vendredi 18 août 2017| 32 riverains
 

La guerre aux dépôts sauvages d'encombrants est déclarée

Photo © Vivian Daval.

Pour lutter contre le dépôt sauvage d’encombrants sur les trottoirs du 18e arrondissement de Paris, la mairie met en place un dispositif spécifique qui s’appuie sur la vigilance des conseils de quartier. Objectif : en finir avec une pollution dont se plaignent régulièrement les riverains. Attention, les amendes vont tomber !

Meubles, électro-ménager, matelas hors d’âge et télés éventrées sur le trottoir : la guerre est déclarée ! Malgré un service gratuit d’enlèvement (le 3975 ou dechets.paris.fr), un dépôt d’encombrants sur deux, dans le 18e arrondissement, n’est pas signalé aux services de propreté de la Ville de Paris et donc passible d’une amende. Le 18e met donc en place un dispositif complémentaire et ciblé : la lutte contre le dépôt sauvage d’encombrants.

« Ce dispositif se veut préventif et répressif, explique la mairie. Il s’appuiera sur les commissions propreté des conseils de quartier, un relais privilégié de signalement des incivilités. » En fonction des signalements de ces commissions, mais aussi des courriers des habitants, Félix Beppo, adjoint au maire chargé de l’espace public et de sa propreté, déterminera avec les services de l’arrondissement concernés, les secteurs géographiques problématiques.

Mais ce n’est pas tout. Une action ciblée d’affichage dans les halls d’immeubles, ajoutée à des envois de courriers électroniques, sera effectuée, « afin de permettre une prise de conscience de la part de chaque habitant quant aux conséquences de ces actes sur l’environnement. » Parallèlement, des actions de verbalisation seront menées, dans le cadre de la campagne de sensibilisation Paris met les pollueurs à l’amende, lancée le 21 septembre 2011.

À noter :
- Le 18e arrondissement compte deux déchetteries où il est possible, voire recommandé, d’y déposer ses encombrants : voir le site Internet ici.
- Tout contrevenant est passible d’une amende de 35 euros (article R 632-1 du code pénal-, et si l’infraction est commise au moyen d’un véhicule, le montant de l’amende est de 1500 euros (article R635-8 du code pénal).

Lire aussi sur le site : Vivian Daval peint les encombrants et pourfend les déchets.

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:

8 commentaires
  • Il est grand temps d’arréter de dépenser de l’argent avec des campagnes de sensibilisation qui ne sevent à rien .
    Il faut verbaliséplus fortement ces incivilités.

    Répondre

  • La guerre aux dépôts sauvages d’encombrants est déclarée 4 octobre 2011 21:36, par generaltoussaintlouverture

    C est effectivement important de mettre des amandes aux gens, sans preuve, sur la seule foi de dénonciations anonymes et émanant de personnes ni élues par le peuple ni dépositaires de l’autorité publique... une milice de propriétaires, âgés, inactifs, velléitaires, pensionnés a la charge des travailleurs ayant pour seul but de faire le tri entre bon et mauvais citoyen, comme il y a le bon et le mauvais chasseur...
    il faut aussi dénoncer comme atteinte a l environnement, les personnes dont la sueur est un peu trop forte en odeur, ceux dont les goûts vestimentaires sont approximatifs et autres...
    la cohésion du pays est assurée !

    enfin le retour des comités de salut public !

    vive la republique

    Répondre

  • Certaines rues semblent bénéficier d’un ramassage quotidien. A moins que les encombrants soient précédés par des "recycleurs" plus rapide.

    Par ailleurs, j’ai trop souvent constaté des dépôts d’encombrants avec des dates d’enlèvement largement dépassées. Le service est-il à même de gérer les flux de demandes via le téléphone d’une part et internet d’autre part ? Les effectifs sont-ils assez nombreux pour tenir le rythme ?

    Répondre

  • La guerre aux dépôts sauvages d’encombrants est déclarée 5 octobre 2011 13:09, par generaltoussaintlouverture

    les simples peines d amandes sont insuffisantes, il faut condamner fermement de tels agissements : la flagellation publique ou le pilori me paraissent etre vraiment dissuasifs !

    Répondre

  • La guerre aux dépôts sauvages d’encombrants est déclarée 5 octobre 2011 13:22, par generaltoussaintlouverture

    tu as raison, mais ça fait classe le "sur rendez vous"... ca coûte cher, c est inefficace : le problème n est pas résolu mais ca fait plaisir aux comités. plutôt que de payer des éboueurs il est préféré le financement d’agents verbalisateurs : c est économiquement et socialement plus intéressant !

    les points de dépôt sauvage sont clairement identifiés : il suffirait de les rendre officiels et d organiser un passage tous les 2 ou 3 jours...

    ca réglerai le problème a moindre frais mais ca ne satisferai pas les obligations de communication et de morale

    Répondre

  • bonjour a vous . je ne suis pas de paris mais de grenoble et nous avons le même probleme d’encombrants . grace a la régie de quartier nous avons mis en place un "passeport écocitoyens " qui bonifie les bon comportements . les personnes qui parte jeter les encombrant a la decheterie gagne des éco cadeau ( ampoule economique , panier de légumes de saison , reduction de loyer , cefé et gaufre ou crepe offert dans un bar associatif ....
    cette opération coute un peut chere alor je fait appel a vous pour savoir ce que vous pensé de ce dispositif et voir les idée que vous pourriez avoir . ( petite précision , je suis habiutant de la villeneuve de grenoble et 100% bénévol ) voila mon appel au secour .

    Répondre

  • Voici trois jours que le passage briquet dans le 18 EME a des encombrants matelas planches de bois
    et que cela devient un repere a poubelles

    quand la poubelle du bout du passage sera t elle remplacee elle a disparu

    Répondre

  • @ generaltoussaintlouverture : « les points de dépôt sauvage sont clairement identifiés : il suffirait de les rendre officiels et d organiser un passage tous les 2 ou 3 jours... »

    Cela reviendrait à officialiser des décharges sauvages sur certains trottoirs. Autant dire aux habitants de la rue qu’ils habitent désormais dans la poubelle du quartier : ça n’est pas acceptable car la collectivité est responsable et pas seulement ceux qui habitent en face.

    Par ailleurs il y a un risque de ces endroits dégénèrent en amas de toutes sortes de déchets et plus seulement des encombrants, avec les problèmes de salubrité et d’hygiène qui en découleront.

    Répondre


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes