lundi 24 juillet 2017| 107 riverains
 

Six mois pour rouvrir le passage de la Sorcière au public

Une centaine de personnes a participé, vendredi 2 octobre 2009, au charivari organisé dans le 18e arrondissement de Paris par le Collectif des amis du passage de la Sorcière afin de protester contre la fermeture au public de cette voie utilisée par les Montmartrois. La manifestation a rassemblé riverains, partis de gauche, élus et copropriétaires du passage. Ces derniers ont six mois pour le rouvrir.

C’était un rassemblement bruyant, organisé devant les grilles closes du passage de la Sorcière, vendredi 2 octobre 2009 au soir. Riverains et usagers du passage réclament la réouverture de cette voie privée, qui relie la rue Lepic à l’avenue Junot, dans le 18e. Elle est fermée au public depuis le 22 juin 2009. Une décision prise par la quasi totalité des copropriétaires. La municipalité, détentrice de seulement 16% des parts, et donc minoritaire, s’y était opposée.

JPEG - 41.2 ko
Le rassemblement a été l’occasion pour les riverains, élus et propriétaires du passages de discuter de l’affaire.
© Stéphane Le Garrec

« C’est de la privatisation de l’espace public , » estime Thierry Temime, le meneur de la fronde. Il accuse l’Hôtel Particulier Montmartre, un hôtel de luxe situé dans le passage de la Sorcière, d’être l’instigateur de la fermeture de la voie, pour assurer la tranquillité de ses clients. Une opinion partagée par l’ensemble des membres du collectif, mais aussi par des membres du Parti de gauche, venus les appuyer. Une pétition a recueilli 3000 signatures d’opposants au projet de fermeture.

Pour Sylvain Garel, chef de file des Verts du 18e arrondissement, présent sur place pour apporter le soutien de son parti aux manifestants, « la mairie n’avait pas pris la mesure de la mobilisation. Mais la présence de plusieurs élus témoigne d’une prise de conscience de sa part ». En effet, les riverains en colère ont pu rencontrer l’ensemble des acteurs du dossier. Des élus de l’arrondissement d’une part, puisque Félix Beppo, adjoint au maire du 18e, chargé de l’Espace public et Christophe Caresche, député de la 18e circonscription, avaient eux aussi fait le déplacement. La copropriété d’autre part, par le biais d’un représentant du syndic et du propriétaire de l’Hôtel particulier Montmartre.

JPEG - 40.7 ko
L’entrée du passage de la Sorcière, côté rue Lepic.

Pendant près d’une heure et demie, les acteurs du dossier ont pu exposer leur point de vue, à travers des échanges parfois musclés. L’occasion pour tous de saisir l’ensemble des tenants de l’affaire. Au cœur du problème, le financement des travaux du passage, devenus indispensables. En effet, comme l’a rappelé Christophe Caresche, la préfecture de police de Paris avait fait parvenir aux propriétaires trois référés portant sur la sécurité du passage. Ils concernaient notamment la mise aux normes publiques de l’escalier. D’où la mise en garde du député à ses administrés : « J’ai vu les copropriétaires et je ne fais pas le procès d’intention que vous leur faites. »

Un investissement considérable pour le syndic de copropriété. Les discussions entre la Mairie du 18e et les copropriétaires portent donc sur le montant de la subvention accordée pour les travaux et la durée de la convention, elles-mêmes conditionnées par la réouverture du passage au public. A l’issue de deux réunions, la mairie a accepté de relever le niveau de la subvention de 100 000 à 250 000 euros. Une somme conséquente pour la municipalité. « De nombreuses associations pourraient mener à bien de nombreux projets avec autant d’argent, » a souligné Félix Beppo

JPEG - 41.5 ko
Lancée voilà plusieurs semaines, une pétition contre la fermeture du passage a recueilli 3000 signatures.
© Stéphane Le Garrec

Toutefois, la question de la tranquillité de l’ensemble des propriétaires, et pas seulement celle des résidents l’hôtel, n’est pas non plus tout à fait étrangère au blocage des négociations entreprises depuis juin 2009. Pour le représentant du syndic de copropriété, l’ouverture du passage au public génère de nombreuses nuisances. « Il faut aussi comprendre les habitants du passage sont constamment importunés la nuit par des passants bruyants. Il y a aussi des problèmes de drogue, des agressions. Et puis, tout le monde laisse traîner des tessons de bouteilles ! » a-t-il expliqué aux riverains, assez peu réceptifs à ce type d’arguments. « Pour les uns la sécurité, pour les autres le tout-venant », a crié l’un d’eux.

Finalement, le charivari, aux allures de réunion, s’est achevé sur un vote des riverains. Thierry Temime a en effet proposé de laisser à la Mairie et aux copropriétaires six mois pour trouver un terrain d’entente et rouvrir le passage au public. Mais il craint « que toute cette affaire traîne en longueur, au risque de lasser les opposants à la fermeture du passage de la Sorcière ».

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes