samedi 22 novembre 2014| 73 riverains
 

King Kong Théorie sur scène, un essai transformé

Salima Boutebal sur la scène du théâtre des Abbesses dans une adaptation de King Kong Théorie. Crédits : ©Thomas Faverjon

King Kong Théorie, l’essai féministe de Virginie Despentes, prend corps au théâtre de la Manufacture des Abbesses, dans le 18e arrondissement de Paris. Une adaptation de Cécile Backès et Salima Boutebal à voir jusqu’au 1er aout 2012. Impressions.

De la féminité, elle a tous les artifices : les cheveux blonds, les talons, la robe courte, les lèvres roses et pétillantes, la poitrine débordante. C’en est déjà trop. La féminité déborde de ce corps presque jusqu’au malaise et sème le trouble dans les rangs de la Manufacture des Abbesses dans le 18e arrondissement de Paris. Le théâtre joue jusqu’au 1er aout 2012 une adaptation de King Kong Théorie, de Virginie Despentes.

Pourquoi camper ainsi un essai féministe ? Par contrepied. Montrer les limites de la féminité outrancière quand le texte interprété expose les femmes qui, au contraire, échouent dans ce rôle. Car ainsi la pièce commence (comme le livre) : « J’écris de chez les moches, pour les moches, les vieilles, les camionneuses, les frigides, les mal baisées, les imbaisables, les hystériques, les tarées, toutes les exclues du grand marché de la bonne meuf. »

JPEG - 53.7 ko
King Kong Théorie, de Virginie Despentes, a été publié en 2006 aux éditions Grasset. Il est aussi édité par Le livre de poche.

Sensuelle et explosive

L’écrivain y raconte les expériences et les lectures qui ont fait d’elle Virginie Despentes. Sur scène comme sur le papier, le vécu s’entremêle avec une argumentation percutante. En résulte un monologue rythmé qui entraîne le public.

Plus la pièce se joue, plus on approche l’intimité du texte et la nudité de la femme. Sur les planches, sensuelle et explosive, Salima Boutebal déjoue tous les rôles et surprend. Qu’elle secoue en cadence son manteau en fausse fourrure ou exhibe furieusement les poils sous ses bras.

Cru sans vulgarité

Cru sans vulgarité, drôle souvent sans laisser indemne, le ton est fidèle à la lettre. La pièce livre cependant une interprétation personnelle du texte. Cécile Backès et Salima Boutebal occultent volontairement les passages auxquels elles n’adhèrent pas. Manquent le chapitre sur la prostitution et le regard hétérodoxe sur le viol. Manque l’essence polémique qui fait la cohérence de l’œuvre avec son auteure.

Reste que King Kong Théorie se prête bien à la scène. La sincérité du témoignage, l’adresse au public, l’appel à la réflexion, tout concorde pour faire de cet essai un spectacle réussi. Sept tableaux se succèdent. L’enchaînement est rapide, parfois un peu trop pour tout saisir. Mais c’est ce qu’il faut pour instiller l’envie de se (re)plonger dans la lecture du livre, disponible à la sortie de la salle.

Informations pratiques :
Manufacture des Abbesses
7, rue Veron
Tel : 01 42 33 42 03

Représentations :
Dimanche, lundi, mardi et mercredi à 21h
Jusqu’au 1er aout
Tarifs : 26€ ou 13€ (tarif réduit)
Réservations ici

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com