vendredi 22 septembre 2017| 24 riverains
 

Le 18e au cœur, la liste dissidente de Roxane Decorte

Roxane Decorte et Mohamed Ghanem, lequel figure en deuxième position sur la liste électorale que lance l’élue du 18e, Le 18e au cœur.

Ejectée de la liste UMP pour les élections municipales 2014 dans le 18e arrondissement de Paris, Roxane Decorte riposte : elle lance sa propre liste, Le 18e au cœur, persuadée que son ancrage local peut lui permettre d’inquiéter le candidat PS. Reportage lors de sa galette des rois, organisée samedi 1er février.

« Je suis atypique en politique, je ne corresponds pas au moule, on a voulu me tuer ! » Roxane Decorte est remontée. Le bar le Grillotin, rue de la Chapelle, dans le 18e arrondissement de Paris, est comble ce samedi après-midi. C’est ici que la conseillère d’arrondissement a décidé de lancer sa campagne pour les élections municipales, après avoir été évincée de la liste de Pierre-Yves Bournazel, puis exclue de l’UMP le 15 janvier.

Deux jours plus tôt, Mohamed Ghanem avait accepté de figurer en deuxième position sur sa liste Le 18e au cœur. « Je n’y serais pas allé si Mohamed n’était pas mon numéro 2, affirme Roxane Decorte. Je voulais qu’il y ait au moins un autre conseiller d’arrondissement sur la liste. » Avec la complicité de ce professeur en cardiologie et celle de Stéphane Genestier, en qui elle a trouvé un directeur de campagne, elle se sent armée pour déclarer sa candidature. Ce qu’elle a fait sur le champ.

Horreur des parachutages

« On a organisé l’événement en 48 heures, raconte Mohamed Ghanem. Le temps presse. » Car pour briguer la mairie de l’arrondissement, il faut réunir 45 personnes sur une liste, à déposer avant le 6 mars 2014. Pas d’inquiétude toutefois : « On les aura facilement les 45 », estime Mohamed Ghanem, qui a refusé de figurer sur la liste de Pierre-Yves Bournazel. « Quand j’ai appris de source sûre qu’il y avait des parachutages sur sa liste, c’était clair que je n’y prendrai pas part, assure-t-il. Je serai derrière Roxane par fidélité. »

Les parachutages, Roxane Decorte en a horreur, elle qui se présente comme « 100% 18e ». Elle est née dans le 18e arrondissement, y a grandi, et habite aujourd’hui rue des Roses. Or sa place de numéro 2 sur la liste UMP, elle l’a perdue à la faveur de la MoDem Fadila Mehal, pressentie pour briguer la mairie du 13e arrondissement. Et en numéro 4, Pierre-Yves Bournazel présente Elisabeth Boyer, jusqu’alors élue dans le Val d’Oise. « Le minimum, tance Roxane Decorte, c’est d’habiter l’endroit où l’on se présente. »

Un job à l’Hôtel de Ville

Devant ses soutiens et autres curieux, attablés autour de bouteilles de soda en attendant la galette, Roxane Decorte raconte minutieusement son éviction. « Il était prévu depuis juillet que je sois sur numéro 2 sur la liste de Pierre-Yves Bournazel, qui était mon numéro 2 en 2008. Le 21 décembre, François Fillon m’appelle pour me confirmer que je serais bien sur la liste. Le 1er janvier, je reçois un appel de NKM à 16h52. Elle me dit : "Bonjour Roxane, j’ai un problème avec ma tête de liste dans le 13e, Jean-Louis Borloo n’en veut pas. Mais ne t ‘inquiète pas, je te propose un job à l’hôtel de ville." »

JPEG - 95 ko
Mohamed Ghanem coupe la galette des rois offerte par Roxane Decorte aux militants et riverains de son quartier, samedi 1er février 2014.

Une offre immédiatement déclinée, qui lui laisse un goût amer : « Peut-être qu’en politique, les promesses n’engagent que ceux qui les reçoivent. » Elle se pose en victime d’un « mercato électoral » et « d’arrangements entre amis politiques ». « J’ai eu beaucoup de pressions, comme il le font partout, affirme-t-elle même. Aucun coup ne m’est épargné. Je ne pensais pas qu’on pouvait mener une campagne aussi ordurière. »

Pas assez de vice ?

Elle fait ici référence à sa condamnation en décembre 2011 pour avoir détourné 30 000 euros des caisses d’Ara 18, une association d’aide au maintien à domicile des personnes âgées du 18e arrondissement, dont elle était présidente à titre bénévole. Un grand malentendu selon elle : « Je ne suis pas inéligible. Je n’ai pas détourné 1 euro d’une personne âgée. On raconte n’importe quoi. Le travail était effectué mais il manquait la délibération du conseil d’administration. »

Pendant son discours, une militante lance à Roxane Decorte : « Tu n’as pas assez de vice ! » Réponse quelques minutes plus tard : « La gentille Roxane, je crois qu’on en a fait une guerrière. » Soucieuse de rassurer ses troupes, elle s’est affichée confiante : « Je suis convaincue que face à Éric Lejoindre (le candidat PS, NDLR), on a une vraie chance. Il est jeune, 34 ans, c’est un apparatchik de parti, un technocrate. Vaillant, on aime ou on n’aime pas mais il avait un vrai ancrage local. »

la campagne sera rude

Pourtant, elle est apostrophée par une dame à la fin de son exposé : « Mais vous représentez quoi à la fin ? La gauche, la droite, le centre ? On y comprend rien. » La réponse de la candidate ne la satisfait pas : « Il y a deux listes, donc on n’aura pas la mairie. Les électeurs en ont marre de vous voir vous chipoter pour des trucs comme ça. » Si la perturbatrice a été légèrement conspuée, une partie des gens présents n’en pensent pas tellement moins. « Je suis contre les dissidences », dit l’un, « je ne sais pas encore pour qui je vais voter », dit l’autre.

La campagne sera donc rude pour Roxane Decorte, qui devra convaincre les sympathisants de la droite et du centre de voter contre Pierre-Yves Bournazel, qui a derrière lui la machine UMP. En jouant la carte de l’ancrage local – « Notre parti, c’est le 18e arrondissement » - elle espère pourtant créer la surprise. « Jean-Christophe Fromentin a gagné Neuilly-sur-Seine sans l’appui d’aucun parti, argue-t-elle. Nous pouvons faire la même chose. »

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:

1 commentaire
  • Le 18e au cœur, la liste dissidente de Roxane Decorte 26 février 2014 17:47, par GRENET

    Dans un précédent message,j’ai fait un parallèle avec Clermont Fd et votre arrondissement, pour éviter toute ambiguité le candidat tête de liste Jean Pierre Brenas(UMP) sur Clermont Fd est le candidat légitime.Une excellente tête de liste bien choisie pour gagner ; mais les divisions à droite et les querelles d’égaux lui rendent la tâche compliquée alors qu’une large union et un concensus largement partagé auraient mis sans aucun doute fin à la main mise socialiste sur la ville depuis la libération. Pour Paris, comme pour Clermont Fd, J’incite les électeurs à réfléchir avant de voter et à choisir les femmes et les hommes de rassemblement pour lesquels être élu c’est avant tout servir et pas servir son ambition ! L’élu n’est rien que le représentant des autres ! faut il le rappeler.? LE CHANGEMENT CE N’EST PAS MAINTENANT MAIS LES 23 ET 30 MARS !! après il sera trop tard pour se réveiller !

    Répondre


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes