mercredi 18 octobre 2017| 19 riverains
 

Bruno Blum et son Barnum jamaïcain aux Trois Baudets

Artiste complet, digne représentant du reggae et des musiques africaines, Bruno Blum entre en scène, samedi 11 septembre 2010, aux Trois Baudets, dans le 18e arrondissement de Paris, dans le cadre des Free Baudets Party, où les concerts sont gratuits. Concerts, expos photos, vidéos, dessins : belle occasion de découvrir le travail d’un artiste parisien au talent iconoclaste.

Bruno Blum ne se déplace jamais pour rien. La cinquantaine, ce père de famille au profil atypique débarque avec son Barnum aux Trois Baudets, samedi 11 septembre 2010, dans le cadre des Free baudets Party. Musicien, chanteur, journaliste, dessinateur, producteur : l’homme-orchestre voyage depuis au moins trois décennies au chœur des musiques jamaïcaines et africaines. Son truc, c’est le reggae. Un genre découvert au milieu des années 70, à Londres, quand le jeune homme fuit la France pour bosser dans un studio anglais de dessins animés.

JPEG - 91 ko
Dessin : Bruno Blum

À l’époque, Blum vit dans l’un des quartiers jamaïcains de la capitale britannique. Avec ses potes rockers, il fréquente assidûment les sound systems, soirées pilotées par des DJ inspirés, dont l’unique préoccupation consiste à pousser le volume sonore au maximum. Au cours de ces soirées dansantes, la basse n’a qu’une fonction : percuter l’estomac, au fil d’un rythme implacable, propre à dégourdir les gambettes des danseurs les plus blasés. Brunon Blum ne s’en remet pas. Fin lettré, dénicheur de talents, il consigne ses expériences inédites au magazine français Best, l’un des deux canards rock’n’roll du moment (l’autre, c’est Rock’n’folk).

Puis, Blum part aux sources du reggae. En Jamaïque, la petite île des Caraïbes, patrie de Bob Marley. Allers-retours incessants. Guitariste chevronné, il enregistre plusieurs chansons, des reprises et d’autres de son propre cru, avec les pointures locales. Et s’imprègne du son inimitable qui berce l’endroit depuis la fin des années 50. L’expérience acquise lui permettra de travailler plus tard sur les disques reggae de Serge Gainsbourg (Aux armes et cætera et Mauvaises nouvelles des étoiles), albums dont il tirera la substantifique moelle « dub », dans le plus pur style jamaïcain.

Depuis, Bruno Blum écrit des bouquins, peint, dessine et se produit sur scène. Rebaptisé Doc Reggae, il présente aussi des conférences reggae dans toute la France. Il s’est entiché de la musique érythréenne et publiera, le 15 octobre 2010, Eritrea’s Got Soul, un disque présentant le travail d’une douzaine d’artistes érythréens, petit pays de la Corne africaine, situé sous l’Éthiopie. Expos photos, dessins, tableaux psychédéliques, vidéos reggae inédites, dédicaces : l’ensemble du travail de Bruno Blum sera exposé, samedi 11 septembre 2010, aux Trois Baudets, à partir de 18h30. Sa prestation scénique sera suivie d’un sound system piloté par Soul Stéréo, la référence hexagonale du genre. Comme un retour aux sources…

Extraits de concerts de Bruno Blum en cliquant ici, ici, et

Consultez le travail de Doc Reggae, ici

Bruno Blum, sur la piste du reggae, aux Trois Baudets
Free Baudets Party
Programme complet ici
Samedi 11 septembre 2010, de 18h30 à l’aube
Entrée gratuite
Les Trois Baudets, 64 bd de Clichy - Paris 18e

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes