vendredi 15 décembre 2017| 26 riverains
 

Daniel Vaillant, dernier regard de maire sur les municipales

Daniel Vaillant, dans son bureau de la mairie du 18e, place Jules Joffrin.

Dans quelques heures, à l’issue du second tour des élections municipales, dimanche 30 mars 2014, Daniel Vaillant ne sera plus maire du 18e arrondissement de Paris. Il deviendra, peut-être, adjoint au maire. Et il restera un observateur avisé de la politique locale.

Il n’a pas changé ses habitudes. Vote au bureau de la rue Pierre Budin vers midi, puis tournée des 65 bureaux du 18e arrondissement de Paris. « Une question de respect, de reconnaissance, pour celles et ceux qui tiennent les bureaux de vote tout au long de la journée. Et puis, accessoirement, il n’est pas déplaisant de s’entendre dire "Ha Monsieur le maire, on est contents de vous voir. Nous sommes tristes que vous partiez." Dimanche j’y retourne ! Et puis surtout, voter c’est important. Ma voix, que je sois jeune, vieux, riche ou pauvre, elle pèse le même poids. »

Quelque soit le résultat du second tour des élections municipales, dimanche 30 mars 2014, Daniel Vaillant quittera son fauteuil de maire le 13 avril suivant, quand sera investi son successeur. « Mes amis m’ont laissé le temps de m’y préparer depuis l’automne dernier, ironise-t-il. Je me suis donc fait à l’idée que bientôt je ne serai plus maire. Et je crois le vivre plutôt bien. » Mais il ne s’éloignera pas de la place Jules Joffrin : troisième sur la liste de son premier adjoint Eric Lejoindre, il deviendra, sauf surprise, conseiller d’arrondissement et adjoint au maire. Et restera député de la 17e circonscription.

JPEG - 64.1 ko
Daniel Vaillant occupe le bureau de maire du 18e arrondissement depuis presque vingt ans.

Avant d’entrer en politique, Daniel Vailant arpentait le 18e arrondissement en culottes courtes : il n’avait pas dix ans quand sa famille s’installait, en juin 1958, dans le quartier. Il en connaît le moindre pavé et n’ignore rien de ses ressorts électoraux : de l’abstention au score d’Eric Lejoindre en passant par la bonne tenue des écologistes, il avait anticipé, dit-il, les principaux résultats du premier tour des élections municipales.

« Compte tenu du contexte, j’avais dit à Lejoindre, Delanoë, Jospin et même à Ayrault, que l’abstention serait plus forte qu’elle n’a jamais été aux municipales et que le 18e n’y échapperait pas, affirme le député-maire. Mais avec deux points de participation en moins qu’en 2008, nous limitons les dégâts. » La bonne tenue des écologistes ? Facile. Question de sensation : « Je sentais l’air du temps, explique Daniel Vaillant. J’observais les badauds s’arrêter devant les affiches d’Europe écologie les verts. J’ai donc annoncé à Pascal Julien qu’il passerait la barre des 12%. »

JPEG - 45.8 ko
« Je me suis fait à l’idée que bientôt je ne serai plus maire, dit Daniel Vaillant. Et je crois le vivre plutôt bien. »

Daniel Vaillant est satisfait du résultat d’Eric Lejoindre. Il se doutait bien qu’il n’égalerait pas le sien en 2008, où il avait frôlé l’élection dès le premier tour. « Près de 40%, je ne suis pas surpris. C’est un bon résultat. Moins de 35, c’était la déception. Au-dessus de 45, je n’y croyais pas. » Il estime que son premier adjoint s’est affirmé au fil de la campagne électorale. « Il faut bien comprendre qu’il ne s’attendait pas à devenir candidat à cette élection municipale, il ne le souhaitait pas, souligne Daniel Vaillant. Il souhaitait que je sois à nouveau tête de liste et que je lui passe le témoin dans deux ou trois ans. Mais il a mené une bonne campagne de rassemblement. »

Revoir les résultats complets du premier tour des municipales ici

Quant à Pierre-Yves Bournazel, sa liste pouvait difficilement faire moins bien qu’en 2008 (18,2%), estime le maire du 18e : « C’était la pire des situations pour la droite. Ses électeurs avaient un président nouvellement élu et tout aussi nouvellement rejeté. La gauche a bénéficié en 2008 d’une facilité, un peu comme la droite aujourd’hui. On ne peut pas attribuer à Roxane Decorte, alors candidate UMP la faiblesse de ce score. » Puisqu’on parle de la dissidente UMP dans le 18e, que pense Daniel Vaillant de son appel à voter pour la liste Lejoindre au second tour ? « Merci pour le geste, dit-il. Roxane Decorte était traditionnellement candidate contre moi, elle ne m’a jamais fait de cadeaux. Ses difficultés judiciaires ? Je ne sais pas. Le préfet a accepté sa liste. C’est qu’elle n’a, à ce stade, rien à se reprocher. »

JPEG - 56.2 ko
« Le prochain maire pourra emménager dans ce bureau sans y trouver des reliques de Vaillant », sourit l’intéressé.

À l’issue du scrutin, il sera temps de penser aux cartons et de libérer un fauteuil convoité par d’autres depuis des années. « Le prochain maire pourra emménager dans ce bureau sans y trouver des reliques de Vaillant, sourit l’intéressé. Je vais emporter des bricoles qui me sont personnelles, des photos par exemple. » Après une vingtaine d’années de service, aura-t-il droit à un bureau particulier dans la mairie ? « Déjà, il faut être élu, précise-t-il. Mais non, le troisième adjoint sur la liste n’a pas de droits particuliers. Et puis je ne veux pas d’un bureau sur la porte duquel il y aurait écrit "Ancien maire’’. À 64 ans et demi, je ne sucre pas les fraises. Tiens 64,5 ça ferait un bon score au second tour des municipales dimanche. »

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes