dimanche 30 avril 2017| 232 riverains
 

Les P'tits Molières pour aider les petits théâtres

Jérôme Tomray, dans la petite salle du Théâtre Pixel qui contient quarante places.

Jérôme Tomray, directeur artistique du théâtre Pixel, dans le 18e arrondissement de Paris, vient de donner naissance aux Pt’tits Molières. C’est une compétition créée pour récompenser les pièces jouées dans les petites salles parisiennes. Les sélections démarrent en septembre 2012.

Si les P’tits Molières ont pu voir le jour, c’est grâce à une idée de Jérôme Tomray, le directeur artistique du Théâtre Pixel, dans le 18e arrondissement de Paris. « L’an dernier, en consultant les critères d’éligibilité pour les Molières, j’ai imaginé un prix qui apporterait aux petits théâtres la reconnaissance qu’ils méritent, explique-t-il. Le but : montrer que dans les petites salles, il y a aussi de grands spectacles. »

L’idée suit son chemin, et, en 2011, l’équipe du Théâtre Pixel créée l’Association des “P’tits Molières” afin d’organiser une cérémonie récompensant les salles de moins de 100 places. Le but n’est pas de proposer une pâle copie des Molières au format réduit, mais bien de lancer une compétition « dynamique et innovante », « à l’image de la programmation des petites salles de théâtre ».

Une cérémonie festive

Une quinzaine de théâtres a rapidement répondu à l’appel de l’association pour participer à la première édition qui récompensera les spectacles joués entre septembre 2012 et août 2013. D’autres salles pourraient bientôt rejoindre l’aventure.

La cérémonie, prévue pour novembre 2013, sera « moins ennuyeuse » que celle organisée pour les grands Molières, promet Jérôme Tomray : « Il n’y aura pas de blabla, ce sera plutôt un spectacle, voire une fête ». Le président d’honneur de la 1ère édition sera Patrick Haudecoeur, Molière de la meilleure pièce comique en 2011. Des prix seront remis dans chaque catégorie : meilleur spectacle, meilleur comédien, meilleur auteur, metteur en scène etc.

« Festifs et dynamiques »

À la clé : point de statuette, mais des bourses, stages ou représentations qui permettront aux artistes de se développer, grâce aux partenariats avec des entreprises telles que billereduc.com, Panavision ou encore le Guichet Montparnasse. Avec l’espoir, au final, « que les spectacles qui fonctionnent puissent être présentés ensuite dans des grandes salles ».

« Festifs et dynamiques », les P’tits Molières n’en sont pas moins une affaire sérieuse et minutieusement organisée. Dans ses bureau, rue Championnet, toute l’équipe du théâtre Pixel s’affaire activement à l’organisation de la compétition : contacter les salles, les sponsors, organiser la campagne de communication... le travail ne manque pas.

Un concept à exporter

Les règles sont d’ores et déjà fixées : pour être éligibles, les spectacles devront avoir été présentés au moins 20 fois dans un théâtre affilié, ou durant sept semaines avec un minimum de deux représentations hebdomadaires. Le jury sera composé de comédiens, metteurs en scène, décorateurs, journalistes, et aussi spectateurs, qui voteront via Internet. "Plus un membre du jury assistera à des spectacles, plus son vote aura du poids", précise le directeur du Pixel.

Avec cet événement, Jérôme Tomray ne compte en rien rivaliser avec les Molières, il veut juste « briser la barrière entre petites et grandes salles ». Et, à l’avenir, « pourquoi ne pas exporter le concept à d’autres villes comme Marseille ou Lyon ? »

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes