jeudi 23 novembre 2017| 192 riverains
 

Le CIM, école de jazz du 18e, fait de la résistance

Il reste une semaine au CIM, l’école de jazz de la rue Doudeauville dans le 18e arrondissement de Paris, pour trouver une solution à son problème d’hébergement. Le 12 octobre 2011, l’institution devra avoir quitté les lieux sous peine d’une astreinte de 2900 €/jour. Institution qui ne compte ni partir, ni payer mais espère encore trouver une solution.

Ce pourrait être la fin d’un d’un dialogue de sourds. Et le début d’un bras de fer. Le CIM, école privée de jazz et de musiques actuelles, locataire du 83 bis rue Doudeauville, a une semaine pour quitter les lieux. Faute de quoi, à partir du 12 octobre, elle devra s’acquitter d’une astreinte de 2900 euros par jour de retard. Le propriétaire du batiment, une société civile immobilière constituée par la Régie immobilière de la Ville de Paris (RIVP) et la Caisse des dépôts et consignations (CDC), souhaite libérer les lieux afin de réaliser une opération immobilière. « On restera. On ne sait pas sous quelle forme, mais on restera, prévient Michel Valera, le directeur de l’école. Il pourrait y avoir l’automne des écoles de musique, tout comme il y a eu des printemps arabes... »

La problématique de l’hébergement du CIM dure depuis 2002. Il y a pourtant eu quelques avancées récentes. La mairie du 18e a proposé une solution de relogement dans un bâtiment porte de la Chapelle, immeuble qui serait voué à la démolition d’ici quelques années. En juillet 2011, un vœu, à l’initiative du groupe communiste et des élus de gauche, a été adopté au conseil de Paris en juillet 2011 pour acter la sauvegarde du CIM.

Présent à la conférence de presse qui s’est tenue dans les locaux du CIM mardi 4 octobre 2011, Ian Brossat (élu PCF du 18e) considère que la fermeture de cette école serait « un gâchis énorme ». Un nouveau vœu devrait être formulé au conseil d’arrondissement du 18e, qui se tiendra lundi 10 octobre, soit deux jours avant l’expiration du délai.

Enfin, l’école a adressé un courrier à Bertrand Delanoë début septembre, l’alarmant de l’urgence de la situation, resté, à ce jour, lettre morte selon le responsable de l’école. « Ce qu’on souhaite, c’est une solution pérenne pour une institution historique », explique Romain Ponsot, président de la FNEIJMA, la Fédération nationale des écoles d’influence jazz et des musiques actuelles.

Soutien
Plusieurs directeurs d’écoles privés de France étaient d’ailleurs présents à la conférence de presse, pour montrer leur solidarité. « Quand on a créé Jazz à Tours en 1981, école de musiques actuelles en Touraine, notre référence, c’était le CIM », précise son directeur, Didier Sallé. « La disparition du CIM serait un très mauvais signal. Une catastrophe », renchérit cet autre responsable d’une école de musique parisienne. Une pétition, en ligne et sur papier, circule actuellement et a recueilli près de 3.000 signatures.

JPEG - 29.7 ko
de g. à d. : Stéphane Lesage et Romain Ponsot, directeur et président de la FNEIJMA et Michel Valera, directeur du CIM.

La culture en danger
C’est en filigrane l’alerte que lance le CIM qui, à travers sa probable expulsion, donc fermeture provisoire, dénonce l’inadéquation entre le discours culturel des politiques et les applications concrètes. « L’accent mis sur les musiques actuelles, le vivre-ensemble, ben voilà, c’est aussi ça le CIM. Et on risque de fermer », précise Romain Ponsot, visiblement déçu. 50 emplois sont menacés et 200 élèves se retrouveraient sur le carreau. « Une semaine, c’est à la fois court et c’est long. On espère une solution, on reste mobilisé ». « Le maire de Paris est le seul à pouvoir faire quelque chose aujourd’hui, assène Stéphane Lesage, directeur de la FNEIJMA. À-t-il la volonté de le faire ? Quelles sont ses ambitions ? » Le compte à rebours a commencé.

Lire aussi :
- Le CIM institution musical du 18e en péril (juillet 2011)
- L’école de jazz du CIM menacée par une opération immobilière (novembre 2009)

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:

1 commentaire

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes