mardi 17 octobre 2017| 20 riverains
 

« Ni Dieu, ni maître, ni Etat » tagué sur le Sacré Cœur

Photo Twitter @pybournazel

La façade et le parvis du Sacré-Cœur ont été tagués à la bombe rouge d’inscriptions à connotations anarchistes, dans la nuit du mardi au mercredi 19 mars 2014. Rapidement effacées par la mairie de Paris, ces inscriptions ont fait réagir la classe politique.

La façade et le parvis du Sacré-Cœur, lieu éminemment touristique de la capitale, ont été tagués à la bombe rouge d’inscriptions à connotations anarchistes. Nettoyés ce matin sur demande expresse de la mairie, les tags sont cependant restés suffisamment longtemps pour que de nombreuses photos en circulent sur les réseaux sociaux.

On pouvait ainsi lire : « Ni Dieu, ni maître, ni Etat », « Feu aux chapelles », ou encore « À bas Dieu ». Ces inscriptions surviennent le jour exact de l’anniversaire de la Commune de Paris, période historique d’insurrection qui avait débuté le 18 mars 1871.

L’enquête de police, confiée au commissariat du 18e arrondissement, doit déterminer les revendications ainsi que les auteurs de ces dégradations.

En attendant, la classe politique est unanime sur le sujet. Le maire de Paris Bertrand Delanoë dit « condamner avec la plus grande fermeté ces inscriptions », et sur Twitter, l’événement a suscité des réactions en chaîne parmi les candidats aux municipales dans l’arrondissement.

Eric Lejoindre, prétendant PS au poste de maire du 18e, parle cet après-midi « d’actes inadmissibles » :

Tête de liste Europe Ecologie Les Verts, Pascal Julien dénonce des « actes idiots » :

Enfin, Pierre-Yves Bournazel, candidat UMP, demande lui aussi « la plus grande fermeté vis-à-vis des coupables » et condamne, dans un communiqué, « toute dégradation du patrimoine religieux ».

Le site Internet du journal Le Monde diffuse un reportage de l’AFPTV sur le sujet.

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:

2 commentaires

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes