dimanche 28 mai 2017| 26 riverains
 

La mairie dresse un bon bilan des doubles sens cyclables

Un double sens cyclable à l’angle des rues Championnet et du Poteau, dans le 18e arrondissement.

Pas d’accidents supplémentaires, une circulation qui semble apaisée dans les zones où la vitesse est limitée à 30 km/h : la mairie de Paris dresse un premier bilan positif de l’utilisation des doubles sens cyclables, mesure généralisée depuis 2010 dans la capitale. Trois quartiers sont concernés dans le 18e arrondissement.

« Les doubles sens cyclables ? Cela permet d’aller plus rapidement d’un point à un autre de l’arrondissement, explique Sylvie, utilisatrice régulière de Vélib’. Mais la voie réservée aux vélos est trop souvent occupée par des automobiles, ou des camionnettes. Cela oblige à redoubler de prudence.  »

Depuis 2010, près de 215 km de doubles sens cyclables ont été aménagés dans Paris, dans des zones où la vitesse est limitée à 30 km/h, précise la mairie de Paris dans un bilan publié mercredi 14 mars 2012. Trois quartiers sont pour l’instant concernés dans le 18e arrondissement : Poteau, Simplon et Cavalotti, derrière le cimetière Montmartre.

Vitesse réduite

Une enquête, réalisée par la Ville auprès de 569 cyclistes, révèle qu’aujourd’hui 94 % d’entre eux connaissent le dispositif. Ils l’utilisent à 85,5 % et 83 % en ont une opinion positive. « La mise en place des doubles sens cyclables n’a pas eu d’impact sur l’accidentologie, affirme la mairie, qui était attendue sur ce sujet. Le nombre d’accidents reste stable dans les zones 30, malgré l’augmentation significative du nombre de cyclistes. »

PDF - 1.6 Mo
Téléchargez le bilan des doubles sens cyclables à Paris.

Mieux, selon la mairie : dans certains cas, ce double sens réduit la vitesse moyenne des véhicules, « ce qui concourt à une meilleure sécurité de tous et un partage de l’espace public plus apaisé ». Ces résultats on été partagés avec la préfecture de police et le Certu (Centre d’études sur les réseaux, les transports et l’urbanisme) lors d’un comité de suivi le 8 mars 2012.

Partage de l’espace public

Annick Lepetit, adjointe au maire de Paris, chargée des déplacements, des transports et de l’espace public et député de la 3e circonscription, s’est réjouit « de la bonne appropriation de ces aménagements qui témoigne de l’évolution des pratiques de déplacement à Paris, en particulier l’essor du vélo, et d’un nouveau partage de l’espace public ».

Dans un communiqué, l’élue PS égratigne au passage le groupe UMPPA (majorité présidentielle) au conseil de Paris, dont nombre d’élus étaient opposés à ces aménagements : « Contrairement à leurs craintes, les doubles sens cyclables n’ont pas causé d’accidents. »

Lire aussi :
- Des sens interdits bientôt autorisés aux vélos dans le 18e
- Sylvain Garel : « Il faut généraliser les doubles sens cyclables »

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:

3 commentaires
  • La mairie dresse un bon bilan des doubles sens cyclables 16 mars 2012 11:28, par Anne-Marie

    « Contrairement à leurs craintes, les doubles sens cyclables n’ont pas causé d’accidents. » : pour l’instant ! car il n’y a pas beaucoup de cyclistes.

    En réalité, je suis moins enthousiaste que les initiateurs et défenseurs du contresens. Je regarde par habitude dans la direction d’où peuvent surgir voitures et motos. Souvent j’ai été surprise par l’arrivée d’un vélo à vive allure auquel je ne m’attendais pas, un handicap visuel limite mon champ visuel. Même des trentenaires non handicapés ont failli se faire renverser par des cyclistes.

    Pour les piétons, le changement constitue un réel danger lors de la traversée des rues.

    Répondre

  • La mairie dresse un bon bilan des doubles sens cyclables 17 mars 2012 22:56, par Pascal Rigaux

    La conclusion du bilan des DSC le dit :

    « Il convient toutefois, de rester vigilant sur le conflit piéton vélo, qui, s’il se traduit rarement par des accidents ou encore plus rarement par des accidents graves, peut constituer une source d’inconfort pour l’un comme pour l’autre. »

    Donc si l’on ne peut parler de « réel danger », c’est effectivement générateur de conflit supplémentaire. Mais c’est aussi un moyen de regagner de la place sur la route pour les vélos, et donc de limiter la circulation des vélos sur les trottoirs.

    Cyclistement.

    Répondre

  • Je ne suis pas d’accord avec le bilan fait par la Mairie. Peut-être n’y a t-il pas eu plus d’accidents pour l’instant mais c’est un danger supplémentaire pour traverser les rues et SURTOUT, notamment Rue Duhesme et Rue Versigny, ce sont les motos qui empruntent régulièrement ces contresens.

    Quant à la vitesse réduite à 30 km dans les zones concernées, elle n’est quasiment jamais respectée par les automobilistes.

    Répondre


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes