lundi 25 septembre 2017| 17 riverains
 

Le Conseil de Paris ferme la porte au Bois Dormoy

L’entrée du Bois Dormoy, cité de la Chapelle.

Les jours semblent comptés au Bois Dormoy, dans le 18e arrondissement, après le rejet, au Conseil de Paris, d’un vœu porté par l’opposition municipale en faveur de l’espace vert. Mais une coalition hétéroclite (Verts, UMP, UDI-Modem, Front de gauche) alliée à l’association gestionnaire, n’a pas dit son dernier mot.

Le Bois Dormoy, jardin partagé de 1600m², situé dans le 18e arrondissement de Paris, devrait disparaître. Le conseil de Paris a voté, mardi 26 mai 2015, contre le vœu numéro 24, présenté par Pierre Liscia, élu du 18e, au nom des groupes UMP et UDI-Modem. Le texte demandait au maire du 18e, Eric Lejoindre, « le report des travaux d’aménagement sur le site du 2 bis, cité de la chapelle, dit « Bois Dormoy », jusqu’à la fin de la procédure de révision du plan local d’urbanisme, ainsi que le lancement d’une concertation publique sur l’avenir du Bois Dormoy ».

Résultat sans appel : 39 voix pour et 50 contre. Les Verts et le Front de gauche ont voté pour. Le PS et le PCF ont voté contre. Pas de sursis pour l’espace vert de la cité de la Chapelle. Les travaux peuvent commencer. « Le 18e manque cruellement d’espace vert, nous sommes très déçus », confie Thomas Augais, président de l’Association Bois Dormoy. Créée en 2007, l’association se consacre à l’entretien et à l’animation du Bois Dormoy. « Même si le voeu n’est pas passé, les débats ont montré que nous bénéficions d’un large soutien, à droite comme à gauche. »

JPEG - 134.1 ko
En 2006, c’était une friche, aujourd’hui, la végétation du Bois Dormoy est florissante.

C’est un dossier complexe et délicat. Le Bois Dormoy est devenu un champ de bataille politique depuis l’acquisition, en 2006, par la mairie du 18e, du terrain sur lequel il s’est développé. À l’époque, l’objectif est de construire un EHPAD (Etablissement d’hébergement pour les personnes âgées dépendantes) pour personnes en situations de handicap ou atteintes de la maladie d’Alzheimer, et une crèche de trente berceaux. Un projet « absolument nécessaire », a rappelé la majorité PS-PCF au conseil de Paris. « C’est maintenant que les personnes âgées et les enfants ont besoin de ces équipements », a insisté Eric Lejoindre, maire du 18e.

Champ de bataille politique

Les groupes UMP, UDI-Modem et les Verts ne l’endentent pas de cette oreille. Le Bois Dormoy est « un lieu unique à Paris, qu’il sera impossible de recréer ailleurs », estime Galla Bridier, conseillère écologiste de Paris et élue du 18e. Selon elle, le Plan local d’urbanisme de 2006, qui encadre le projet EHPAD, n’est pas figé. « La modification prochaine du PLU est une opportunité indéniable pour changer la destination de cette parcelle et pérenniser ainsi ce bois » , explique-t-elle, dans un communiqué. Et sa collègue Anne Souryris, coprésidente du Groupe écologiste Paris (Gep), d’enchérir : « Nous devons oser revenir sur des projets engagés lorsque manifestement ils ne répondent pas à l’intérêt général. »

JPEG - 97.5 ko
L’association Bois Dormoy permet aux riverains d’investir l’espace vert tous les week-end.

Les écologistes admettent la nécessité de construire des structures d’accueil. Mais ils refusent de sacrifier le Bois Dormoy. Ils cherchent des solutions alternatives. « Paris a besoin d’équipements publics, mais il est possible de créer une crèche et un établissement pour personnes âgées ailleurs dans l’arrondissement. Plusieurs lieux dans la rue Philippe de Girard seraient tout à fait adéquats », indique David Belliard, coprésident du GEP. Thomas Augais, pense, pour sa part, au 41, rue Max Dormoy, « où il semble que la construction d’un EHPAD est envisageable. »

Eric Lejoindre inflexible

Mais Eric Lejoindre demeure inflexible : « Lors de conseils d’arrondissement du 18e, nous avons voté à plusieurs reprises et à l’unanimité en faveur de ce projet. En outre, si nous faisons machine arrière, nous risquons des dommages et intérêts et un recours contentieux. » Si, pour le PS, l’état du terrain a changé depuis 2006 en raison de l’entretien effectué par l’association Bois Dormoy (« lors de l’achat, c’était une friche »), l’inventaire de biodiversité réalisé en 2013, « ne recense aucune espèce remarquable. »

JPEG - 96.6 ko
Les amoureux du Bois Dormoy veulent poursuivre le combat pour sauver leur espace vert.

Pour les élus UMP et UDI-Modem, c’est un scandale. « Le souhait de la maire de Paris, Anne Hidalgo, de végétaliser la capitale est incohérent avec la décision de détruire un espace vert déjà présent », dénoncent les défenseurs du voeu. Et Pierre-Yves Bournazel, élu UMP du 18e et conseiller de Paris de préciser : « Au total, depuis 2011, nous avons déposé quatre vœux en conseil d’arrondissement et au conseil de Paris pour sauver le Bois Dormoy. » Sur Twitter, ça chauffe. Pierre Liscia, élu UMP du 18e, s’énerve : « Le PS entérine la destruction du Bois Dormoy. Leurs envolées sur la biodiversité ne sont finalement que des postures… » Pour Douchka Markovic, d’Europe écologie les Verts, « le PS détruit la biodiversité déjà si absente. »

Hastag #tristesse #colère

Pour les soutiens politiques du Bois Dormoy, le combat continue. À coup de hastag #tristesse #colère ou #antinature, #antidiversité à l’égard du PS-PCF, ils mobilisent les réseaux sociaux. De son côté, l’Association Bois Dormoy est prête à se mobiliser. Dans un communiqué publié mercredi 27 mai 2015, elle affirme vouloir « s’organiser pour accueillir les grues » et promet un « troisième round [...] musclé ! ». « Rien n’est vraiment décidé, relativise Thomas Augais, mais nous allons essayer de bloquer les travaux. » Une action judiciaire est en cours pour annuler le permis de construire. Ce qui n’empêchera pas les travaux de commencer si la mairie le décide.

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:

7 commentaires
  • Le conseil de Paris ferme la porte au Bois Dormoy 1er juin 2015 10:16, par Philippe Férin

    Au tout début, ce n’était pas qu’une friche, c’était une décharge avec des seringues, des pipes à crack, des capotes usagées. Des voisins ou des passants balançaient des bouteilles et des déchets par dessus la palissades. Le tout était recouvert de broussailles impénétrables où se faufilaient les rats.

    Nous en avons fait un coin de Paradis.

    Bien sûr, il faut s’occuper des enfants et des personnes âgées. Nous l’avons fait en ouvrant le Bois à des écoles et associations de Chibanis du quartier. Quel meilleur moyen de partager, de se rencontrer et de se connaître que de jardiner ou flâner dans le Bois ?

    Nos "chers" élus ne sont pas des poètes, ni très clairvoyants. Ils sont encore dans les vieux stéréotypes des siècles derniers et de la "croissance" alors qu’à Paris on étouffe (merci encore à (Ségoléne Royale).

    A quoi ça sert de construire des établissements de soins alors que de l’autre coté on nous fait vivre métro, boulot, dodo dans la pollution des bagnoles au milieu d’immeubles tristes et moches en béton, avec la menace du chômage et le blabla monotone de Tf1 ou Bfm. Combien de décès à cause du diesel en Ile de France (Dites moi Ségolène ?...)

    Nous voulons la qualité, la qualité de la vie, pas la quantité. A quoi ça sert de vivre plus longtemps dans un monde gris,et impersonnel. Nous voulons des élus de qualités qui ont du gout et non des gens fades qui nous promettent le "changement c’est maintenant" le cul bien collé au fond de leur fauteuil.

    La question est pourtant d’avenir. Plus de la moitié de la population mondiale vit et encore plus de monde vivront dans les villes du futur. Les questions de la végétalisation, du cadre de vie, de l’environnement deviennent de plus en plus essentielles. Ne les laissons pas seulement dans les mains des urbanistes (de salon), des bétonneurs et de leurs "serviteurs".

    Partons d’expériences des citoyens, celle du Bois Dormoy dure depuis plus de huit ans. Nous pourrions , par exemple développer le compostage de quartier en collectant les déchets végétaux des habitants, des restaurants, des établissements de soins ou collectifs du quartier.En plus, nous pourrions créer des emplois à partir et autour de ces collectes.

    Le changement maintenant... c’est tout de suite !

    Répondre

  • Le Conseil de Paris ferme la porte au Bois Dormoy 1er juin 2015 18:36, par michelb

    Cher utopiste,

    Les jardins rapportent moins que le bétonnage, et la verdure n’est là que pour amuser ceux qui n’achètent pas de feutres verts. C’est aussi simple que cela mais très importants pour les élus, à quelqu’appareil qu’ils se rattachent, d’ailleurs.

    Et comme la majorité des habitants ont, hélas, d’importants soucis directement personnels à régler au jour le jour, ils n’ont pas idée de se mobiliser pour ces problèmes plus éloignés que sont leur santé et la meilleure qualité de vie.

    Continuons à nous battre contre les imposteurs !

    michelb

    Répondre

  • Le Conseil de Paris ferme la porte au Bois Dormoy 3 juin 2015 16:19, par lucide

    et alors ?

    le bois dormoy est un petit enclos ou seul quelques bobos ont le loisir de profiter de l endroit pour boire l’apero le soir ..
    Ils ont servis la gentrification du quartier comme les autres projets "eco-citoyens" lancés dans tout le secteur.
    La gentrification est presque achevée qu’elle est l utilité de cet endroit ?

    aucune mixité ni sociale ni ethnique...ca ne va rien changer a part pour 3 bobos leurs enfants et leurs chats.

    Répondre

  • Le Conseil de Paris ferme la porte au Bois Dormoy 5 juin 2015 16:10, par CRICRI

    Moi aussi , je souhaiterais conserver ce terrain oasis de verdure certes MAIS PAS DE CALME, avec d’autres critères de fonctionnement et de respect envers les riverains auxquels des non riverains font subir des nuisances sonores sans tenir compte de leur demande de calme.

    Ce terrain n’a ni le statut de square ni celui de terrain public. Il est loin de sa fonction première de jardin partagé ce qui était super.
    Il est devenu une cour de récré dès que l’école ferme ses portes chaque soir, les mercredi après midi, les week-end et sous tout autre prétexte. Il sert de jardin pour adultes le week-end, ainsi pas à se déplacer à la campagne et sortir les enfants.
    Terrain privé où fêtes et concerts sont organisés sans souci pour les riverains dès l’arrivée des beaux jours. Impossible de vivre au calme et d’avoir ses fenêtres ouvertes.

    J’ai quitté l’association dont j’ai fait partie au tout début, en qualité de riveraine mais trop c’est trop.
    Le mécontentement monte chez les riverains que l’on refuse d’écouter alors beaucoup maintenant en arrivent à souhaiter la construction qui mettrait fin à ces abus et cette situation..

    On parque des gosses sans surveillance, gosses qui hurlent parfois de 10h à 21h30 durant les derniers congés scolaires !

    autre nuisance :
    Les branches des arbres cognent sur nos façades et dans nos fenêtres, arbres à moins à 2 mètres des murs de séparation de propriétés voisines, comme l’indique la loi qui n’est pas respectée malgré des courriers auprès des responsables des espaces verts. Certaines racines sont même imbriquées dans nos murs... qu’elles dégradent.

    DANGER
    Une porte d’accès qui ouvre dans le mauvais sens. AUCUNE ISSUE DE SECOURS EN CAS DE PROBLEME D’EVACUATION D’URGENCE. IL EST TROP TARD QUAND L’ACCIDENT A EU LIEU.

    Répondre

  • Le Conseil de Paris ferme la porte au Bois Dormoy 8 juin 2015 10:39, par CRICRI

    coin de paradis, plutôt enfer pour les riverains.
    Coin réservé à quelques-uns sans mixité sociale, d’ailleurs certaines associations n’y viennent plus. Terrain poubelle.

    Répondre

  • Le Conseil de Paris ferme la porte au Bois Dormoy 23 avril 2016 15:16, par FARO

    Non seulement certains de ces message sont malveillants, mais surtout ils sont faux.
    Il ny a qu’à voir le blog du Bois Dormoy, pour voir la dimension de lient social que crée le bois : http://boisdormoy.blogspot.fr/?view...
    Le bois est parfaitement propre, bien plus que les rues avoisinantes.
    C’est un vrai trésor pour les habitants du quartier, n’en déplaise aux grincheux qui ne sont pas représentatifs.

    Répondre

  • Le Conseil de Paris ferme la porte au Bois Dormoy 14 mai 2016 09:28, par http://besthairstyle.org/

    voila une cause qui vaut la peine

    Répondre


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes