mardi 25 avril 2017| 22 riverains
 

L'incendie d'un hôtel meublé rue Hermel fait quatre blessés légers

Un incendie s’est déclaré, jeudi 27 août 2009, en début d’après-midi, dans un hôtel meublé de la rue Hermel, dans le 18e arrondissement de Paris. Pas de blessés graves mais des habitants meurtris, qui dénoncent leurs mauvaises conditions de logement et, surtout, les prix prohibitifs des loyers pratiqués par le propriétaire de l’établissement.

JPEG - 53.4 ko
Les fumées de l’incendie ont plané sur le quartier de la mairie.
Photo : ©Caroline Langlois

Une colonne de fumée âcre et noire s’échappe d’une fenêtre située au deuxième étage d’un hôtel meublé, au 47 rue Hermel, dans le 18e arrondissement de Paris. Il est 13h30, jeudi 27 août 2009. Le quartier est rapidement bouclé par la police. Plusieurs véhicules incendie de la caserne de sapeurs pompiers Carpeaux sont en position. La grande échelle est déployée et le feu très vite maîtrisé. L’origine de l’incendie est encore inconnue. Plusieurs témoins évoquent une plaque chauffante mal éteinte ou la cuisson d’un repas laissé sans surveillance.

JPEG - 68.5 ko
Les sapeurs pompiers du 18e ont déployé d’importants moyens pour venir rapidement à bout du sinistre.

L’hôtel comporte une soixantaine de chambres. Il est occupé, en majorité, par des familles africaines. Aucun blessé sérieux n’est à déplorer. Seules quatre personnes sont légèrement incommodées par la fumée et prises en charge par les pompiers. Evacuées par les pompiers et rassemblées à une centaine de mètres de l’immeuble, femmes et enfants patientent et pestent contre leurs mauvaises conditions de logement, loués à des prix prohibitifs.

JPEG - 48.3 ko
Les pompiers ont fouillé l’hôtel meublé pour s’assurer que le feu n’avait pas fait de victime.

Cette mère de famille, employée dans une école du quartier, vit depuis plusieurs mois dans deux petites chambres (15 m2) et coin cuisine avec ses quatre enfants. Montant du loyer : 3000 euros ! Les services sociaux de la ville de Paris paient. Et le propriétaire, absent au moment de l’incendie, encaisse l’argent sans sourciller. « Heureusement, dit la dame, l’hôtel est à peu près bien tenu. » Ce n’est pourtant pas l’avis de la plupart des occupants : au-delà du coût des loyers, ils dénoncent les souris et les cafards, le manque de draps, les sirènes d’alarme qui se déclenchent de manière intempestive.

L’Art du Temps, le blog de Caroline Langlois, journaliste et photographe.

Sur la question des hôtels meublés dans le 18e, lire aussi sur le site : Des vieux migrants menacés d’expulsion de leur hôtel meublé

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes