lundi 23 octobre 2017| 16 riverains
 

The Twins ouvrent le FGO Lab'Festival

Rock’n’roll, country, folk. Autant d’influences qui se rencontrent dans la musique de The Twins. Le groupe de quatre garçons de 23 ans s’est professionnalisé au Centre Barbara Fleury Goutte d’Or, dans le 18e arrondissement de Paris. Les Twins ouvrent ce soir, vendredi 17 juin 2011, le FGO Lab’Festival.

« On aime bien dire qu’on est chez nous. » Chez nous, pour Pascal et ses partenaires, les jumeaux Douglas et David, c’est le centre Barbara Fleury Goutte d’or – FGO pour les connaisseurs, dans le 18e arrondissement de Paris. Les trois musiciens de 23 ans y viennent pour répéter et se professionnaliser. Tous les trois forment avec un quatrième comparse, Joseph, The Twins. Un groupe aux multiples influences Rock’n Roll, Folk, Blues, Country. Un groupe de potes d’abord.

Ils se sont rencontrés voilà plusieurs années au Lycée international Balzac, dans le 17e arrondissement. Tous sont fils d’expats, américains ou anglais. Ils chantent donc dans la langue des Beatles. Ados, ils découvrent et partagent des « trucs anciens, Dylan, les Stones, les Clash... » qu’ils téléchargent sur Internet. La musique n’est pas encore pratiquée avec sérieux. « Ça permet de draguer des meufs », sourit David aux côtés de Pascal qui constate, « on est plus beau avec une guitare ».

Sous l’aile du Centre Barbara

Puis, ils ont débarqué au Centre Barbara. Habitants du 18e, les jumeaux l’ont découvert en passant devant, en métro, sur la ligne 2. Les Twins s’y sont inscrits quasiment à l’ouverture. À l’époque, ils étaient encore « des rigolos ». Cela fait maintenant trois ans qu’ils côtoient le centre et s’y perfectionnent. « Les formations sont hyper complètes, raconte David, on a progressé à chaque fois. »

Indéniablement FGO leur a permis de se lancer. Les Twins ne tarissent pas d’éloges sur le centre : des conditions idéales, surtout pour leurs petits moyens. « Le matos est imbattable, le personnel est génial, s’enthousiasme Pascal, de supers techniciens sont mis à notre disposition. » La politique du centre est centrée sur une aide technique (et managérial, mais ça les Twins s’y intéressent moins). « On s’est rendu compte ici de l’importance de la technique pour la musique amplifiée, explique Douglas. Là on va embaucher un ingénieur du son. »

Critiques et nostalgiques

JPEG - 4.3 ko
The Twins ont enregistré un EP de cinq titres en 2010.

FGO ne critique pas l’artistique. L’avantage pour David, « c’est que ça préserve certains groupes ». Les Twins, eux, ont leur identité. Rock’n roll. Un brin nostalgiques. Critiques envers ce qu’ils nomment « le règne actuel de l’image », ils rejettent fermement les stratégies marketing sur lesquels s’appuient certains groupes ou artistes du type Lady Gaga, « plutôt que de penser à la musique ».

Mais force est de constater qu’ils s’appuient eux aussi sur un concept. Une image presque. Celle des jumeaux, David et Douglas. Des « twins », en anglais. C’est comme ça que c’est imposé le nom du groupe. « Quand les gens venaient nous voir, ils disaient qu’ils allaient voir les Twins », se rappellent les jumeaux. Le nom a été gardé. « C’est le meilleur qu’on avait trouvé ! »

David et Douglas portent un regard tout aussi critique et nostalgique sur leur quartier. Ces enfants du 18e, côté Grandes-Carrières, y sont de moins en moins attachés : « Nous on vit au coin de la rue Ordener et de la rue Danrémont, au pied de la butte. On a vue sur la coulée de boue, sur la gentrification. »

L’influence artistique ? S’il y en a une, elle ne vient certainement pas du 18e d’aujourd’hui. David vente le temps où Montmartre était « un lieu d’effervescence artistique ». « L’effervescence est morte, rétorque son frère. Maintenant on est dans la carte postale, Abbesses c’est Disneyland ! »

« On n’est pas encore satisfait »

Sur le plan musical, le groupe se cherche encore. Ils sont dans ce qu’ils nomment « une phase de digestion ». Pour certains, leur style est anachronique. Mais les Twins croient encore au rock et, de toute façon, n’ont pas envie de faire autre chose. « En musique tu ne peux pas te passer de la référence », argumente Douglas.

Et il n’y a pas qu’en musique, apparemment. Etudiants en art déco, ou en prépa d’école de journalisme, ils citent à tour de bras et avec aisance philosophes, sociologues et artistes. Adorno pour critiquer l’industrie musicale. Kant ou Aristote pour montrer que les Beatles sont objectivement meilleurs que les autres. Prétention ? Non. Ces avalanches de références sont surtout la preuve d’une réflexion passionnée sur leur musique.

Le groupe n’a pas fini de se former et de se penser. « On n’est pas encore satisfait », tranche David. Mais ils séduisent déjà. Acclamés au Gibus en février 2010, ils ont fait partie cette année des coups de cœur du tremplin SFR jeunes talents du printemps de Bourges. Le 17 juin 2011, ils ouvriront la première édition du FGO Lab’Festival du centre Barbara.

Écouter The Twins sur Myspace

FGO Lab’ Festival, demandez le programme !
La première édition du FGO Lab’ Festival, dont dixhuitinfo.com est partenaire, est organisée les 17 et 18 juin 2011, par le Centre Barbara Goutte d’Or. Objectif : faire découvrir sur scène une sélection coup de cœur de groupes accompagnés et soutenus par le Centre depuis son ouverture, voilà trois ans. FGO Lab’ Festival, c’est deux jours de concerts, de rencontres avec des professionnels des musiques actuelles et d’échanges entre public et musicien. Bref, une invitation à la rencontre des nouveaux talents !

Renseignements et programme complet ici.

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes