samedi 26 juillet 2014| 52 riverains
 

Les espaces verts en mal de gardiens

Le square de la Madonne. Photo © Émilie Wood EMI-CFD.

Certains habitants du 18e arrondissement de Paris ne se sentent pas en sécurité dans les jardins municipaux de leur quartier. Ils incriminent le nombre trop réduit d’agents de surveillance. Reportage.

« Là-bas, il y a du trafic de came, des groupes qui rapportent leurs cocottes-minutes et tout leur attirail, laissant des saletés derrière eux ». Marylou Zacharie, riveraine du quartier, désigne le petit espace vert qui fait face au square de la Madone, situé entre Marx Dormoy et la Porte de la Chapelle, quartier populaire du 18e arrondissement.

Incivilités, consommation de drogues et d’alcool, agressions et bagarres et seraient trop fréquentes. Les habitants imputent ces problèmes au manque de gardiens. La mairie de Paris gère la surveillance des espaces verts selon leur superficie. Un site de plus d’un hectare est considéré comme prioritaire. Au moins un gardien doit y être affecté en permanence. Les parcs plus petits, dits secondaires, font l’objet de rondes.

Un gardien pour trois squares

Dans un secteur comme celui du nord du 18e (dans les environs de la mairie et de la porte de Clignancourt), un gardien gère au moins trois squares. Les 34 squares de l’arrondissement comptent une cinquantaine d’AAS (agents d’accueil et de surveillance). Un gardien en congé ou en arrêt maladie et c’est toute l’équipe qui est déstabilisée, ce qui conduit parfois à la fermeture de certains parcs.

Le parc Léon Serpollet est un site prioritaire. Communément appelé le parc des Cloÿs (du nom de sa rue), il est situé à proximité de la mairie, quartier commerçant et animé. Marie-Pierre Dauloudet, une habituée de l’endroit, témoigne : « L’été dernier, un jeune à l’allure efféminée a failli être étranglé. Des bandes de jeunes dont certains ont à peine dix ans se battent souvent. Les gardiens le savent, mais ne bougent pas. »

Tissu associatif

À cela, Roger*, un agent, réplique : « Nous faisons de notre mieux pour que tout aille bien. Nous essayons d’intervenir quand il y a des problèmes. En été, lorsqu’il y a plus de mille personnes, comment voulez-vous qu’on ait l’œil partout ? » Pascal Julien, élu Vert, adjoint au maire du 18e, chargé des espaces verts et de l’environnement, reconnaît l’existence de problèmes dans certains parcs. Mais les solutions existent.

Le square Léon, au cœur de la Goutte d’Or, était réputé difficile. Mais grâce au tissu associatif et à la mobilisation des riverains, des animations quasi quotidiennes ont eu lieu tout l’été, lui donnant un nouveau visage. Pour Pascal Julien, « c’est la mise en place d’initiatives comme les jardins partagés qui permettent de résoudre les conflits, plutôt que d’ajouter des gardiens ».

Mauvaise humeur

La sécurité concerne aussi les agents. Une agression d’agent de la ville sur quatre concerne un gardien de jardin public. L’heure de fermeture des parcs est souvent un moment de tension. Les usagers rechignent à quitter les lieux et les agents doivent composer avec leur mauvaise humeur.

L’absence ponctuelle de gardiens dans les jardins ne dérange pourtant pas Marylou Zacharie. Cette riveraine reste optimiste. « Nous sommes dans un quartier de mixité sociale et je vois cela d’un bon œil, note-t-elle. On sait où l’on est ici. Donc, on sait à quoi s’attendre. Les SDF aussi ont le droit de se poser quelque part. »

*Le prénom a été modifié.

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:

2 commentaires
  • Les espaces verts en mal de gardiens 3 mai 2011 18:57, par miclucas

    Il en est de meme aux BUTTES CHAUMONT ou nombre d habitants du 19 eme et des riverains se plaignent des incivilites de tous genres , voire des agressions ...et ce n est pas un probleme de mixité sociale mais d EDUCATION et donc du respect des autres . miclucas

    Répondre

  • Les espaces verts en mal de gardiens 26 juin 2011 16:45, par Xavier

    les agressions de gardiens...

    Au square Boinod, les toilettes sont toujours déclarées "HORS SERVICE" quand c’est une "certaine" gardienne qui est de garde. La veille ou le lendemain, avec un autre gardien, tout va bien.

    Nous avons demandé à cette gardienne d’ouvrir les toilettes pour une petite fille de 6 ans qui avait une urgence. La gardienne s’est mise à hurler que l’on "l agressait et l insultait", ce qui n’était évedemment pas le cas.

    Nous avons demandé son nom. Elle nous a menacés de poursuites judiciaires et a dit qu’elle appelait immédiatement le responsable...Que nous n’avons jamais vu. Ceci nous laisse toutefois supposer qu’elle n’était pas responsable ? (et pourtant gardienne assermentée etc., selon le règlement affiché).

    Cela fait longtemps que nous remarquons un grand laisser-aller de la part de certains gardiens, qui ne font même plus acte de présence et profitent de leur "bunker" en bois, volets baissés, pour se planquer toute la journée.

    Quand nous voulons signaler des jeunes qui se balladent à mobylette entre les bambins, il faut vraiment insister lourdement pour obtenir que la gardienne daigne sortir de son refuge.

    Répondre


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Thèmes