dimanche 28 mai 2017| 29 riverains
 

Vélo 18 répare et adapte les vieilles bécanes au bitume parisien

JPEG - 75.3 ko
Vélo 18 restaure et vend des cyles, notamment ceux des années 70 et 80.

Ouvert rue du Ruisseau, dans le 18e arrondissement de Paris, par deux copains du quartier, Vélo 18 répare et vend des bicyclettes d’occasion pour toute la famille. Portée par l’engouement des Parisiens pour le deux-roues, la boutique propose des modèles originaux, parfaitement restaurés et à des prix imbattables.

JPEG - 87.4 ko
ouverte en mars 2008, la petite boutique profite de l’engouement des Parisiens pour les deux-roues.

Les vélos, de toutes formes et aux couleurs multiples, sont alignés dans la petite boutique. Certains sont accrochés aux murs, comme on expose une toile de Maître. Celui-ci rappelle les glorieuses ascensions du Tour de France. Posée dans l’angle, la bicyclette noire juchée sur des pneus d’un blanc immaculé, évoque celle d’un curé de campagne. Vélo 18 n’est pourtant pas un musée. C’est un espace au décor original, consacré à la vente de cycles d’occasion, situé rue du Ruisseau, dans le 18e arrondissement de Paris. Deux copains du quartier, Eddy et Hugo, en sont à l’origine. « Les Parisiens n’ont pas besoin d’un VTT flambant neuf pour rouler dans la capitale, explique Eddy. Une bonne bicyclette d’occasion, retapée avec soin, fera largement l’affaire. »

JPEG - 70.1 ko
Passionné de la Petite reine, Hugo est l’un des deux créateurs de Vélo 18.

Agés de 26 ans, ces deux diplômés de grandes écoles de commerce occupent leurs loisirs à traquer la bécane au volant de leur camionnette. Dans toute la France et partout où l’engin se cache : brocantes, arrière-cours, dépôts-ventes, rien n’échappe à leur flair. Le vieux clou est ensuite totalement remis à neuf dans leur atelier de la rue Damrémont, non loin de la boutique. Puis, il est revendu, paré pour une nouvelle vie. « Nos modèles sont tous différents, nos clients ont donc le choix, souligne Hugo. Lequel, en quelques mots, dessine en creux le vélo idéal : « Bien pédaler en ville, c’est avoir le dos droit, dominer la route, et, surtout, éviter d’avoir la tête dans le guidon. »

JPEG - 65.5 ko
Loin des clichés cyclistes, la décoration de la boutique est originale et accueillante.

Vélo 18 profite de l’engouement parisien pour le deux-roues. « Nous en écoulons trois par jour depuis notre ouverture en mars 2008, calcule Eddy, sans compter les ventes réalisées sur les sites Internet communautaires, Ebay ou Graiglist. » Les Vélibs ont redonné aux citadins le goût du coup de pédale, mais n’ont finalement pas tué les affaires. « Au contraire, leurs utilisateurs réguliers finissent par craquer et achètent une bicyclette, » poursuit Eddy. Victime de son succès, l’engin constitue une cible de choix pour les voleurs. Les malheureux propriétaires rachètent alors un vélo d’occasion : « C’est le cas d’une bonne partie de notre clientèle, affirme Hugo. Nos prix, entre 50 et 150 euros selon le modèle, sont attractifs. Mais, attention ! Nos vélos eux aussi sont volés… »

JPEG - 90 ko
Les modèles proposés sont uniques et leurs prix imbattables : de 50 à 150 euros.

Les bicyclettes réparées par ces deux passionnés de la Petite reine possèdent le charme suranné des années 70 et 80. Certaines d’entre elles ont même conservé leurs fameuses sacoches accrochées au porte bagage. Aujourd’hui, la mode est au panier suspendu à l’avant. Vélo 18 sait aussi adapter ses produits. Mais quelle que soit la bicyclette, les créateurs de la boutique recommandent la prudence en toute occasion : « Paris adopte progressivement les deux-roues. Mais il faut toujours se méfier des bus, des taxis et autres automobilistes qui parfois méprisent nos idées écolos et jalousent notre indépendance énergétique. Nous, en plus, on ne paye pas d’essence ! »

Vélo 18 - 58 rue du Ruisseau, 75018 Paris.
Ouvert du mardi au vendredi, de 17h à 20h et le samedi de 12h à 20h.
Hugo : 06 03 89 61 21
Eddy : 06 13 13 42 27
velo18@free.fr

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:

6 commentaires
  • Enfin des gens qui disent la vérité : en ville, le vtt ne sert à rien. Un bon vélo, à la selle confortable, si possible une Brook en cuir, trois vitesses au moyeux, et un éclairage avec une dynamo, un porte-bagage à l’arrière et deux bonnes sacoches (le panier à l’avant peut déséquilibrer dans une ascension), suffit amplement. Autrefois, les ooursiers parisiens utilisaient des vélos super, à un pignon. On en trouve encore. Il serait bon que quelqu’un en reprenne la fabrication. Bien sûr, il y a dans Paris quelques côtes. Pas nécessaire d’être un champion de la montagne pour les gravir. Un petit plateau de 46 et couronne de 20 ou 22 à l’arrière suffisent amplement pour se hisser à leur sommet.

    Répondre

    • Et à Marseille tu mettrais quoi comme pignon ?

      Répondre

      • Je ne connais pas Marseille (J’y suis allé il y a 30 ans). Mais un 46 à l’avant et un 20/22 à l’arrière suffisent pour grimper tous les petits raidillons. Si on peut pas, on termine à pied en poussant son vélo. Il n’y a pas de déshonneur. Tout le monde ne peut pas être un crack comme moi de la Petite Reine (champion amateur sans dopage, du moins je le crois, j’ai jamais fait analyser ce que nous donnait notre soigneur, et puis je m’en fous). Et vice le vélo.

        Répondre

        • C’est une boutique sympa, avec des prix très compétitifs par rapport aux autres boutiques de Paris (j’ai comparé...), et les gérants sont serviables ; rien à redire.
          Vous pouvez acheter des vélos, mais aussi revendre les vieilles montures que vous n’avez jamais eu la motiv’ de remettre en état...

          Par contre, en tant que femme, je trouve que trois vitesses ce n’est pas du luxe : j’ai des cotes importantes sur mon trajet quotidien et le but c’est quand meme de faire son trajet sur son vélo plutot qu’à pied : ça va plus vite ! J’aime bien aussi avoir des vitesses plus grandes pour pouvoir mettre un coup de pédale sur le plat voire en descente sans tourner à vide. Pensez aussi qu’aux innombrables feux rouges, pouvoir démarrer sans se bousiller les genoux, c’est important. Je vous recommande donc d’etre attentifs à ce qu’il y ait une vitesse vraiment petite pour les cotes et démarrages. Le mieux c’est d’essayer !

          Répondre

  • La boutique est superbe , les vélos sont époustouflants. je suis satisfait de l’achat de mon vélo et je le recommande vivement !!!

    Répondre

  • Bonjour,
    Je viens de récupérer un vélo familial de marque l’Hirondelle j’aimerai pouvoir m’en servir et lui redonner une énième jeunesse. Pensez vous pouvoir me le réparer je sais que les pneus sont à changer et pour le reste ??? A bientôt
    Une jeune retraitée qui a envie de se remettre en forme

    Répondre


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes