dimanche 23 avril 2017| 104 riverains
 

Autolib' démarre lundi 5 décembre 2011

Station Autolib’, rue du Poteau

Le service de voiture en libre-service Autolib’ est lancé lundi 5 décembre 2011, dans le 18e arrondissement de Paris et dans 45 communes avoisinantes d’île-de-France. 260 véhicules électriques sillonneront bientôt les rues de l’arrondissement, de Montmartre à Barbès.

Sur le même principe que les Vélib’, le service de voiture en libre-service Autolib’, lancé lundi 5 septembre 2011 dans la capitale et 45 commune avoisinantes d’Île-de-France, permettra de louer des voitures électriques 24h/24h baptisées « Bluecar ». Des voitures grises, comme son nom de l’indique pas, de 4 places et équipées d’une pile électrique Lithium-Métal-Polymère construite par l’industriel Bolloré, qui pilotera le projet.

La location se fera sur abonnement ou au coup-par-coup pour des déplacements courts et occasionnels. Le montant de l’utilisation du service varie de 10 € pour 24 heures à 144 € pour un abonnement d’un an (coût de la première demie-heure : 5 €). Plus d’informations sur les tarifs sur le site d’autolib.eu.

Le 18e arrondissement comptera au total une cinquantaine d’emplacements, dont une dizaine en sous-sol. Tous ne sont pas encore construits ; la montée en puissance du système s’étalera sur plusieurs mois et devrait atteindre un rythme de croisière d’ici 2013.

Cet été, le lancement du service avait provoqué une petite controverse dans l’arrondissement. Lors du conseil du 14 juin 2011, la droite locale, portée par la voix de Pierre-Yves Bournazel, déplorait « l’absence d’étude d’impact précise et sérieuse ». Sylvain Garrel, élu Vert du 18e, dénonçait, quant à lui, « le risque que les gens prennent plus souvent la voiture au détriment d’autres modes de transport (...) À l’autre bout de la prise électrique, il y a les centrales nucléaires ». De son côté, Ian Brossat, élu communiste, était plutôt optimiste : « Ce nouveau service constitue une amélioration de l’offre de transport pour les Parisiens et les Franciliens (...) et est générateur d’emplois ».

Autolib’ est donc à la fois une vitrine pour la batterie fabriquée par Bolloré et un pari pour la capitale. Tout comme l’étaient les Vélib’, à ceci près qu’il existait déjà des expérimentations dans plusieurs villes de France. Reste à voir si et comment les Parisiens vont s’approprier Autolib’.

Lire aussi :
Autolib’ : un dossier controversé dans le 18e
La rubrique Autolib’ sur Paris.fr
Le site d’Autolib’

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes