mardi 28 mars 2017| 85 riverains
 

La piscine des Amiraux, chef d'œuvre Art Nouveau du 18e

La piscine des Amiraux, dans le 18e arrondissement de Paris, est une pièce maîtresse du patrimoine architectural parisien. Henri Sauvage, son architecte, vient également de donner son nom au parc situé dans la rue du même nom. Histoire.

C’est une des plus anciennes piscines de Paris qui se cache dans ce joli immeuble de la rue Hermann Lachapelle, dans le 18e arrondissement de Paris. Cette construction des années vingt est une des plus intéressantes et abouties de l’architecte rouennais Henry Sauvage (1873-1932). Poursuivant les réflexions sur l’hygiène de l’époque, concernant l’ensoleillement et l’aération des logements, Sauvage invente le système d’immeubles à gradins.

GIF - 43.2 ko
Les cabines aux étages dans un style qu’on appelle paquebot (la piscine dans une scène du "Fabuleux Destin d’Amélie Poulain").

Ce système permet à tous les logements d’avoir une terrasse et de la lumière naturelle. Le projet connaît six versions avant d’être réalisé. L’hostilité est due au fait que la construction en gradin diminue le nombre d’appartements pouvant être construit sur la parcelle. Autre nouveauté pour l‘époque, cette fois-ci au plan structurel : le bâtiment est construit avec une ossature de poteaux et de poutres en béton armé.

Ami d’Hector Guimard, Sauvage est un architecte avec un gout prononcé pour le décoratif (Art Nouveau) mais aussi pour les recherches fonctionnelles. Ses bâtiments jouent sur les deux tableaux. L’exemple de la rue des amiraux est flagrant. Pragmatisme et esthétique. Lumière et ombre. Tout peut cohabiter si fruit d’une conception intelligente.

PNG - 151 ko
Système d’immeubles à gradins pour lesquelles Sauvage dépose un brevet.

La piscine classée monument historique en 1991, comme la toiture et les façades de l’immeuble, est un vrai bijou. A la base Sauvage voulait construire un cinéma à la place, mais après de longues négociations avec la mairie il a décidé de faire un bassin. Au dessus de la piscine, deux étages de coursive s’ouvrent directement sur les cabines dans un style qu’on appelle paquebot. Cabines qui auraient d’ailleurs bien besoin de quelques réparations.

Conviviale par sa taille (33m x 10m) et joliment ornée avec des carreaux semblables à ceux du métro parisien, la piscine des Amiraux a cette patine, désormais rare dans la capitale, de quartier ancien. Une caractéristique qui a séduit le cinéaste Jean-Pierre Jeunet ayant réquisitionné les lieux pour le tournage d’une scène du "Fabuleux Destin d’Amélie Poulain". Glamour et charme sont donc au rendez-vous dans ce lieu du 18e. Pas besoin d’être un acteur pour participer au spectacle et faire quelques brasses.

Un jardin nommé Sauvage
Le jardin public situé 5 rue des Amiraux porte désormais le nom d’Henri Sauvage. Ainsi en a décidé le conseil d’arrondissement du 9 mai 2011. Situé face à la crèche des Amiraux et à quelques brasses de la piscine du même nom, cet espace, longtemps appelé le parc sans nom, apporte une touche de vert bienvenue dans un univers de grisaille et de béton propre à ce quartier longtemps laissé de côté.

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:

3 commentaires

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes