs, urines d’hommes, crottes de chiens, bouteilles, meubles, tas de linges, le 18e est coupé en deux, moi je suis entre les 2 arrondissements, je suis entre Barbès et Montmartre, j’habite rue de Clignancourt qui était jusqu’à présent protégé, mais cela devient, hélas, comme le reste de l’arrondissement, malgré l’hôtel de Police qui est dans ma rue.
    S’il vous plait, Monsieur le Maire, je vous demande de faire le nécessaire pour que mon quartier redevienne comme il était en 1976, j’ai vraiment envie de quitter ce quartier, je ne supporte plus cette crasse, ces odeurs insupportables d’urine etc ...
    Merci de faire le nécessaire.

    Très cordialement,

    Jeanne

    Répondre


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes